Un duo de potes pour viser les finales

Un duo de potes pour viser les finales

En course pour les finales de promotion, le FC Epalinges IA retrouve des couleurs. Auteur d’un solide premier tour, le club du nord de Lausanne ne se trouve qu’à trois points du deuxième rang du groupe 6 de 4e ligue.

La mission promotion (Epalinges renaît de ses cendres) est toujours d’actualité du côté du FC Epalinges. En effet, l’équipe lausannoise se bat dans un groupe très relevé de 4e ligue. Ses adversaires sont, l’intouchable Etoile Broye (27 points) (L’Etoile file), Corcelles-près-Payerne (20) et Slavia Lausanne (19). Epalinges, quatrième peut y croire au vu des trois unités de retard sur la deuxième place qualificative pour les finales. Surtout, la formation du duo d’entraîneurs Gonzalo Dos Santos et Rade Milicevic a relevé la tête après un début de saison compliqué.

Deux nuls et une défaite contre les adversaires directs

L’effectif de l’équipe, après de nombreux mouvements durant le mercato estival, a enfin trouvé sa stabilité et pu donner la pleine mesure de son talent dès la troisième journée du championnat. « Nous avons connu une entame difficile, confirme Rade Milicevic. Il y a eu des départs inattendus durant l’été, mais nous avons recruté une dizaine de joueurs durant le mercato pour avoir une équipe compétitive ». L’autre motif de satisfaction réside dans le fait d’avoir pris un point face à Slavia et un contre Corcelles. L’exploit a même été palpable face à Etoile-Broye, avec une défaite de « seulement » un but.

Le nouveau logo du FC Epalinges

Le tournant du premier tour s’est déroulé durant la rencontre face à Slavia. Alors menés 2-0 après cinq minutes de jeu, les Palinzards ont fait preuve de caractère pour arracher un point. « A partir de là, on a su que tout le monde pouvait se donner un peu plus, sourit Gonzalo Dos Santos. Nous étions enfin une équipe soudée, personne ne trichait et l’esprit était très positif. Nous avons enfin récolté les fruits du travail que l’on a effectué en amont sur le mental, le respect et la solidarité ». Après ce point remporté face à l’un des favoris, Epalinges a aligné trois victoires avec 11 buts marqués pour zéro encaissé.

« Ils jouent bien au ballon »

Il est presque dommage pour Epalinges d’avoir stoppé la saison aussi vite, mais les premiers frimas de l’hiver toquaient à nos portes. Outre cette bonne série, Rade Milicevic, auteur d’un but avec la Ib (!), se montre satisfait du jeu proposé par ses hommes. « Ils jouent très bien au ballon. C’est du beau football. Ils ont pour consigne de construire depuis derrière au sol. Même le gardien doit éviter au maximum de dégager devant ». Content du niveau pratiqué par l’équipe, le duo ne reste pourtant pas sur ses acquis. « Nous désirons engager un joueur par ligne afin d’instaurer plus de concurrence. Je précise que nous ne recruterons pas pour compléter l’effectif, mais pour y apporter de la qualité », commente Gonzalo Dos Santos, surnommé « Gonzo ».

La moins bonne attaque des ténors

Pointé à seulement trois points des finales, Epalinges se doit de marquer plus de buts au second tour. Rade Milicevic le confirme : « L’efficacité nous fait encore défaut. Il faut que les gars plantent plus et surtout montrent moins de déchets dans le dernier geste. » Le classement du groupe 6 le prouve : Etoile Broye a déjà marqué à 49 reprises, Corcelles Payerne 60 et Slavia 50. Epalinges, quant à lui, a fait trembler les filets « seulement » 30 fois. « Dans le meilleur des mondes, nous aimerions engager un autre élément offensif, mais cela reste difficile de trouver la perle rare. Finalement, si nous restons avec notre contingent actuel, je serais satisfait, car je lui fais confiance », ajoute le jeune entraîneur de 29 ans.

Rade Milicevic co-entraîneur, Jean-Marie Perret, responsable juniors et Karim Bouzourène, président du FC Epalinges (de gauche à droite)

Le club, dont l’histoire récente est tumultueuse, se reconstruit également via sa relève. Les B ont réalisé un bon premier tour et ont échoué à un carton jaune d’une montée en 1er degré. De surcroît, un jeune de 17 ans, venu de cette équipe, a intégré la « une » durant l’été. Altin Mazreku a joué une bonne partie des rencontres du premier tour. « C’est évidemment satisfaisant pour nous, se réjouit Rade Milicevic. Cela prouve que notre philosophie d’intégration des juniors marche très bien, surtout qu’il s’est parfaitement épanoui dans notre effectif ».

« Nous voulons atteindre les finales »

Les deux vieux potes, qui se connaissent du quartier de Grand-Vennes, tentent avec peu de moyens de redorer le blason du FC Epalinges, passablement terni ces dernières années. « Nous avons réalisé un sacré travail avec le comité, mais nous n’allons cependant pas en rester là. Nous voulons atteindre les finales, pour le club, mais surtout pour les joueurs, car ils le méritent vraiment. Si j’y crois ? Oui bien sûr, autrement je ne serais pas là », conclut un Gonzalo Dos Santos sûr de lui.

Comments

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*