Echallens a trouvé un successeur à la hauteur

Echallens a trouvé un successeur à la hauteur

La nouvelle du départ de Julien Marendaz pour Yverdon n’avait pas du tout été vécue comme une trahison par les dirigeants du FC Echallens Région. Conscients que leur entraîneur avait fait le « tour de la question » en trois ans, si l’on ose dire, ils ne s’y sont pas opposés et l’ont même plutôt accueilli avec une certaine fierté. Le mot est peut-être un peu fort, mais quand même, l’idée est là. Reste que si le départ de Marendaz en direction d’YS s’est fait en excellents termes, il fallait trouver un successeur à la hauteur et là, les sourires se sont crispés un peu.

Il y a eu des candidatures spontanées

Anticiper? Impossible. Si les recherches avaient eu lieu avant, le risque aurait été trop grand que cela se sache, alors même que Julien Marendaz n’avait rien annoncé, rien dit, et que les contacts avec Yverdon n’avaient aucun caractère officiel avant l’annonce de mercredi. Le calcul s’est révélé un peu risqué de la part d’Echallens, notamment en termes de timing, mais il a finalement été le bon. Bien sûr, il y a eu des candidatures spontanées après la divulgation du départ de Julien Marendaz. Le téléphone de Grégory Mathey a sonné un peu plus que d’habitude et le directeur sportif challensois a écouté tout le monde, mais au fond de lui son choix était clair depuis le début: ce serait Bernardo Hernandez.

Oui, Echallens est une belle adresse

Il restait à ce que celui-ci accepte, bien sûr, ce qui n’avait rien d’une évidence au départ. Oui, Echallens est une belle adresse et un club qui compte, mais on parle de 1re ligue et le Franco-Uruguayen ne s’est jamais aventuré aussi « loin », si l’on considère le Gros-de-Vaud comme une terre hostile et lointaine depuis la Côte. Entraîneur de Nyon depuis juin 2012, l’élégant quarantenaire avait été viré de Colovray en février 2015 pour des raisons que l’on a détaillés ici-même et qui tiennent plus de la gestion folklorique du club nyonnais que de réelles motivations sportives. Son bilan était inattaquable et il attendait la bonne offre, chez lui.

La 1re ligue, Bernardo Hernandez connaît

Celle-ci est donc arrivée de la part du FC Echallens Région, un club qui lui ressemble. C’est vrai, il a entraîné en Promotion League dernièrement, après avoir été assistant à Carouge, en Challenge League, mais il connaît très bien la 1re ligue, notamment comme joueur. Les Trois-Sapins, il y a évolué lorsqu’il jouait à Meyrin, UGS ou Chênois, et il sait que ce club partage la même philosophie que la sienne: faire grandir les jeunes du club, tout en étant compétitif.

Une formation locale à encourager

Ce sera une de ses missions à Echallens, même si la réalité force à dire que le contingent du club des Trois-Sapins est composé de joueurs expérimentés pour la plupart et que les jeunes qui flambent ne sont pas « du cru ». Ce n’est pas un jugement de valeur, ni une critique, mais un simple constat: le dernier joueur à être sorti de la formation locale est Bastien Varidel, parti cet hiver en prêt à Thierrens. Sinon, parmi les titulaires réguliers de moins de 25 ans? Fatah Ahamada est Parisien, Christophe Debluë vient de la Côte et Ludovic Zwahlen est un vrai Baulméran. Echallens doit retrouver une certaine identité et à ce titre, il est difficile de faire un meilleur choix que Bernardo Hernandez, l’homme qui a maintenu Nyon en Promotion League avec trois briscards et quinze gamins.

Les talents locaux ne manquent d’ailleurs pas, à Echallens, mais ces dernières années, ils partent avant d’avoir fait leurs preuves, autant par manque de patience de leur part que de manques de perspectives. La 1re ligue est un monde impitoyable, où un jeune sorti de B, fussent-ils inter, a peu de chances de survivre. Cela ne changera pas comme par magie avec Bernardo Hernandez, mais il peut aider, et il va aider, le club à penser dans le bon sens.

Tout le monde peut être rassuré

Echallens est donc fixé avant même la fin du championnat et le signal envoyé à tout le monde est bon. Oui, l’après-Marendaz est assurée et elle l’est de belle manière. Les joueurs éventuellement approchés pour le recrutement ou ceux de l’effectif peuvent être rassurés: il y aura un technicien de grande qualité sur le banc challensois. Et le tout a été ficelé en 24 heures, ou à peine plus. Comme une évidence.

Ecrire un commentaire

Only registered users can comment.