Le doublé d’Adrian Alvarez assomme l’USTS

Le doublé d’Adrian Alvarez assomme l’USTS

« En football, c’est l’efficacité qui est importante. Bien sûr qu’on a eu le ballon, et on les a dominés, particulièrement en première mi-temps. Mais on a fait quoi? On a eu combien d’occasions? Il nous a manqué la dernière passe, mais aussi l’avant-dernière. En fin de match, on a poussé et réussi à inscrire le 2-1, mais c’est tout. » Patrick Duval a pointé du doigt le manque de percussion de ses joueurs, et on ne peut pas vraiment lui donner tort. L’USTS a bien fait circuler le ballon, et en a eu majoritairement la possession. Peu d’équipes peuvent en dire autant. Mais au final, c’est bel et bien le FC Echallens qui s’est imposé, grâce à un doublé d’Adrian Alvarez, et qui… passe devant son adversaire du jour!

Julien Marendaz: « On avait décidé de les contrer »

« Leur laisser le ballon? C’était volontaire. On a beaucoup joué ces derniers jours. Il y a eu le match de Coupe de Suisse contre Guin, dans des conditions difficiles, et ce gros match mercredi à Fribourg. On était fatigués, et on a décidé de contrer cette équipe de Terre Sainte, qui aime bien le faire d’habitude. On les a pris à leur jeu », a expliqué Julien Marendaz à la sortie du terrain. L’entraîneur challensois avait fait le pari de l’efficacité, et le doublé de son ailier en fin de match lui donne raison. On n’ira pas jusqu’à dire qu’Echallens n’avait pas eu d’occasion jusque-là, mais presque. Comme le dit Patrick Duval, c’est le résultat qui compte, rien d’autre.

Terre Sainte doit désormais regarder derrière

Echallens, aujourd’hui, a donc cinq points d’avance sur la barre, et l’USTS plus que quatre. « On n’est pas à l’abri de la relégation, il y a encore des points à faire », explique Patrick Duval, contraint de regarder derrière lui maintenant, après ce début d’année pauvre en points. Terre Sainte a commencé par perdre à domicile face à Yverdon, avant d’aller chercher un bon point à Naters. 1 points en 3 matches, le bilan est décevant, surtout en comparaison de celui d’Echallens: 9 points!

L’énigme Novica Milenovic

Alors, Echallens, l’équipe du 2e tour, comme on a pu l’écrire? Pas impossible. Les Challensois sont largement meilleurs qu’au premier tour, notamment en raison de la présence des deux frères Germanier au milieu de terrain. C’est vrai, David Jimenez est parti, mais les arrivées de Renato Rocha en attaque et de Fabien Lacroix derrière ont aussi fait du bien. Et puis, il y a l’énigme Novica Milenovic. Samedi, le Serbe a raté à peu près tout ce qu’il a entrepris, et est d’ailleurs sorti à la mi-temps après avoir suscité la colère de ses camarades en de multiples occasions en raison de choix douteux. A sa décharge, il a joué numéro 10 en l’absence de Carl Martinet (blessé), un poste qu’il découvrait. Mais ses références (trois saisons en première division serbe, à l’OFK Belgrade) sont sérieuses et l’on est en droit d’attendre plus de loin. Il doit encore s’acclimater au football suisse et devra être revu. Il a une certaine qualité de pied gauche, c’est une certitude, et on se réjouit de le revoir pour constater son évolution et son acclimatation au football suisse.

L’USTS ne savait pas si elle devait défendre ou attaquer

Milenovic est donc sorti à la mi-temps, après 45 minutes pauvres en occasions de part et d’autre. Il y a bien eu un lob de Renato Rocha dégagé en catastrophe sur la ligne après une sortie aventure d’Alexandre Duvoisin (9e) du côté d’Echallens et deux alertes sur coup de pied arrêté de l’autre côté. Sur la première, le coup de tête de Jonathan Atkinson (15e), sur un corner de Cerruti Vuzi, passait à côté. Sur la deuxième, le coup de tête, encore, de Guillaume Golay, trouvait le haut de la transversale (25e). Sinon? Rien, ou pas grand-chose. L’USTS avait le ballon, on l’a dit, mais n’en faisait pas grand-chose. « En fait, on était mal pris. D’un côté, on voulait le ballon, et de l’autre, on craignait leurs contres. Si j’ose l’expression, on avait le cul entre deux chaises », imageait Patrick Duval.

