Epalinges arrache un point miraculeux

Epalinges arrache un point miraculeux

Il y a des matches où l’on se dit que l’équipe menée peut revenir au score, même à 0-3. L’état d’esprit, la qualité des joueurs, le fait de jouer à domicile et l’envie de revenir font que l’on croit à l’exploit. Là, on va être clair: vendredi soir, Epalinges, mené 0-3 à la 80e, n’avait aucune chance de revenir. Absolument pas sereins, et pas dangereux du tout, les Palinzards s’acheminaient vers une nette défaite face à LUC-Dorigny. Ce qu’ils avaient montré durant les 80 premières minutes? Pas grand-chose. « Rien », ce serait un peu trop, car Franck Koffi aurait pu ouvrir la marque à la 2e et Pajtim Thaqi a eu une balle de but après la pause. C’est tout? A peu de choses près, oui. Disons-le ainsi: Epalinges est revenu dans le match de manière miraculeuse.

Abraham Keita a fait parler sa classe et son expérience à la 95e

Menés 0-3 à la 80e, les hommes d’Himë Berisha ne montraient pas de signes évidents de révolte. Leur salut, en fait, est venu de deux bourdes d’Ivan Corrado. La frappe de 25 mètres de Kagan Bayhanay à la 80e? Un gardien de sa classe aurait dû l’arrêter, tout comme le coup-franc de Mourad Boutafenouchet (85e), pris de 30 mètres environ que Corrado a laissé passer de manière un peu étrange. En français? Un rouleau. Revenu sans trop savoir pourquoi à un but d’écart à cinq minutes de la fin, les Palinzards ont, enfin, montré un vrai esprit de groupe et ont alors vraiment mis le feu devant les buts du LUC jusqu’au fond des arrêts de jeu. Tout au bout de ceux-ci, à la dernière seconde, Abraham Keita s’est trouvé au bon endroit et a fait parler toute sa classe et son expérience. Une finition parfaite et un 3-3 absolument incroyable. Ce point-là va faire énormément de bien au moral de Toumi Trabelsi et de ses coéquipiers, avant un déplacement compliqué mercredi sur le terrain de Genolier-Begnins.

Toumi Trabelsi: « La vérité, c’est qu’on n’est pas sereins »

L’avis du capitaine du FCE, d’ailleurs? « Oui, le résultat est bon pour nous vu le déroulement du match. Mais il ne doit pas occulter nos 80 premières minutes. Vous l’avez vu comme moi, c’était vraiment pauvre… On doit vraiment prendre conscience du fait qu’on est une équipe moyenne. On a peut-être trop dit, y compris à l’interne, qu’on avait des super-joueurs, qu’on était une équipe de haut de tableau. Je suis désolé, mais ce n’est pas vrai. On vient de 3e ligue même si oui, on est quelques-uns à avoir joué plus haut. Mais on est quoi, deux ou trois à avoir connu des ligues supérieures? Attention, ce n’est pas une critique à l’égard de mes coéquipiers. Chacun a son parcours, qu’il faut respecter, et je suis bien placé comme capitaine de ce groupe pour savoir que je dois montrer l’exemple. Ce que je dis, c’est qu’il ne faut pas se dire: « C’est bon, on a Abraham Keita, il a joué en Challenge League, on a une superbe équipe ». Parce que les autres équipes ont de très bons joueurs aussi! Il faut prendre conscience qu’on lutte contre la relégation et qu’on doit tous faire des efforts ensemble. La vérité, c’est qu’on n’est pas sereins. Aujourd’hui, je le dis: on se bat pour le maintien et on n’est pas meilleurs que les autres. Alors faisons bloc, soyons une vraie équipe et battons-nous. »

Epalinges doit afficher un vrai esprit de groupe

Toumi Trabelsi a raison, il manque une chose à Epalinges: de la sérénité. Le ballon brûle les pieds de chacun et le leader qu’est Mourad Boutafenouchet est un peu tout seul au milieu de terrain à essayer de poser le jeu. Cette fébrilité conduit le FCE à la nervosité et cela n’est jamais bon lorsqu’il s’agit de faire des points. Dans l’historique de la 2e ligue vaudoise, les équipes qui se sont sauvées ne sont pas celles qui avaient les meilleurs joueurs, mais celles qui affichaient un esprit de groupe uni et soudé. En voyant jouer Epalinges, on ne sent pas une armée en marche, indestructible, mais bien un ensemble de gars essayant de jouer au foot chacun dans son coin. Ce match nul arraché à la dernière seconde doit servir à Himë Berisha pour montrer à son équipe que la solidarité peut mener à tout et l’individualisme à rien. A lui de faire passer le message.

Deux points de perdus pour le LUC

Un point de gagné pour Epalinges, donc, mais aussi deux points de perdus pour LUC-Dorigny dans la lutte pour les finales. Pour la deuxième fois de suite après le match contre Aubonne (défaite 3-4 après avoir mené 2-0 et 3-1), les joueurs de Vagner Gomes ont laissé échapper des points précieux, car Echichens et Genolier-Begnins n’en laissent pas filer beaucoup, eux. Le LUC a pourtant livré une partie sérieuse pendant 80 minutes, sans génie mais avec solidité. La première mi-temps n’a pas été de haut niveau, mais le 0-1 inscrit par Igor Kuntuala était mérité. Le 0-2, encore marqué par Kuntuala avec un peu de réussite, et le 0-3 de Bleton Basha d’un coup-franc lointain qui a surpris Michael Diserens en rebondissant devant lui, sont venus récompenser les visiteurs, qui semblaient donc partis sur le chemin d’une victoire tranquille.

Igor Kuntuala: « On ne peut pas tenir un score! »

On l’a écrit, Ivan Corrado a sa part de responsabilité dans la remontée d’Epalinges, mais le gardien du LUC n’est pas du genre à ne pas assumer. Il ne va pas se cacher et il va réagir car ses qualités, évidemment, sont réelles. On n’a pas besoin de refaire sa carrière pour le prouver et il n’est évidemment pas le seul fautif de ce 3-3. Pour la deuxième fois après Aubonne, les Universitaires se sont fait rejoindre par une équipe en danger de relégation et cela ne peut pas être un hasard. « On ne peut pas tenir un score! », pestait Igor Kuntuala dans l’énervement du sortir du terrain. Vrai, même à tête reposée. Et un peu inquiétant quand même, mais le LUC n’a pas tout perdu. Les joueurs de Vagner Gomes jouent un peu moins bien qu’au premier tour, c’est sûr, mais ils n’ont pas perdu toutes leurs qualités, loin de là. Ils restent un candidat très sérieux pour les finales, et l’ancien joueur du LS saura comment préparer ses troupes pour le match de mardi à Echichens. Si le LUC venait à mener au score, on est prêt à parier que la maison sera bouclée assez rapidement…

Les prochains rendez-vous

Mardi 28 avril, Echichens recevra LUC-Dorigny à 20h. Le lendemain, à 20h15, Genolier-Begnins accueillera Epalinges. Deux belles rencontres en vue.

FC Epalinges – AF LUC-Dorigny 3-3 (0-1)

Buts: 17e et 55e Kuntuala 0-2; 63e B. Basha 0-3; 80e Bayhanay 1-3; 85e Boutafenouchet 2-3; 90e Keita 3-3.

Arbitres: M. Hasan Onkol, assisté de M. Bloesch et de M. Sahingoz.

Stade de la Croix-Blanche.

Categories: 2e ligue, FC Epalinges

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*