Echallens recrute malin

Echallens recrute malin

Aux Trois-Sapins, on n’a pas de moyens, mais des idées et un directeur sportif compétent. Depuis la relégation de l’US Terre Sainte, le FC Echallens Région est sans doute le club du groupe 1 de 1re ligue possédant le moins de moyens financiers, avec le néo-promu La Sarraz-Eclépens. A Echallens, on mise sur d’autres valeurs que l’argent pour construire son équipe et Grégory Mathey, le directeur sportif en question, a la tâche sans doute un peu moins facile que d’autres. Alors, il compense par un solide réseau d’informateurs et des observateurs disséminés aux quatre coins du canton, ce qui lui avait notamment permis de réaliser l’un des jolis coups de l’été 2014 en allant chercher Fatah Ahamada en 2e ligue, à Montreux. Il y a eu des échecs, bien sûr, mais le taux de réussite des paris est sans doute plus élevé aux Trois-Sapins qu’ailleurs. De toute façon, il n’a pas le choix: des moyens, il en a, mais pas autant que dans les autres clubs.

Stéphan Cornu, prolongation officielle

Alors, depuis plusieurs mois, le FC Echallens Région réfléchit aux contours de la saison à venir. Le président Fritz Aeschbach et l’entraîneur Stéphan Cornu se sont mis d’accord assez vite pour une prolongation de leur aventure commune. La deuxième partie de saison est un peu bizarre, avec ces quatre victoires d’entrée, suivies de sept défaites et d’un match nul, mais Stéphan Cornu n’avait qu’une mission: le maintien. Et il l’a obtenu en quatre matches, donc son bilan global a été jugé satisfaisant. Il a donc été prolongé par le président et la stabilité est donc de mise à ce niveau-là.

Alix Bahlouli et Ewembe Lokwa, 19 buts qui s’en vont

L’effectif, lui, a un peu changé, du fait de deux départs non désirés en attaque, déjà. Le plus embêtant? Alix Bahlouli, le très bon attaquant, est parti à Köniz (Promotion League). Le coup est rude pour Echallens, qui perd son meilleur atout offensif (10 buts cette saison). Autre mauvaise nouvelle, Ewembe Lokwa (9 buts) s’en va à Fribourg. Deux départs offensifs à compenser, donc.

Quatre autres départs

Toujours dans le secteur de l’attaque, le jeune Vittorio Boffa retourne à la formation du FC Sion, ce qui est moins un problème à court terme. Ce jeune homme a du talent, mais pas encore le coffre pour être un titulaire indiscutable en 1re ligue. Esteban Parra, arrivé de Team Vaud l’année dernière, a décidé d’y retourner. Enfin, Diego Sessolo et Arnaud Golay s’en vont à l’US Terre Sainte, qui réalise là un joli coup en vue du prochain championnat de 2e ligue inter. Voilà donc pour les départs, qui sont au nombre de six pour l’heure.

Baptiste Bersier, 20 buts en deux ans avec Payerne

Pour compenser et construire une équipe compétitive, Echallens a donc recruté malin. Bien sûr, les noms de Quentin Rushenguziminega et d’Adrian Alvarez ont circulé dans l’entourage du club, mais ces deux joueurs-là, qui se sont révélés aux Trois-Sapins, ne sont plus forcément accessibles pour le FCER… même si une surprise n’est pas forcément à exclure pour le deuxième nommé. Echallens, pour l’heure, a fait signer huit joueurs, dont Baptiste Bersier. L’attaquant de 20 ans, formé au Team Fribourg, était arrivé en 2014 à Payerne, en provenance du CS Romontois. Au Stade Municipal, il a passé deux très belles saisons de 2e ligue inter, marquant 5 buts la première année et 15 la seconde. Cet homme-là sait où se trouve le but, c’est une certitude, et il a le profil idéal du pari méritant d’être tenté. Il a une marge de progression, bien sûr, lui qui doit encore s’affirmer dans les grandes affiches notamment. A Echallens cette saison, il va avoir du temps de jeu et tout à prouver. Sincèrement, on se réjouit de voir ce que cela va donner, car il a toutes les qualités de base pour exploser à ce niveau. Rendez-vous dans quelques mois…

