Echichens remporte un choc magnifique à Pully

Echichens remporte un choc magnifique à Pully

Quel match! Echichens, leader du groupe 1, a rapidement mené 0-2 sur la pelouse de Pully et semblait parti pour conserver ce résultat et s’envoler vers une victoire facile sur le terrain d’un prétendant sérieux aux finales. Il y avait des airs de passation de pouvoir entre un finaliste de l’an dernier (Pully) et un autre qui se rapproche semaine après semaine de ce qui n’était absolument pas un objectif de début de saison (Echichens). Mais Yannick Favre et ses coéquipiers ont montré beaucoup de caractère pour revenir à 2-2 avant de craquer en toute fin de partie alors qu’ils étaient la meilleure équipe sur le terrain. Le nom du bourreau? Fabrice De Benedictis, auteur d’une partie XXL et d’une frappe merveilleuse à la 87e pour tromper Antony Russo. Score final, 2-3 pour Echichens.

Echichens, à force, n’est plus une surprise

On ne sait même pas par où commencer, en fait. Il y a eu trop de choses dans cette partie pour qu’on la résume simplement à une victoire des visiteurs. Echichens, à force, n’est plus une surprise. Cette équipe-là compte huit points d’avance sur la troisième place et il s’agit de tout sauf d’un hasard. Sa force principale? Elle est connue et elle réside dans la puissance de son collectif. Son 4-4-2 est parfaitement maîtrisé et on osera presque jusqu’à prétendre que ses joueurs sont interchangeables. C’est un peu faux, bien sûr, mais l’idée est là. Deux lignes de quatre, à plat, sont chargés de créer un équilibre et de permettre aux deux attaquants d’apporter tout le danger nécessaire. Mais surtout, le FCE joue ensemble et chaque effort est collectif. Cela se voit à des kilomètres et cela prouve une chose: quand on a un bon entraîneur, tout est plus facile.

Des jeunes qui s’affirment semaine après semaine

Le président Manuel Choffat peut chaque jour se dire qu’il a fait l’affaire de sa vie en convainquant Alain Gendron de rejoindre son club à l’hiver 2014. Depuis l’arrivée du Parisien, Echichens est une place forte du football vaudois et ses jeunes joueurs ont pris une dimension plus qu’intéressante. Car oui, ces joueurs-là s’épanouissent dans le collectif et en ressortent plus forts. Un exemple? Fabrice De Benedictis, déjà. Son nom ne vient pas encore spontanément lorsqu’on évoque les meilleurs éléments de 2e ligue, mais il s’agit de plus en plus d’une erreur. Son volume de jeu, sa capacité à se projeter vers l’avant, son caractère et son sens du but en font un joueur de premier plan, à seulement 23 ans. Toute la difficulté du FC Echichens se situe là, désormais: il va falloir faire en sorte d’éviter que ces jeunes s’enflamment et oublient que sans le collectif, ils perdraient immédiatement une grande partie de leurs qualités. Ils auront forcément des sollicitations, mais devront rester forts dans la tête et concentrés sur l’objectif. Le plus dur commence peut-être pour Alain Gendron.

Echichens impose des « phases de jeu » différentes

Où le FCE impressionne également, c’est par la fluidité de ses transmissions, y compris sur coup de pied arrêté. Ceux-ci sont travaillés, cela se voit, et cela donne des résultats, surtout. Une autre preuve que le travail paie? On a surpris l’entraîneur d’Echichens donner à la 12e minute des consignes précises à Joël Reinhard, le chef de sa défense, et à Ali Ramdan, son leader offensif. En clair? Le FC Echichens a des phases de jeu, qu’il applique en fonction du rythme de la rencontre, du score et de ce qu’il a envie d’imposer ou non. Du coup, on a posé la question à Alain Gendron, qui a vu clair dans notre jeu et s’est montré naturellement très évasif. « Oui, on a des phases différentes ». Lesquelles? « Cela doit rester à l’interne, chez nous. Après, libre à vous de commenter ce que vous avez vu », a-t-il souri quand on s’est montré un peu insistant. Ce qu’on a vu? Une équipe qui presse haut pendant un quart d’heure, avant de se replier, puis, quasiment « sur commande », remet du pressing. Comme quoi, même en 2e ligue, il est possible de travailler tactiquement et plutôt bien.

Une première période riche en occasions pour les visiteurs

Echichens a d’ailleurs été la meilleure équipe en première période, se créant des occasions à foison. Dans l’ordre? Une frappe de Julien Mottier déviée par Antony Russo (11e), puis la même, de l’autre pied, avec le même arrêt de Russo (12e). Ensuite? Une frappe de Giorgio Degola, sauvée par le gardien pulliéran (36e), puis deux frappes de Fabrice De Benedictis, l’une sauvée par Russo (44e) et l’autre par dessus (45e)! Au milieu de tout ça, Echichens a trouvé le temps de marquer deux buts, quand même, par De Benedictis, de près suite à une frappe de Mottier sur la transversale (20e) puis grâce à un penalty provoqué et marqué par Ali Ramdan, d’une panenka au milieu du but (23e). Pully était à l’agonie.

