Echallens a choisi Stéphan Cornu

Echallens a choisi Stéphan Cornu

« Il connaît bien la maison, il est de la région. Je suis convaincu que nous avons fait le bon choix avec Stéphan ». Fritz Aeschbach a annoncé jeudi soir à ses joueurs que leur nouvel entraîneur s’appelait Stéphan Cornu, en tout cas pour les six prochains mois. Si le président du FC Echallens Région souligne que le Baulméran connait bien la maison, c’est qu’il a déjà eu la deuxième équipe en main, en 2e ligue inter, voilà dix ans. « Il m’a laissé un bon souvenir. Il s’agit de quelqu’un qui prépare bien ses entraînements, d’un passionné du football. Je n’ai aucun doute sur le fait qu’il va s’impliquer à fond chez nous », continue Fritz Aeschbach.

Un contrat jusqu’en juin

Actuel entraîneur du FC Baulmes (3e ligue), Stéphan Cornu n’a jamais caché que son objectif était de retrouver un club de niveau supérieur, lui qui a notamment entraîné Yverdon (1re ligue) et La Sarraz-Eclépens (2e ligue inter). L’ancien gardien de but (deuxième gardien en LNB avec YS sous Bernard Challandes) trouve donc là une jolie occasion de rebondir, même s’il n’a été officiellement engagé que jusqu’à la fin de ce deuxième tour. « C’est exact, mais cela ne veut pas dire que nous n’allons pas continuer ensemble. Tout est ouvert. Nous n’avons pas d’entraîneur nommé pour le mois de juin, donc si tout se passe bien pour Stéphan, pour le FC Echallens et pour les joueurs, pourquoi ne pas continuer avec lui? Tout est clair: nous avons un accord jusqu’en juin, pas plus », explique Fritz Aeschbach.

Fritz Aeschbach: « Il a fallu réagir et je trouve qu’on l’a bien fait »

La solution « Stéphan Cornu » a donc le mérite de la proximité, une valeur qu’Echallens voulait retrouver après le passage de Bernardo Hernandez. Fritz Aeschbach confirme que cette donnée est importante: « Bernardo est un excellent entraîneur, quelqu’un qui a une vision professionnelle ou semi-professionnelle. Il a décidé de partir à Servette, dans un contexte qui lui convient mieux, et nous avons décidé de ne pas nous y opposer. C’est à côté de chez lui et il aurait été faux de notre part de l’empêcher de saisir cette opportunité. Après, comme vous l’a dit notre directeur sportif Grégory Mathey, le timing n’est pas bon. Nous avons dû nous retourner et c’est ce que nous avons dit aux joueurs: la situation actuelle n’est pas de notre faute. Il a fallu réagir et je trouve qu’on l’a très bien fait avec l’engagement de Stéphan. Il est lui aussi un très bon entraîneur, qui va nous aider à faire un très bon deuxième tour. »

Stéphan Cornu: « C’est le bon moment »

Qu’en pense le principal intéressé? « Pour moi, c’est le bon moment. Je n’ai absolument pas l’impression de trahir le FC Baulmes, car je leur ai dit en face et dans la presse que je désirais être libéré dès qu’une offre de niveau supérieur arriverait. Je tiens quand même à remercier les dirigeants de Baulmes pour leur compréhension. Quand on en a parlé cette semaine, ils ne m’ont absolument fait aucun reproche. Je tiens à le souligner. Après, Echallens a besoin d’un entraîneur, c’est un club que je connais et que j’apprécie, avec une grande stabilité et des gens formidables qui le dirigent. J’y ai joué entre deux passages à Yverdon et j’y ai entraîné la II », commence par dire Stéphan Cornu. Le fait de n’être sous contrat que jusqu’en juin le perturbe-t-il? « Non. Comme le dit le président, si tout le monde est content, je pars du principe qu’il n’y aura pas de raisons de changer. Dans ma tête, je ne viens pas pour six mois et je pars après. Si je venais juste pour faire le prête-nom pour un tour, j’aurais dit non. »

Le staff ne bougera pas

Sa nouvelle équipe? « Je connais des joueurs du Team Vaud, mais aussi les Germanier, que je vois passer dans le cadre de leur diplôme d’entraîneur. Ils savent donc à quoi s’attendre », sourit Stéphan Cornu, qui est, entre autres qualités, instructeur ASF. Les cours étant donnés à Echallens, il aura encore moins de raisons de ne pas bien s’adapter aux Trois-Sapins. Et en ce qui concerne le staff? « Il ne bougera pas. Il y a du monde en place, qui fait de l’excellent travail. Je viens tout seul et je me réjouis de travailler avec tout le monde. David Tenthorey reste comme adjoint et je m’en réjouis. Je le connais professionnellement, mais aussi du monde du football et je m’entends très bien avec lui. On va faire du bon boulot. C’est d’ailleurs lui qui a dirigé encore cette semaine d’entraînement et qui sera sur le banc ce samedi pour le match amical face à Team Vaud. Je ne commencerai que lundi. » Les débuts seront d’ailleurs raccourcis, puisqu’en fin de semaine prochaine, toute l’équipe s’envolera en direction de Barcelone pour un week-end festif. « J’ai pris la décision de ne pas les accompagner. Si c’était un camp d’entraînement, bien sûr que j’y serais allé, mais là, c’est vraiment quelques jours de détente, entre eux. Je les retrouverai pour l’entraînement, dès leur retour », précise le nouvel entraîneur.

Pas trop de danger, a priori

Bref, tout va bien à Echallens, un club qui a donc su gérer l’embarras que provoque le départ d’un entraîneur à quelques jours de la reprise. Avec huit points d’avance sur la barre, le club des Trois-Sapins semble à l’abri de la catastrophe. Fritz Aeschbach, en tout cas, ne veut pas en entendre parler: « La relégation? Non! Je ne veux pas en parler. Je ne veux même pas y penser! Je ne répondrai donc pas à cette question. Pour moi, c’est hors de question ». Là aussi, les choses sont claires: Echallens cherchera simplement à disputer un bon deuxième tour, sous la conduite d’un entraîneur qui cherchera lui aussi à faire du mieux possible. Sans trop de pression a priori.

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*