Un doublé de Jean-Michel Tchouga assomme Terre Sainte

Un doublé de Jean-Michel Tchouga assomme Terre Sainte

« Oui, ils nous ont surpris. Je le dis honnêtement: je ne pensais pas qu’ils joueraient aussi bien. En première mi-temps, ils nous ont vraiment baladés, par moments. » Jean-Michel Tchouga, l’attaquant camerounais de Köniz, était sincère et très lucide, quelques secondes après la fin de ce 2e tour aller des finales de promotion de 1re ligue. Mais la réalité est là: Terre Sainte, auteur d’une belle performance, surtout en première période, repart de Köniz avec une très sèche défaite 3-0, qui ne lui laisse que peu d’espoirs pour le match retour. « Notre expérience a fait la différence. Vous avez vu le match de Carlos Varela? Quand il est à ce niveau… », rigolait Tchouga, lui qui a profité de deux actions décisives de l’ancien ailier de Servette pour inscrire le 2-0 et le 3-0, à quelques minutes d’intervalle. Disons-le clairement: Köniz est tout près de la 1re ligue Promotion.

Un effectif bernois incroyable pour la 1re ligue

Terre Sainte, pourtant, a été bon, voire très bon, surtout dans les quarante-cinq premières minutes. Porté par un public enthousiaste, et plutôt sympa, Köniz a marqué d’entrée, grâce à un coup de tête puissant d’Anto Franjic, sur corner. Terre Sainte le savait: Köniz a énormément d’individualités, qui ne sont pas juste de très bons joueurs de 1re ligue, mais sont, pour la plupart, des valeurs sûres du championnat suisse et ont une belle carrière de Super League à leur actif. Des noms? Attention, ça défile: Miguel Portillo (Xamax et YB, notamment), Gabriel Urdaneta (YB, 77 sélections en équipe nationale du Venezuela), Carlos Varela (Bâle, Servette, Xamax…), Jean-Michel Tchouga (Bâle, Lucerne…), Anto Franjic (Vaduz), Roman Friedli (Yverdon, YB…). Et encore, on ne parle que des joueurs ayant évolué en Super League. Pour la Challenge League, c’est bien simple, on peut quasiment tous les rajouter. En fait, le joueur possédant le moins de références est peut-être le gardien genevois Kelion Ruiz, mais ce serait vraiment lui faire injure: que ce soit à Fribourg ou Carouge, il a toujours prouvé être l’un des meilleurs gardiens de 1re ligue et a clairement sa place dans cet effectif de rêve.

Terre Sainte mal payé après sa bonne première période

A 1-0, après trois minutes, Terre Sainte aurait pu paniquer, mais ce serait mal connaître cette équipe. Les joueurs de Patrick Duval revenaient tranquillement dans le match, prenant le contrôle du jeu, et ne faisant pas que placer des contre-attaques, comme on aurait pu le supposer. Cette équipe est vraiment à sa place dans ces finales, grâce à la qualité de son jeu. Les supporters de Köniz qui s’attendaient à une démonstration de leur équipe ont vite compris qu’ils s’étaient trompés. Le seul problème, c’est que les Vaudois n’ont pas su concrétiser. Ils auraient pu égaliser, sur coup-franc notamment, mais aussi à la 40e, lorsque la frappe de Cerruti Vuzi passait de peu à côté. Dommage, vraiment, mais Alexandre Duvoisin avait auparavant évité le 2-0 d’une jolie claquette sur une grosse frappe de Samel Sabanovic, l’ancien buteur de Wil. A la mi-temps, clairement, Terre Sainte était mal payé. Son milieu de terrain, après une entame difficile, avait pris le dessus sur des Bernois empruntés, qui ne s’attendaient sans doute pas, comme l’a avoué Tchouga, à une telle résistance. En fait, mieux que de résister, Terre Sainte a joué, et plutôt bien. On peut rendre hommage à Patrick Duval et à ses joueurs sur ce plan-là: ils n’ont pas refusé le combat, loin de là, mais ont joué leur chance à fond.

Carlos Varela enflamme son côté droit

En deuxième période, Köniz a décidé de mettre un peu plus d’intensité dans son jeu, conscient qu’un petit but d’avance n’était peut-être pas suffisant avant le match retour. A ce moment-là, Terre Sainte a donc reculé. Que valait-il mieux viser? Une égalisation hypothétique, quitte à prendre le 2-0? Ou verrouiller pour rentrer aux Rojalets avec une défaite d’un but? En fait, au moment où l’on sentait Terre Sainte prêt à fermer le jeu, Carlos Varela, assez discret jusque-là, a commencé son show. Motivé par un public qui l’a adopté, l’Espagnol a enflammé son côté droit, amenant le 2-0 d’une accélération dont il est si friand. Son centre était repoussé par Duvoisin directement sur Jean-Michel Tchouga, qui avait bien senti le coup, et finissait dans le but vide.

