Epalinges remporte le choc au sommet

Epalinges remporte le choc au sommet

« On fait une super première mi-temps, lors de laquelle on peut mener de trois ou quatre buts. Mais comme d’habitude, on ne tue pas le match. » Gerardo Scoppettone a parfaitement résumé le choc au sommet entre Amical Saint-Prex et Epalinges, dimanche en 3e ligue. L’attaquant du FCE et son équipe se sont imposés (1-2), mais se sont fait très peur au cours d’une deuxième mi-temps lors de laquelle Amical aurait très bien pu revenir au score sans que cela soit un scandale. Avec cette victoire, Epalinges provoque un regroupement général en tête du groupe 4.

La situation à deux journées de la fin

La situation aujourd’hui? Bottens, Epalinges, Saint-Prex et Iliria Payerne ont tous 39 points et Jorat-Mézières 35. Sachant que les deux premiers seront en finales de promotion et qu’Iliria Payerne ne pourra pas les disputer, la lutte promet d’être ultra-serrée lors des deux dernières journées. Le calendrier? Il n’y a plus aucune confrontation directe. Saint-Prex va à Echallens II (11e) et reçoit Savigny-Forel (8e). Epalinges va à Savigny (8e) et reçoit UPM-Cazard (12e). Bottens va à Haute-Broye (7e) et reçoit Iliria (4e). Le FCJM reçoit Prilly II (10e) et Echallens II (11e). La tâche semble donc la plus compliquée pour Bottens, mais les joueurs d’Alexandre Guignard sont les meilleurs au fair-play et ont donc virtuellement un point de bonus. Saint-Prex pourrait donc très bien gagner ses deux derniers matches et se retrouver fumé au final, à cause de ces fameux points fair-play. Quant à Jorat-Mézières, il a encore une vraie chance, mais doit compter sur des points perdus par Bottens, Epalinges ou Saint-Prex. Difficile d’y croire, mais ce championnat est fou et tout le monde peut vraiment battre tout le monde. Les hommes de Pierre-Alain Brülhart ont cependant les deux matches restants a priori (on insiste sur le « a priori ») plus abordables.

Le doublé d’Abraham Keita, sans le faire vraiment exprès

Le match de dimanche? Bien mieux abordé par une équipe d’Epalinges très en forme et dominatrice. Abraham Keita a offert deux buts d’avance aux hommes d’Himë Berisha en 30 minutes. Le premier d’un centre rentrant qui a trompé tout le monde et surtout Fadil Kosumi, qui s’attendait à une déviation qui n’est jamais venue (12e). Le deuxième grâce à un corner de Serkan Kocapinar, dévié par son frère Mehmet sur la tête de Keita, qui passait par là, un peu par hasard, il faut bien le dire. 0-2 à la pause, un avantage amplement mérité pour des visiteurs bien en place et bien meilleurs individuellement et collectivement. Le doublé d’Abraham Keita? Il lui arrive de marquer des buts splendides, au terme d’une impressionnante série de dribbles dont lui seul a le secret. Dimanche, peu en forme, il a marqué deux « vieux buts », comme l’on dit. Mais ils comptent tout autant que les autres.

Michaël Diserens, plus qu’une valeur sûre

Mais Saint-Prex n’a rien lâché, à l’image de son nouvel entraîneur, Andy Laugeois. Le joueur d’Echallens (1re ligue Classic) croit encore aux finales et montre le même caractère hors du terrain que celui qu’il peut avoir lorsqu’il porte un maillot. Un tempérament de gagneur, qu’il a transmis à ses troupes. Ainsi, Saint-Prex est bien revenu dans la partie et s’est créé de nombreuses occasions, toutes annihilées par un Michaël Diserens très en forme dans les buts d’Epalinges. Alex Fernandes, Regis Mbida, Igor Rakic et Jimmy Perriraz: tous ont tenté leur chance, que ce soit en fin de première période ou durant la seconde. Tous ont échoué face à l’excellent gardien du FC Epalinges. S’il n’est pas le meilleur gardien de 3e ligue, il est au moins le deuxième, mais on cherche toujours le nom du premier.

