«Notre douzième homme, ce sera notre cohésion»

«Notre douzième homme, ce sera notre cohésion»

« Si on passé un bon hiver? Très tranquille! On est restés fidèles à ce qu’on a dit en novembre, c’est-à-dire qu’on n’allait pas tout chambouler. J’ai une grande confiance en ce groupe, qui a obtenu une promotion brillante en 2e ligue inter, et c’est avec lui que je veux aller chercher le maintien. » Alain Gendron est un homme de conviction et de paroles. Si le Parisien est toujours l’entraîneur du FC Echichens, c’est parce que le projet lui plaît, lui qui a déjà eu des propositions concrètes pour aller entraîner plus haut. « Mais ce qui me plaît à Echichens, c’est justement que le projet est cohérent et que ma mission est de faire progresser les jeunes joueurs », continue l’ancien très élégant milieu de terrain.

Etre meilleur après chaque entraînement

On s’en rappelle, il y a vingt-quatre mois, ces mêmes joueurs se battaient contre la relégation de 2e en 3e ligue. Depuis l’arrivée d’Alain Gendron, moyennant quelques renforts, ils ont accompli une saison 2014/2015 remarquable, ponctuée par une promotion inattendue mais méritée. Il y a eu des retouches au contingent, c’est sûr, mais pas tant que cela, au final. Simplement, les jeunes « Bleu-Blanc » ont progressé. « Et je veux encore qu’ils progressent! C’est comme ça qu’on va s’en sortir. Depuis le début, c’était clair qu’on n’allait pas chercher des renforts hors de prix. Déjà, on n’a pas les moyens de le faire, nous sommes le FC Echichens. Ensuite, ce n’est pas notre philosophie. Par contre, je suis exigeant avec les joueurs qui sont là. Ils veulent faire partie du projet? D’accord messieurs, mais au travail! Vous devez être meilleur après chaque entraînement. » Ça tombe bien, les Echichannais sont demandeurs. « Mais c’est une obligation. Le jour où je sens que mes gars n’ont plus envie de travailler, ce sera le signe pour moi que le projet tel que je le conçois est fini », coupe Alain Gendron.

Ne pas casser la dynamique d’ensemble

Pour l’heure, les joueurs du FCE ont envie de progresser et le montrent. « On a fait vraiment une belle préparation. Echichens s’est démené pour nous trouver des terrains synthétiques chaque semaine et on a pu bien travailler. Franchement, c’était top et cela rend optimiste », continue l’ancien joueur du Racing Paris. Les joueurs se connaissent bien, s’apprécient et Alain Gendron a surtout voulu ne pas casser cette dynamique. « Effectivement. D’autres équipes se sont sans doute beaucoup renforcées, mais cela constitue un risque. Et si l’amalgame ne prend pas? Nous, on sait qu’on va jouer le maintien, on y est préparés et on est sûrs d’une chose: notre douzième homme, ce sera notre cohésion. »

Trois départs…

Trois joueurs sont partis, un moindre mal. Le latéral gauche Luis Salgado, arrivé de Renens à l’été 2015 et très prometteur, est parti à Team Vaud M21 (1re ligue). Ensuite? Julien Bamert a arrêté et Nicolas Danizan s’en est allé à Concordia (2e ligue). « On a simplement compensé ces départs avec trois arrivées », continue l’entraîneur du FCE.

… et trois arrivées

Première recrue, Onur Demircan. Ancien latéral de Renens, ce jeune homme a déjà une petite expérience de la 1re ligue, où il a joué à l’époque au FC Baulmes. Alain Gendron: « Il remplacera numériquement Luis Salgado, c’est du poste pour poste ». Alain Maget, un ancien joueur du club, arrive du FC Assens, après avoir « un peu bourlingué », selon Alain Gendron toujours. Enfin, le renfort le plus spectaculaire est sans nul doute Srdjan Aksic. La dernière fois qu’on a vu l’attaquant (aujourd’hui âgé de 34 ans), il portait les couleurs du FC Baulmes en Challenge League. C’était en 2007 et il était ensuite parti à YF Juventus, puis à Zoug, Le Serbe, à l’époque, était un attaquant ultra-technique, très rapide et très malin. Et maintenant? « Il est toujours impressionnant, mais je dirais qu’il est à 60% de ses capacités pour l’instant. Il doit revenir en forme, mais il est déjà important pour nous, de par son expérience et son vécu. Les jeunes vont pouvoir s’appuyer sur lui », estime son nouvel entraîneur, conquis par le parcours impressionnant de l’attaquant. « Franchement, il a une jolie carrière », sourit Alain Gendron, auquel il n’a pas échappé que le Serbe a notamment joué au Paris FC, un club qu’il connaît bien. L’attaquant est également brièvement passé par le FC Champvent, après son séjour à YF Juventus. Le président Claude Meylan s’en rappelle bien: « Il avait énorme lors de matches face à Team Vaud et La Sarraz notamment. Et puis, il était parti, mais je garde le souvenir d’un super joueur et d’un homme très très bien. » Venu s’établir dans la région pour raisons professionnelles, Srdjan Aksic a désormais un boulot et, dès lors, plus besoin de gagner sa vie avec le football. « Raison pour laquelle il est chez nous », sourit Alain Gendron.

Une revanche à prendre face à Grünstern

Alors, à quoi s’attendre avec ce FC Echichens? « On verra bien, mais je suis confiant », comment l’entraîneur des Bleu-Blanc, qui a une petite revanche à prendre sur le premier adversaire de l’année, le FC Grünstern. Samedi, à 17h, Echichens se déplace en effet à Ipsach, au bord du lac de Bienne, pour affronter l’Etoile Verte. Et personne, au Grand-Record, n’a oublié le match aller, lors duquel les Biennois sont venus voler (0-1, lire ici) les trois points. « Oui, voler, c’est le bon mot. Il nous manque six points au premier tour, dont les trois face à Grünstern. C’est déjà un match important, face à un adversaire direct. Je ne veux pas mettre de pression négative à mes joueurs, il restera encore beaucoup de points en jeu après, mais c’est clair qu’on va chercher un bon résultat là-bas. » A Echichens de jouer!

Categories: 2e ligue inter

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*