Echallens est passé tout près de l’exploit

Echallens est passé tout près de l’exploit

« On avait bien préparé ce match, et je crois que cela s’est vu. On était bien en place, et si on fait le décompte des occasions de but, je crois qu’on peut penser qu’Echallens aurait mérité autre chose… » Julien Marendaz, entraîneur d’un très bon EFC, avait de quoi être légitimement frustré après ce 1/32 de finale face au FC Thoune. « On a tenu tête à une équipe qualifiée pour les barrages de l’Europa League, ce n’est pas rien. Quand on est revenus à 1-1, et qu’on a eu un très bon passage, on a senti qu’ils pouvaient craquer. Et même à 1-2, si Alvarez remporte l’un de ses deux face à face… » Julien Marendaz ne finit pas sa phrase, car oui, il le sait, son équipe est passée à côté d’un exploit monumental en ce dimanche après-midi.

Adrian Alvarez a en effet fait subir un calvaire aux défenseurs bernois. L’ailier challensois a provoqué le penalty du 1-1 (49e), et s’est créé deux immenses occasions sur son côté droit dans les dix dernières minutes de jeu. Moser sauvait la première du pied. Et Alvarez frappait au dessus quelques instants plus tard, dans la même situation, après avoir pris de vitesse toute la défense thounoise. Rageant.

Une première période sans rythme, bien maîtrisée par les Challensois

Devant 1000 spectateurs aux Trois-Sapins, les Challensois ont débuté timidement, se contentant de défendre en première période. Avec une charnière centrale Bastardoz-Conesa très solide, les pensionnaires de 1re ligue Classic ont attendu les Thounois, ne leur proposant aucun espace. La première occasion? Elle a même été pour Echallens, mais la frappe d’Alvarez était trop croisée (18e). Sinon? Une circulation du ballon bernoise, mais sans rythme. Ni Thoune ni Echallens n’emballaient la partie, laquelle sombrait dans une certaine torpeur. L’atmosphère, lourde, endormait spectateurs et acteurs. En fait, il faudra attendre la 38e et une ouverture du score venue de nulle part pour assister à la première action des Bernois…. et à l’ouverture du score. « On prend ce but sur une touche… », pestait Julien Marendaz. Quelques secondes plus tard, une belle talonnade de Junior Sanogo trouvait Cassio, esseulé à dix mètres, qui ne laissait aucune chance à Léo Richard, en force. Thoune avait fait ce qui semblait le plus dur: trouver une faille dans la défense challensoise.

Le « changement qui change tout »

Si les hommes de Julien Marendaz ont bien défendu en première période, ils ont eu de la peine à développer du jeu. Mais dès le retour des vestiaires, quel changement! En sortant Halit Sabedini, milieu défensif bien discret en première période, et en faisant entrer Stéphane Cando sur l’aile gauche, Julien Marendaz a vu juste. Le nouvel entrant frappait au dessus dès la 47e (belle volée), quelques secondes avant qu’Adrian Alvarez, grâce à sa vitesse, obtienne un penalty indiscutable. Damien Germanier le transformait en deux temps, après une parade de Moser qui lui revenait heureusement dans les pieds. Dès lors, le FC Thoune n’allait plus rien comprendre à ce qui lui arrivait pendant dix bonnes minutes. David Jimenez et Damien Germanier prenaient complètement le jeu à leur compte au milieu, et Yannick Nkufo effectuait des appels tranchants. Thoune, clairement, était près de craquer. Et les Bernois n’ont de loin pas soldé ce match, un coup d’oeil à la composition d’équipe suffit à s’en convaincre…

Echallens n’a pas craqué physiquement, au contraire

C’est à la fin de ce temps fort challensois que les Bernois ont saisi l’opportunité de punir les locaux, grâce à un but de Cassio, bien décalé dans la surface par Luca Zuffi, auteur d’une belle action personnelle. Cruel, car à ce moment-là de la partie, Echallens était bien la meilleure équipe sur le terrain. Les hommes de Julien Marendaz allaient-ils craquer physiquement? Non, pas un seul instant. Au contraire, Thoune prenait l’eau de toutes parts et Adrian Alvarez, par deux fois, a eu l’occasion d’égaliser, sans y parvenir. Cela n’a pas été le cas et ce sont même les Bernois, dans les arrêts de jeu, qui inscriront le 1-3.

Vite revenir sur terre: Bavois sera là mercredi

C’est donc bien le FC Thoune qui se qualifie pour les 1/16e de finale de cette Coupe suisse, auxquels participeront six clubs vaudois (Lausanne-Sport, Le Mont, Stade Nyonnais, Terre Sainte, Bavois et Stade-Lausanne). Nous y reviendrons bien sûr très vite. Echallens, lui, va devoir se reconcentrer sur le championnat et la venue du FC Bavois, mercredi à 20h. Ce sera sans David Jimenez, expulsé pour une faute de dernier recours dans les derniers instants de la partie. « J’espère que l’on n’aura pas grillé trop d’énergie », s’inquiétait Julien Marendaz. Un match face à une Super League est une chose. Un derby vaudois face à l’ambitieux voisin du FC Bavois en est une autre, pas forcément moins importante.

Les hommes du match

Adrian Alvarez a été le meilleur challensois. Il aurait été un héros en convertissant l’une de ses deux fameuses occasions, mais il a obtenu le penalty du 1-1, et a été le joueur le plus percutant sur le terrain, les deux camps confondus. Il a prouvé, sur ce match, avoir toutes les qualités nécessaires pour jouer plus haut que la 1re ligue Classic. L’entrée de Stéphane Cando a été décisive. En première période, sans lui, Echallens a subi. Dès son entrée, et le changement tactique allant avec, Echallens a joué plus haut et a perturbé le FC Thoune. Il aurait pu, lui aussi, inscrire le but de l’égalisation avec un peu plus de conviction et de percussion.

Du côté de Thoune, le Brésilien Cassio a été décisif avec son doublé, même si sa prestation n’a pas été exceptionnelle dans l’ensemble. Christian Schneuwly, sur l’autre aile, a lui aussi créé quelques dégâts, mais son activité de tous les instants a été plutôt bien gérée par Steve Samandjeu et Andy Laugeois.

Les prochains rendez-vous

Le FC Echallens a donc un joli derby vaudois à jouer dans quelques jours, mercredi 21 août à 20h, face à Bavois. Le FC Thoune se rend lui à Belgrade le lendemain, y affronter le prestigieux Partizan en play-off de l’Europa League.

Le plan-fixe

FC Echallens Région – FC Thoune 1-3 (0-1)
Buts: 37e Cassio 0-1; 49e D. Germanier, pen. 1-1; 61e Cassio 1-2; 93e Martinez 1-3.
Arbitre: M. Fähndrich.
Echallens: Richard; Laugeois (65e Debluë), Conesa, Bastardoz, Samandjeu (86e Mitrov); Jimenez, Sabedini (46e Cando); D. Germanier, Martinet, Alvarez; Nkufo.
Entraîneur: Julien Marendaz.
Thoune: Moser; Frey, Siegfried, Sulmoni, Wittwer; Zuffi, Sanogo; C. Schneuwly, Salamand (59e Hediger), Cassio (62e Martinez); Sadik.
Entraîneur: Urs Fischer.
Notes: Centre sportif des Trois-Sapins.

Auteur