Terre Sainte encaisse le 3-0 avec un joueur de plus

Les trois minutes suivantes allaient se révéler les plus importantes: alors que Terre Sainte se remettait à y croire suite à l’expulsion de Gabriel Urdaneta (deuxième jaune logique), Jean-Michel Tchouga se montrait plus malin que tout le monde, en coupant au premier poteau un coup-franc à ras de terre de Carlos Varela. Un but splendide de malice, mais tellement cruel pour Terre Sainte… A 11 contre 10, les Vaudois pouvaient croire au 2-1, un score qui aurait laissé tous les espoirs ouverts pour le retour. Ce sera finalement 3-0. Lourd. « Mais attention, on ne sera pas tranquilles au retour, surtout pas! Ils ont marqué 4 buts à Cham, ils peuvent en mettre quatre à la maison. On va préparer ce match retour très sérieusement. On est contents avec le résultat, mais ce n’est de loin pas fini », prévenait Tchouga, afin d’éviter tout excès de confiance.

Y aura-t-il un barrage pour le perdant?

Très sincèrement, on n’est quand même pas très optimiste quant aux chances de qualification de Terre Sainte. Non pas que Jonathan Lopez et ses coéquipiers ne puissent pas marquer quatre buts à Köniz. Comme Tchouga, on est convaincus que l’USTS a les qualités pour le faire, sans aucun doute, et leur première mi-temps montre qu’ils ont les armes pour dominer les Bernois. Mais il y a tellement d’expérience, de vice, de malice, de talent tout simplement, au sein du FC Köniz, qu’on ne voit pas les Bernois craquer. Une chose est sûre: Köniz et ses supporters seront bien accueillis aux Rojalets. Sur le terrain, ce sera autre chose et Terre Sainte jouera ses nonante dernières minutes de la saison comme les autres: à fond. En sachant que si la faillte de Bellinzone est prononcée, le perdant de cette double confrontation aura droit à un rattrapage face au perdant de Le Mont-Baden (1-0 à l’aller, but d’Ange Nsilu).

Les hommes du match

Jean-Michel Tchouga, bien sûr, et pas seulement parce qu’il nous a fait rêver sous le maillot d’Yverdon Sport il y a de cela quinze ans (déjà…)! Avec un doublé opportuniste, le Camerounais a frappé au bon moment pour assurer la victoire et, sans doute, la promotion de Köniz. Mention très bien également à Carlos Varela. Toujours aussi rapide, mais insupportable comme d’habitude, l’ailier a poignardé la défense vaudoise à plusieurs reprises. Et ses provocations ont énervé des défenseurs qui étaient pourtant prévenus. Quelle énergie!

Du côté de Terre Sainte, gros match de Sébastien Bichard en défense centrale. Le Français a l’habitude de ce genre de matches, et cela s’est vu. Il a livré un beau duel à Tchouga, mais aussi à Sabanovic. Il a été à la hauteur de l’événement, comme tous ses coéquipiers. Belle performance également de Cerruti Vuzi, sur le côté gauche de l’attaque. Il n’a pas tout réussi, loin de là, mais a eu le mérite de toujours tenter de percuter. Il aurait pu égaliser, et n’a jamais renoncé. Il a fait souffir Nordyn Jaggi, l’ancien M21 des Grasshoppers.

Les prochains rendez-vous

Le match retour aura lieu dimanche, à 15h, aux Rojalets. Terre Sainte attend un large public pour le pousser à un exploit insensé. Impossible? Non. Mais difficile…

FC Köniz – US Terre Sainte 3-0 (1-0)

Buts: 3e Franjic 1-0; 72e et 76e Tchouga 3-0.
Arbitres: M. Schenk, assisté de M. Bortolaz et de M. Rémoz.
Köniz: Ruiz; Balmer, Tugal, Portillo, Jaggi; Varela (80e Mvondo), Schweizer, Urdaneta, Franjic (90e Likaj); Sabanovic (75e Sheholli), Tchouga.
Entraîneur: Bernard Pulver.
Terre Sainte: Duvoisin; Whibley, Bichard, Bovet, J. Golay; A. Albii, A. Golay, Belgacem (75e Pardo), Pilloud, Vuzi; Lopez.
Entraîneur: Patrick Duval.
Notes: Liebefeld, 800 spectateurs. Expulsion d’Urdaneta (74e, deuxième avertissement).

Categories: 1re ligue

Auteur