L’envie de se sauver, tout simplement

L’envie de se sauver, tout simplement

Debout, le public du Stade Sous-Ville de Baulmes a longtemps applaudi les joueurs qui venaient de lui offrir un magnifique spectacle, lundi soir. Quelques dizaines de minutes plus tard, lorsque les Montains étaient en train de manger dans la buvette, plusieurs spectateurs se sont avancés pour remercier Benjamin Kololli, Florian Berisha et Aurélien Chappuis, notamment. Pourquoi ce besoin de dire « merci », à l’issue d’un match de football? Parce que les Montains ont offert plus que du jeu: de l’envie et de la hargne. Et ça, ça plaît dans le Nord vaudois.

Un FC Le Mont qui avait du coeur

Dans ce stade de Baulmes où le public est très proche de la pelouse, les guerriers sont vite repérés et applaudis. Les Montains ne le savent pas, ou pas assez, mais ce stade a vu une équipe conquérante disputer trois saisons de Challenge League avec le coeur. Elle s’appelait le FC Baulmes. Lundi, ils ont fait revivre son esprit. Ils ont taclé, ils ont transpiré, ils se sont battus et ils ont défendu leur avantage. Ils ont livré un gros match, tout simplement. Il le fallait pour battre Lugano, leader désormais dépassé par le Servette FC. Les Tessinois s’étaient en effet imposés lors des… huit dernières journées factuelles de Challenge League!

Ce soir, tout le monde s’est battu

Jusqu’à aujourd’hui, le public nord-vaudois se reconnaissait dans Gilberto Reis, battant intrépide sur son couloir, ou dans Nicolas Gétaz et Aurélien Chappuis. Leur hargne était applaudie. Mais lundi, c’est bien tout un groupe qui a reçu les ovations du public, et Orhan Mustafi, par exemple, n’y est pas resté insensible. Le grand attaquant du Mont n’est pas exactement un monstre de combativité, loin de là. Il a même un petit côté nonchalant qui peut paraître exaspérant, mais ce soir, il s’est dépouillé, s’arrachant sur chaque ballon et inscrivant le but le plus important, celui du 2-1. En un mot? Il a été fort et Le Mont avec lui.

Bojan Dubajic tracé de la feuille de match au dernier moment

Tout avait pourtant commencé d’une manière assez étrange avec… une rature sur la feuille de match. Bojan Dubajic, prêté par Lugano, a été privé de sa titularisation, lui qui compose d’habitude le duo d’attaque de l’équipe de Claude Gross avec Orhan Mustafi, justement. La raison? Les dirigeants luganais ont exigé, peu avant le match, qu’il ne commence pas! Ce n’était pas prévu au programme et Le Mont a dû passer du 4-4-2 au 4-2-3-1 avec la titularisation de Sehar Fejzulahi en meneur de jeu. Pas vraiment un problème, mais quand même, vu la forme que tenait Bojan Dubajic ces derniers temps. Claude Gross l’a fait entrer en fin de match, à la 88e, une « grâce » généreusement accordée par le président de Lugano, qui avait autorisé les Montains à le faire entrer, mais pas trop longtemps et en cas d’urgence seulement. Seigneurs.

Lugano mène à la pause. Et alors?

Gênés par cette demande de dernière minute, les Montains? Pas trop, ou alors ça ne s’est pas vu. Ils ont montré dès le début du match une énorme envie, celle de se sauver, tout simplement. Le but de Marko Basic, en contre? Une anecdote. Le fait qu’ils soient passés tout près du 0-2 à deux reprises? Une péripétie. Lundi, c’est clair, rien ne pouvait les arrêter dans leur marche vers la victoire, leur deuxième consécutive (première fois de la saison).

Nicolas Gétaz, un coup de tête plein de rage

Leur domination s’est concrétisée dès le retour des vestiaires grâce à Nicolas Gétaz, de la tête. Le corner sortant de Florian Berisha était parfait et la tête du défenseur central l’était tout autant. 1-1, puis bientôt 2-1 grâce à une merveille de passe de Sehar Fejzulahi pour Orhan Mustafi. L’ancien Luganais (qui avait le droit de jouer, lui…) a crucifié Russo du pied gauche pour un but tout de sang froid.

La plus belle victoire de la saison? Oui

Le Mont, inarrêtable, marquait même le 3-1 grâce à un coup de tête de N’Diasse N’Diaye. Remplaçant depuis plusieurs matches, l’emblématique capitaine du Mont reprenait un centre parfait de Berisha, encore lui (75e). En fin de match, Lugano poussait, inscrivait le 3-2 par Guarino, mais Le Mont faisait preuve de solidarité, comme depuis le début, et conservait cette victoire. La plus belle de la saison? Sans aucun doute, oui. Ce succès leur permet en outre de quitter la dernière place, de laisser Chiasso et Bienne derrière et de se rapprocher à un point de Wil et à quatre de Schaffhouse. Une soirée inoubliable.

Les hommes du match

Nicolas Gétaz, évidemment. Les spécialistes de la presse locale le trouvent « impressionnant » et on est évidemment d’accord avec leur analyse. Lundi, il a fait tout juste face à Patrick Rossini, gagnant l’immense majorité de ses duels. Et, en plus, il a marqué le 1-1 d’un coup de tête rageur. Gros match également d’Orhan Mustafi, à la pointe de l’attaque. Enfin? Oui, enfin.

Les prochains rendez-vous

Le Mont recevra Winterthour ce dimanche 10 mai, à 15h. Ensuite? Un déplacement à Schaffhouse, la réception de Lausanne, un voyage à Servette avant le dernier match, potentiellement de feu, le 30 mai face à Chiasso à Baulmes!

Le Mont-sur-Lausanne – Lugano 3-2 (0-1)

Buts:  17e Basic 0-1; 53e Gétaz 1-1; 60e Mustafi 2-1 ; 75e N. N’Diaye 3-1. 82e Guarino 3-2.

Arbitres: M. Tschudi, assisté de M. Heiniger et de M. Dubrit.

Le Mont: Brenet; Lavanchy, Tall, Gétaz, Reis; Kololli (78e Martin), Chappuis, Zambrella (65e N. N’Diaye), Berisha; Fejzulahi (88e Dubajic); Mustafi.

Entraîneur: Claude Gross

Lugano: Russo; Markaj, Malvino, Urbano, Di Gregorio; Lombardi, Basic, Sabbatini (64e Melazzi), Bottani (74e Guarino); Cortelezzi (56e Rey), Rossini.

Entraîneur: Livio Bordoli

Stade Sous-Ville, Baulmes. 350 spectateurs.

Categories: Football d'élite

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*