Epalinges retrouve la 2e ligue avec la manière

Epalinges retrouve la 2e ligue avec la manière

A 17h16, heure précise à laquelle la fin du match entre Atlantic Vevey et Epalinges a été sifflée par l’excellent arbitre de la rencontre, les deux équipes étaient promues en 2e ligue. Pourquoi? Parce qu’Aubonne ne parvenait pas à battre Porto, à quelques dizaines de kilomètres de là. Le 1-1 entre les deux équipes à Chavannes-près-Renens les éliminait toutes les deux de la course à la 2e ligue, une course à laquelle Porto ne croyait d’ailleurs plus beaucoup. Le staff et les joueurs d’Atlantic, malgré leur défaite 0-5 quelques minutes plus tôt face à Epalinges, étaient donc sur le point d’exulter. Et puis? La nouvelle d’un penalty pour Aubonne, dans les arrêts de jeu. Et l’annonce, en direct et par téléphone, du 1-2 pour Chêne, qui condamnait Atlantic, dix minutes après la fin de son match, à rester en 3e ligue. Immense déception au Terrain de La Veyre. Les joueurs d’Atlantic, doublement abattus, par la défaite et par cette annonce, étaient inconsolables. Epalinges, de son côté, fêtait sa promotion depuis de longues minutes. Cruel contraste. « Le football…. », résumera tristement Paulo Fernandes, entraîneur de cette courageuse équipe d’Atlantic.

Atlantic n’avait besoin que d’un point…

Aubonne, Epalinges et Atlantic finissent donc tous trois avec six points, et les points fair-play ont servi à les départager. Le calcul? Très simple: les points de pénalité de la saison, plus ceux des finales. Aucun doute, Atlantic est troisième à ce classement-là. Aubonne et Epalinges sont donc promus. Les joueurs de Paulo Fernandes avaient pourtant leur destin entre leurs mains, dimanche, devant un public sympathique et nombreux. Une ambiance bon enfant, des grillades et de la Super-Bock: l’après-midi s’annonçait bien pour Atlantic, qui avait besoin d’un point pour être promu en 2e ligue. Invaincus depuis deux saisons en championnat sur leur terrain de La Veyre, les Portugais avaient leur destin en mains, mais ont été balayés par une équipe d’Epalinges en tous points supérieure.

Un FC Epalinges à l’aise sur synthétique

Michaël Diserens et ses coéquipiers le savaient: en cas de victoire, ils étaient sûrs d’être en 2e ligue. Plus facile à dire qu’à faire, sur le petit terrain synthétique de La Veyre, où Atlantic a ses habitudes et est invincible? Pas pour Himë Berisha: « Sincèrement, je n’avais pas trop peur de ce match, ni du synthétique. On ne l’a pas plus préparé qu’un autre. Vendredi, on était 8 à l’entraînement et l’opposition à la fin, ce n’était même pas du rythme de seniors, c’était plutôt vétérans… Mais aujourd’hui, je savais qu’on ne serait pas embêtés par la surface. J’ai une équipe composée de nombreux techniciens, qui sont à l’aise. » Plutôt, oui. Mehmet Kocapinar et Abraham Keita, surtout, se sont régalés, tout comme Nicolas Weber et Gerardo Scoppettone, dans un autre registre, plus en percussion. Contrôles de la semelle, roulettes, doubles-contacts: les attaquants d’Epalinges ont tout fait à une équipe d’Atlantic dépassée. Keita, si à l’aise en salle, et qui connaît bien les synthétiques, nombreux à Paris où il a grandi, n’a pas vraiment été embêté par le ballon, on le dira comme ça…

Himë Berisha a apprécié le spectacle, mais attendait autre chose d’Atlantic: « Je pensais qu’ils allaient jouer plus bas, j’ai été un peu surpris. Mais on les a forcé à sortir, en jouant avec deux numéros 10. Leur deux milieux défensifs ont été surpris et on a réussi à produire du jeu. Je suis fier des gars, on a mérité cette victoire et cette promotion. Juste comme ça, on a gagné 6-1 contre le premier du groupe 2 et 5-0 chez le premier du groupe 3. »

Epalinges était largué à mi-championnat… et à la moitié des finales aussi!

