Edin Becirovic frappe deux fois

Edin Becirovic frappe deux fois

« Non, arrêtez, je sais bien pourquoi vous m’appelez. Ce n’est pas le bon jour. Vous auriez pu m’appeler un autre jour, ça m’aurait fait plaisir. Mais là… » Edin Becirovic ne pouvait pas y échapper: son doublé a permis à Yverdon Sport de battre (2-1) Azzurri 90, son ancienne équipe. Les Lausannois ont encaissé leur première défaite de la saison, samedi au Stade Municipal. Parti pas vraiment en bons termes du club lausannois, Becirovic y a fortement participé, en marquant deux fois, à la 89e et à la 93e! Forcément, on a eu envie de l’appeler.

Edin Becirovic, ça doit être forcément spécial de marquer un doublé contre son ancienne équipe, non?

Oui, je ne peux pas vous dire que ça ne me fait rien. Mais je ne me sens pas très à l’aise pour répondre… Pour moi, c’était un match comme un autre. Je donne de toute façon toujours tout, je me bats sur chaque ballon, que ce soit dans un derby ou contre une équipe genevoise ou valaisanne. Là, le contexte était spécial, puisque j’ai joué à Yverdon, puis à Azzurri et que je suis de retour à Yverdon. Mais pour moi, tout ça, ce n’est pas important. Je suis à Yverdon et je suis fier de porter ce maillot. Pour moi, YS, c’est quelque chose, c’est un nom, un stade, un public, une ville. Aujourd’hui, quand j’ai marqué le 2-1, le stade a explosé. Il y avait 500 personnes, je pense. Là, j’ai vibré, pour ces gens.

Racontez-nous ces deux buts!

Sur le premier, Dereck Isabella centre, et Luca Scalisi intercepte le ballon. Mais j’arrive à lui le piquer et je frappe. 1-1. Et quelques minutes plus tard, dans les arrêts de jeu vraiment, Toni Jankuloski frappe, mais le gardien dévie. Je reprends de volée et 2-1! On a vraiment mérité ce succès. Je ne suis pas journaliste ou analyste, mais je vous le dis: on a été meilleurs qu’eux, on a bien joué au ballon. Ils avaient marqué le 0-1 par Salou Galokho, mais notre victoire est complètement méritée.

Isabella, Jankuloski et vous: trois anciens joueurs d’Azzurri…

Oui, mais de nouveau, ce n’est pas important. Si vous tenez à me faire dire du mal d’un de mes anciens clubs, vous n’y arriverez pas. Il y en a trop, de toute façon (rires)!

Categories: 1re ligue, 3 questions à