Mauro Carletta garde Pully dans le match

Mais, stupeur, l’écart n’était que d’un but à la pause, car Mauro Carletta, complètement seul, avait réussi à inscrire le 1-2 d’une tête parfaite sur un corner de Yannick Favre (29e). Echichens avait encaissé là seulement son… 10e but de la saison en 17 matches! 1-2 à la pause, salaire royal pour Pully.

Pully a complètement changé d’état d’esprit après la pause

Tout a changé dès le retour des vestiaires. Mario Fontana a persisté avec son 4-2-3-1, et celui-ci s’est montré alors supérieur à son adversaire. Il y avait chez Pully une certaine volonté de montrer à cette jeune équipe d’Echichens qui était le patron. Chaque joueur a élevé son niveau de jeu d’un ou deux échelons et le FCE a reculé, ne frappant plus qu’en contre. Des occasions? Plus une seule! Quelques situations, bien sûr, mais rien de bien dangereux pour Antony Russo et l’on a vu, là, un Pully Football comme on l’aime, agressif et offensif sous l’impulsion d’un Anthony Schwyn toujours aussi volontaire.

Et Fabrice De Benedictis a frappé à la 87e…

L’égalisation est tombée presque logiquement à la 70e, grâce, à nouveau, à un coup de pied arrêté de Yannick Favre. Le capitaine trouvait la tête d’Hugo D’Aquino, qui trompait Olivier D’Andrea. 2-2! Le match se durcissait alors et montait encore d’un cran dans l’intensité. Pully était tout proche de faire le break, notamment sur coup de pied arrêté, et l’on sentait Echichens (vainqueur 4-0 à l’aller) vraiment contrarié. Et au moment où on se disait que Pully allait passer devant, Fabrice De Benedictis s’échappait côté droit et envoyait une merveille de frappe dans le petit filet d’Antony Russo, qui n’y pouvait absolument rien. 2-3 à trois minutes de la fin et trois points qu’Echichens n’osait même plus espérer, tant il semblait sur le point de rupture, mais qu’il a mérité de remporter au vu de sa première période.

Un grand match, vraiment

Pully, c’est sûr, peut avoir des regrets, mais également être fier de sa prestation. Car le match auquel on a assisté dimanche après-midi sur le terrain en herbe de La Rochettaz était de très haut niveau. Bravo messieurs, tant aux vaincus qu’aux vainqueurs.

Les hommes du match

Du côté de Pully, on a adoré le latéral gauche Karl Sinapayen. Il est énorme dans l’impact et, en première période, il a gagné le 100% de ses duels, montant à des hauteurs remarquables. Physiquement, il est impressionnant et il anticipe très bien. Il a été mis un peu plus en difficulté en deuxième période, Echichens jouant moins long. Mais dans le jeu aérien, il n’a que peu d’égal à ce niveau. Mauro Carletta a été plutôt bon, même s’il a beaucoup couru dans le vide. Que ce soit comme avant-centre ou comme ailier droit, il s’est sacrifié pour l’équipe et a eu l’immense mérite d’inscrire le but de l’espoir à la 29e.

A Echichens, gros match de Julien Mottier. Il s’est créé les premières occasions du match, et a montré une belle activité sur son couloir droit. Très combatif, comme tous ses coéquipiers. Il a été moins bon en deuxième période mais en première, pardon, quel spectacle! On aurait pu mentionner Ali Ramdan, notamment pour sa première mi-temps, mais Fabrice De Benedictis mérite un peu plus, ne serait-ce que pour le but vainqueur.

Les prochains rendez-vous

Le dimanche 26 avril, à 14h30, Lutry recevra Pully pour un joli derby. Le même jour, à 15h, Echichens accueillera le FC Grandson-Tuileries.

Pully Football – FC Echichens 2-3 (1-2)

Buts: 20e De Benedictis 0-1; 23e Ramdan, pen. 0-2; 29e Carletta 1-2; 70e D’Aquino 2-2; 87e De Benedictis 2-3.

Arbitres: M. Rodrigues, assisté de M. Kokollari et de M. Brandao

Pully: Russo; Mbemba, Petrovic, Hassani, Sinapayen; Panda Kalala, M. Caregnato; Schwyn, Favre, Makonda (46e D’Aquino); Carletta.

Entraîneur: Mario Fontana;

Echichens: D’Andrea; Rapin, Gfeller, Reinhard, Deprez; Mottier (83e Bapst), De Benedictis, Girardet, Maillard (57e S. Cardoso); Ramdan, Degola (74e Kazangba).

Entraîneur: Alain Gendron.

Centre sportif de La Rochettaz

Auteur

Ecrire un commentaire

Only registered users can comment.