Epalinges revient de nulle part, tant en championnat qu’en finales. Une preuve? En championnat, le FCE avait 11 points de retard sur les finalistes à la trêve. 11 points. Alors c’est vrai, il y a eu des arrivées, dont celle d’Abraham Keita, mais tout de même, l’exploit est de taille. C’est vite vu, Epalinges n’a perdu que cinq points ce printemps. Trois à Jorat-Mézières (5e) et deux face à Cheseaux (9e). Sinon? 9 victoires, dont celles, ultra-importantes, face aux leaders. Même si la dernière partie a été gagnée par forfait, il ne fait aucun doute qu’elle l’aurait été sur le terrain tant UPM-Cazard, dernier avec 5 points, aurait sans doute pris à cette occasion entre trois et quatre fois plus de buts que lors de la défaite 3-0 par forfait… Epalinges est donc revenu de loin en championnat comme en finales.

Pourquoi? Parce qu’après trois mi-temps dans ces matches décisifs, Epalinges avait… 0 point! La défaite 4-3 à Aubonne et le 0-1, sur sa pelouse face à Porto, après 45 minutes, voilà qui faisait un peu tache. Mais les trois mi-temps restants ont été plutôt réussies: 11 buts marqués et 0 encaissé en 135 minutes! Porto a été balayé 6-1 et Atlantic 0-5. Du bon travail. Sur le tard, mais du bon travail quand même. A noter encore qu’Epalinges s’est qualifié pour les finales grâce au fair-play face à Amical Saint-Prex et monte en 2e ligue grâce au fair-play par rapport à Atlantic Vevey! Dans les deux cas, le nombre de points au classement était strictement le même. Voilà une équipe qui ne pourra pas se plaindre de nouveau mode de calcul…

Epalinges était en 3e ligue depuis 2009

Epalinges retrouve donc la 2e ligue, cinq ans après l’avoir quitté à l’été 2009. Il est encore un peu tôt pour parler de 2e ligue inter pour un club qui connaît bien ce niveau (de 2000 à 2007, avec notamment une 3e place en 2006), mais il s’agit déjà d’une étape sympathique sur la route, peut-être un jour, d’une remontée. « On est contents aussi pour le président Martial Diserens », a tenu à souligner Himë Berisha, arrivé à Epalinges il y a douze mois et qui se réjouit déjà de la saison prochaine. « On a déjà un bon groupe, mais on va essayer de le renforcer un peu. On a quelques contacts et on espère faire un bon championnat. » Son président ne demande pas mieux et à voir la reconnaissance et l’amitié que lui portent ses joueurs, nul doute qu’ils auront à coeur d’arracher le maintien assez vite. Sincèrement, on ne se fait pas trop de soucis pour eux.

Le match? 0-5, rien à dire

Le match en lui-même? Vite plié. Atlantic n’a tout simplement pas eu voix au chapitre. Un coup de tête piqué au premier poteau de Tomislav Miocevic, le capitaine arrivé cet hiver de Prilly, a montré la voie sur un corner d’Agron Berisha (25e). Abraham Keita a doublé la marque grâce à une jolie finition (37e), avant le 0-3, en début de deuxième mi-temps, du buteur Gerardo Scoppettone grâce à un subtil lob. Enes Taqi, tout juste entré en jeu, inscrivait le 0-4 avant le cinquième, en toute fin de match, grâce à une frappe lointaine de Valentin Rey. 0-5, score final. Atlantic, inexistant dimanche devant un public déçu mais compréhensif, n’avait plus qu’à espérer une bonne nouvelle en provenance de Chavannes-près-Renens. On connaît la suite, malheureusement pour eux.