Gerardo Scoppettone: « Il va falloir corriger ce relâchement »

De son côté, Fadil Kosumi n’est pas mal non plus, dans la catégorie des gardiens de qualité, et il a eu le mérite de garder son équipe dans le match, alors qu’Epalinges poussait pour aller chercher le 0-3. Mehmet Kocapinar pensait bien l’avoir trompé, mais sa frappe trouvait le poteau, lors d’un des nombreux contres palinzards. Epalinges a cependant clairement baissé d’un cran après la pause et Gerardo Scoppettone peine à comprendre pourquoi: « C’est incroyable. Ce n’est en tout cas pas physique et je pense que c’est mental. On déjoue complètement quand on mène au score. Peut-être qu’on pense que c’est trop facile et inconsciemment, on fait moins d’efforts… Je ne sais pas, mais ça, il va falloir le corriger sérieusement pour les deux derniers matches. Et plus encore si on veut jouer un rôle en vue dans les finales. » Dimanche, le relâchement palinzard n’a pas porté à conséquence, mais l’attaquant a raison: ne pas réussir à tuer les matches n’est jamais une bonne nouvelle.

Andy Laugeois: « Dans un match au sommet, cela ne pardonne pas »

Car, on l’a dit, sans un grand Diserens, l’issue du match aurait bien pu être différente. Seul un penalty de Marco Cardello (tiré avec un grand sang-froid au milieu du but) a pu le tromper (83e), un peu trop tard pour espérer quoi que ce soit pour Saint-Prex. Andy Laugeois: « On a eu les occasions, mais on ne peut s’en prendre qu’à nous-mêmes. En première mi-temps, on était absents. Dans un maths au sommet, cela ne pardonne pas. On aurait aimé un point, parce que là, on se retrouve troisièmes à cause du classement fair-play. Même si on gagne nos deux derniers matches, cela risque de ne pas suffire, mais on va tout faire pour y arriver. On doit compter sur les autres, mais on doit faire six points quoi qu’il arrive. On veut accrocher ces finales! » Le discours est clair et espérons pour Amical qu’il ne regrette pas ces 45 minutes d’apathie à l’heure du décompte final. Réponse dans moins de deux semaines.

Les hommes du match

Du côté de Saint-Prex, gros match de Jimmy Perriraz. C’est bien simple, on n’a vu que le numéro 10 d’Amical durant tout le match. Ses ouvertures, de l’extérieur ou de l’intérieur du pied, sont un régal et sa vision du jeu est un vrai point fort. Lui aussi a du caractère et une technique plus qu’intéressante. Alex Fernandes est lui aussi un joueur à part. Placé sur le côté, il a transpercé les flancs d’Epalinges par sa capacité d’accélération et ses qualités de dribble. Fort.

A Epalinges, Michaël Diserens mérite une mention à part. En première période, lorsqu’il n’a eu que deux interventions à effectuer, il les a faites souverainement. Il n’a été trompé qu’une fois, sur penalty, mais sinon, il a fait tout juste et on ne va pas commencer à reprocher à un gardien d’encaisser un penalty. Le latéral droit Enes Taqi mérite également une mention. Il a livré un beau duel à Alex Fernandes, dont il n’est pas toujours sorti vainqueur, mais il n’a rien lâché et a toujours cherché à assurer le surnombre. Solide.

Les prochains rendez-vous

Prochaine journée fixée samedi 31 mai à 19h pour tout le monde.

Le plan-fixe

FC Amical Saint-Prex – FC Epalinges 1-2 (0-2)
Buts: 12 et 31e Keita 0-2; 83e Cardello, pen. 1-2.
Arbitre: M. Muminovic.

Amical: Kosumi; De Greeff, Coquoz, Fleury, Dupertuis; Perriraz, Bergien, Joulin (51e Bickerstaffe), Alex Fernandes; Mbida (68e Cardello), Rakic.
Entraîneur: Andy Laugeois.

Epalinges: Diserens; Taqi, Miocevic, Gmür, Ismajili; A. Berisha; Weber, S. Kocapinar, Keita; M. Kocapinar, Scoppettone.
Entraîneur: Himë Berisha.

Notes: Stade du Vieux-Moulin. Expulsion de S. Kocapinar (85e, deuxième avertissement).

Categories: 3e ligue, FC Epalinges

Auteur