Echallens passera les fêtes en très bonne position

Echallens passera les fêtes en très bonne position

Samedi, Echallens n’a pas rigolé et même sérieusement souffert, pour difficilement passer l’épaule, face à un FC Lancy entreprenant et aux solides arguments (2-1).

Par un froid de canard et une désagréable bise, Echallens, grâce à un doublé de l’inévitable El Allaoui, a remporté l’entier du pactole, pour finir l’année sur une note positive, malgré la ténacité et la qualité d’une opposition qui n’a rien lâché. Avec ces trois nouveaux points, arrachés dans la difficulté, les hommes du président Fritz Aeschbach passeront l’hiver au chaud et en position confortable de finalistes, à deux unités du leader Carouge. Pour ce dernier rendez-vous capital, Alexandre Comisetti a dû longtemps réfléchir et racler les fonds de tiroir pour tenter un coup de poker, et présenter une défense inédite et compétitive.

Retour de Nicolas Bastardoz

Pour palier l’absence des blessés, Salvi et Chevalley, et des importants suspendus, Galokho, Marazzi et Katz, le désormais ex-commentateur de la Nati a pris le risque de faire appel à Nicolas Bastardoz, sevré de compétition depuis belle lurette. Un pari un peu fou qui, au final, s’est avéré gagnant. En effet, le natif d’Echichens, avec seulement trois petits entraînements dans les jambes et sans véritable repère, a su répondre présent. Sans être génial, il a pu compter sur sa routine et son sens du placement, pour livrer une convaincante prestation. Il a aussi eu la chance d’être secondé par un Théodore Amougou, parfois irrégulier, mais qui fut, samedi, tout simplement performant et à la hauteur de l’événement.

Les gens du Gros-de-Vaud, dans un classique 4-2-3-1, ont du batailler ferme et serrer les coudes dans une première mi-temps compliquée, face à une équipe genevoise agressive et talentueuse. Personne, parmi les 200 courageux présents aux Trois Sapins, n’aurait crié au scandale, si Lancy, large dominateur, avait matérialisé sa supériorité. Même si les réelles occasions étaient denrées rares, N’Diaye et Barroso, les vieux briscards du milieu, ont fait la loi pendant que le gaucher et impressionnant Torres semait la terreur. A la 22e, Echallens, toujours sous pression, pouvait remercier l’arbitre qui annulait une réussite sur coup franc d’Haliti, pour un hors jeu discutable et peu évident. Les visiteurs, tournés vers l’offensive et très actifs, se créaient la plus belle et sérieuse occasion (34e). Barroso se présentait seul face à Zwahlen. Sur le renvoi, Nsilu, royalement placé, voyait son essai être sauvé chanceusement de la tête et sur la ligne, par le revenant Bastardoz.

Deux goals d’El Allaoui copié-collé

Les Challensois, à la peine et sans véritable occasion, allaient, contre le cours du jeu, porter une première banderille pour prendre l’avantage. Adam servait idéalement et astucieusement El Allaoui, peut-être hors-jeu, dans le dos d’une défense axiale peu à son affaire. Le numéro 20, en totale maîtrise et avec sang-froid, ne ratait pas pareille aubaine. Royalement payé et en souffrance, Echallens, dès la reprise, frappait fort et surtout rapidement. Sur un copié-collé de l’ouverture du score, avec un El Allaoui en embuscade et toujours aussi redoutable, Echallens pouvait doubler la mise (47e).

Lancy réduit à dix

Lancy, KO, mais pas encore résigné, faisait valoir son va-tout avec l’introduction d’un attaquant supplémentaire, dans un nouveau dispositif tactique. Les Genevois offraient aussi des boulevards et des espaces pour un Echallens qui avait, sur des contres, les occasions de classer l’affaire. A peine entré en jeu, Pasche s’échappait pour, au final, complètement rater sou coup (68e). C’est sur un corner de Kaya et de la tête, que N’Diaye pouvait enfin tromper l’excellent Zwahlen et relancer l’intérêt d’une rencontre encore indécise (74e). Les Genevois, toujours dangereux par ce diable de Torres, étaient toutefois pénalisés par la petite prestation d’un Nsilu, peu en vue, et un Vuzi, certes très actif, mais terriblement brouillon. Dupuis, à deux reprises, aurait dû marquer le goal de la libération définitive. Lancy, réduit à dix, après l’expulsion d’Aïachi, pour une faute de dernier recours, n’allait jamais revenir au score et obtenir le point qu’il aurait largement mérité.

Comisetti était soulagé et heureux de l’issue finale « L’équipe, sur une bonne dynamique en cette fin d’exercice, a été remarquable et acquis un succès inespéré. Lancy, un sérieux client, a été redoutable comme prévu. On se retrouve ainsi idéalement placé, dans un championnat où la concurrence est vive et de qualité. On ne va pas se prendre la tête et surtout jouer sans pression particulière. Il est même permis de rêver »

Bastardoz futur papa

Nicolas Bastardoz, malgré une fatigue bien présente, a serré les dents pour assumer sa mission : « C’était mon premier match depuis deux ans et demi. Je m’entraîne peu et surtout trop rarement. Après mon doctorat, j’ai pu décrocher un poste de professeur à l’université de Zürich. J’habite Neuchâtel et je serai prochainement père de famille. A 31 ans, avec mes obligations et nombreux déplacements, je n’ai plus vraiment le temps pour le foot, mais ma passion reste intacte. Même si ma condition physique de samedi était acceptable, j’ai souffert des changements de rythme et d’un manque évident de repères. J’ai pu compenser avec mon expérience et surtout pu compter sur des partenaires solidaires. Je suis ravi d’avoir pu aider l’équipe, avec mes moyens actuels, pour décrocher cet important succès. Cette expérience sera la dernière de mon honorable et précieuse carrière. »


FC Echallens – FC Lancy 2-1 (1-0)

Buteurs: 43e El Allaoui 1-0 47e El Allaoui 2-0 74e N’Diaye 2-1

Auteur

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*