Rafael Teixeira se souviendra toute sa vie du penalty de la 91e…

Le deuxième promu s’appelle donc Chêne Aubonne, qui est allé arracher la montée dans les arrêts de jeu sur le terrain de Porto Lausanne, grâce à un penalty obtenu à la 91e. Les joueurs de Giovanni Vavassori ne faisaient pas partie des favoris en début de championnat, ni même avant ces finales, mais ils ont largement convaincus. Après avoir gagné 4-3 face à Epalinges devant 500 spectateurs, ils se sont inclinés à La Veyre mercredi (1-0, lire ici) et ont fini par trois points face à Porto. Ils montent grâce au fair-play? Ils montent grâce au sang-froid de Rafael Teixeira, surtout, qui n’a pas tremblé au moment le plus important de la saison. Quelle pression sur les épaules du tireur aubonnois face à Alessandro Macchiarelli….

Si le numéro 6 aubonnois avait raté ce penalty, il s’en serait souvenu toute sa vie. Après l’avoir réussi aussi, d’ailleurs… Un souvenir comme celui-ci, marquer le penalty de la montée dans les arrêts de jeu, fait partie des moments qui marquent une carrière. Heureux Rafael Teixeira et heureux Chêne Aubonne, qui monte l’année de son centenaire. Ce club, toujours suivi par un nombreux public, aura une belle carte à jouer en 2e ligue, c’est sûr. On se réjouit de le voir à l’oeuvre. Avec Giovanni Vavassori? Ce n’est pas uniquement grâce à lui, bien sûr, mais si Chêne Aubonne a atteint cette promotion, il y est pour beaucoup. Sa jeune équipe peut le remercier, tout comme elle peut féliciter son gardien Jérémy Delatour. Une valeur sûre et même plus que cela.

Les quatre promus viennent des groupes 1 et 4

A noter pour terminer, fait intéressant, que les quatre équipes issues des groupes 1 et 4 du championnat régulier sont promues en 2e ligue (Crans et Aubonne, groupe 1. Bottens et Epalinges, groupe 4). Les groupes 2 (Azzurri Riviera et Atlantic Vevey) et 3 (Porto Lausanne et Bosna Yverdon) n’auront donc aucun promu. Reste à savoir où iront les relégués de 2e ligue (Donneloye, Baulmes, La Sallaz, Stade-Lausanne II Ecublens). Avec deux nord-vaudois et trois lausannois, il semble clair que les cartes seront redistribuées quelque peu. Le contraire serait très étonnant, mais la répartition des groupes, ce n’est pas un surprise, est un vrai casse-tête pour l’ACVF.

D’autant que trois nord-vaudois, un broyard et un lausannois ont été promus (Ependes, Champvent II, Grandson II, Payerne II, Turc Lausanne)! Seuls Genolier-Begnins II (groupe 1), Villeneuve et Napoli Vevey (tous deux groupe 2) savent déjà plus ou moins où ils se trouveront dans quelques semaines, pour des raisons purement géographiques et complètement logiques.

Dimanche 15 juin, 15h30

Porto Lausanne – Atlantic Vevey 0-2

Buts de Gil Gomes et d’Alex Santos pour Atlantic.

Chêne Aubonne – Epalinges 4-3

Triplé de Sonny Kok, but de Stéphane Hofer pour Aubonne.

Buts de Nicolas Weber, Agron Berisha (penalty) et Serkan Kocapinar pour Epalinges.

Mercredi 18 juin, 19h30

FC Epalinges – Porto Lausanne 6-1

Atlantic Vevey – Chêne Aubonne 1-0

But d’Alex Santos pour Atlantic

Dimanche 22 juin, 15h30

Porto Lausanne – Chêne Aubonne 1-2

But de Bruno Carapucinha, sur penalty, pour Porto.

Doublé de Rafael Teixeira, dont un penalty, pour Aubonne.

Atlantic Vevey – FC Epalinges 0-5

Buts de Tomislav Miocevic, Abraham Keita, Gerardo Scoppettone, Valentin Rey et Enes Thaqi pour Epalinges.

Categories: 3e ligue, FC Epalinges

Auteur