Trois arrivées en provenance du FC Thierrens

Voilà pour la première pierre du recrutement intelligent de Grégory Mathey, qui a enchaîné avec trois joueurs du FC Thierrens, rien de moins. Le blond Jonathan Roder, déjà, a dit oui pour ce nouveau défi. Le très énergique milieu défensif de 24 ans est courtisé depuis de longues années par Echallens, mais avait toujours résisté jusqu’à la semaine dernière. Très attaché au FC Thierrens, comme tous ceux qui y sont passés, il a décidé, cette fois, d’aller voir plus haut s’il avait le niveau. Sur le plan de la combativité, de l’attitude et du don de soi, on n’a aucun doute. La technique, il l’a aussi. Mais il va devoir maintenant prouver pouvoir prendre le rythme du niveau supérieur rapidement. A lui de jouer. Thibaud Chevalley effectue lui son retour aux Trois-Sapins. Il en était parti faute de temps de jeu et a explosé au FCT, où il est devenu l’un des meilleurs joueurs de 2e ligue inter romande. Que ce soit comme latéral ou comme milieu de couloir, il a impressionné lors de son passage au Marais et revient à Echallens avec plus de certitudes. Rien ne dit qu’il occupera une place de titulaire en 1re ligue, c’est à lui d’aller la chercher, mais il est clair qu’il a plus d’arguments aujourd’hui qu’il y a trois ans. Enfin, le gardien Valentin Piot va se battre avec Léo Richard pour la seule place de titulaire dans les buts. Arrivé de l’ES Malley, où il avait joué en 1re ligue, ce gardien de talent a effectué trois belles saisons au FC Thierrens et retente donc sa chance au niveau supérieur. Ces trois arrivées-là entrent indiscutablement dans la catégorie « recrutement malin ».

 

Thierrens-Echallens

 

Quatre joueurs venus de 1re ligue

Voilà donc pour les quatre joueurs venus de 2e ligue inter. Mais Echallens a aussi recruté dans la même ligue, cette fameuse 1re ligue qui va regrouper 7 clubs vaudois cette saison encore (Stade-Lausanne-Ouchy, Azzurri 90, Echallens, Yverdon Sport, Team Vaud M21, Vevey et La Sarraz-Eclépens). Le plus spectaculaire des renforts venus de 1re ligue? Yassine El Allaoui. Yverdon Sport avait misé gros sur l’ancien avant-centre de Xamax FCS cet hiver, mais n’a pas souhaité le conserver cet été. Soyons clairs: il ne s’est pas intégré au jeu d’YS et n’a pas eu l’efficacité escomptée. Il arrive donc à Echallens avec un gros sentiment de revanche et une envie forte de prouver ses qualités, lui qui avait été étincelant lors des montées de Xamax en 2014 (17 buts en 1re ligue) et en 2015 (8 buts en Promotion League), mais a connu une grave blessure ensuite. Sur le papier il s’agit d’un renfort énorme. Dans les faits, c’est à lui de le prouver. Deuxième arrivée en provenance d’Yverdon Sport, celle de Fatah Ahamada. Le virevoltant ailier avait très bien commencé la saison 2015-2016 avec YS, d’où il était arrivé d’Echallens. Puis, petit à petit, Allan Eleouet a commencé à être très bon, au fur et à mesure que Julien Marendaz lui donnait sa chance, et Ahamada a été victime de cette concurrence, entrecoupée de petites blessures. Son deuxième tour a été plus compliqué et il revient donc à Echallens avec, lui aussi, l’envie de rebondir. Vu ses immenses qualités, et l’environnement tranquille des Trois-Sapins, il pourra le faire sans pression.

Le retour de « Jimmy »

Dereck Isabella entend également profiter de son engagement à Echallens pour trouver du temps de jeu et prouver qu’il a sa place dans cette ligue. L’ailier a déjà prouvé, par bribes, qu’il avait le niveau. Il est étincelant sur des phases de jeu et, par moments, peut se montrer très impressionnant. Que ce soit avec Azzurri ou Yverdon Sport, il a déjà montré une partie de ses qualités, mais n’a pas encore réussi à trouver la constance qui pousserait l’un de ses entraîneur à le titulariser plusieurs matches de suite pour qu’enfin, il prenne le rythme et s’installe à une place de titulaire. A lui de travailler, encore et encore, pour se faire sa place sur le long terme. Enfin, dernière arrivée, celle de David Jimenez. Lors de son dernier passage à Echallens, il était l’un des meilleurs milieux de terrain de 1re ligue. Il a ensuite beaucoup bougé entre Azzurri, un voyage à l’étranger, Vevey et Yverdon, d’où il arrive. Il a d’abord peu joué, puis a obtenu la confiance de Philippe Perret, qui en a fait un de ses hommes de base. Il revient à Echallens, là où il se sent bien, et Grégory Mathey compte sur lui pour apporter son expérience à mi-terrain.

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*