Le général Alvarez mène la charge

Et Terre Sainte a fini par tomber, la faute à Adrian Alvarez, déchaîné en fin de match. L’ailier se trouvait d’abord à la conclusion d’une action confuse, avec un on travail de Quentin Roussey, mais aussi une défense que l’on qualifiera de malchanceuse pour rester poli. On jouait la 73e, et la finition d' »Alva » était parfaite. Rien à faire pour Alexandre Duvoisin, tout comme 7 minutes plus tard lorsque le même Alvarez venait l’affronter et le tromper pour le 2-0. A peine le temps de se relever que Duvoisin courait sur l’arbitre assistant pour réclamer avec virulence un hors-jeu d’Alvarez sur cette action. La seule chose que le gardien a récolté sur ce coup-là? Un carton jaune. L’USTS s’estimait victime d’une injustice sur ce coup-là, mais Adrian Alvarez ne s’est pas posé la question, et ponctuait son 2e but, comme le premier, d’un splendide salut militaire. Le général Alvarez a donné l’assaut, et les troupes de Terre Sainte ont capitulé.

Echallens repasse dans la colonne de gauche du télétexte

La réduction du score de l’USTS, sur une action confuse en fin de match, n’y a rien changé: Echallens s’est imposé, et est remonté en 7e position. Echallens dans la colonne de gauche du télétexte? Cela faisait un bon moment que ce n’était pas arrivé. Et on voit bien les hommes de Julien Marendaz y rester jusqu’à la fin. L’entraîneur des joueurs du Gros-de-Vaud se plaignait au premier tour que son équipe dominait, mais ne marquait pas. Samedi, aux Trois-Sapins, elle a fait l’inverse. Comme quoi, le football…

Les hommes du match

Nicolas Bastardoz a été parfait, comme à chaque fois qu’il entre sur un terrain de football. Positionné en défense centrale avec Fabien Lacroix, il a fait le geste juste à chaque fois, que ce soit dans l’intervention ou la relance. Si Fabian Schär n’est pas remis pour la Coupe du Monde, on conseille à Ottmar Hitzfeld de venir faire un tour aux Trois-Sapins d’ici le mois de juin: la solution est toute trouvée. Sérieusement, qu’est-ce qu’il est fort, ce « Basta »… Trop peu de monde en parle, mais il est une référence absolue en 1re ligue. Gros match également de Damien Germanier. Il a beaucoup défendu, et n’a pas tout réussi offensivement, mais son abattage a été précieux. Il a gagné une grande majorité de ses duels, et montré l’exemple.

Du côté de l’USTS, énorme match de Yann Fontolliet. Le défenseur central, très serein, a livré un gros duel physique à Renato Rocha. Il y a pris des coups, en a donné, et a livré une partie de guerrier. Très fort. On a aimé ses relances aussi, comme sa complicité avec les autres défenseurs, dont Julien Golay. Le latéral gauche a bien contenu Adrian Alvarez durant 75 minutes, et livré, lui aussi, un vrai match d’homme.

Les prochains rendez-vous

Echallens sera à Monthey le samedi 5 avril, à 16h. Le même jour, mais à 18h, Terre Sainte accueillera Bulle aux Rojalets.

Le plan-fixe

FC Echallens Région – US Terre Sainte 2-1 (0-0)
Buts: 73e et 80e Alvarez 2-0 ; 90e Muslija 2-1.
Arbitres: M. Borra, assisté de M. Hirzel et de M. Hartmann.

Echallens: Richard; Hyvernaud, Lacroix, Bastardoz, Samandjeu; D. Germanier, M. Germanier, Milenovic (46e Roussey); Alvarez (88e Sessolo), Rocha, Nkufo (64e Debluë).
Entraîneur: Julien Marendaz.

Terre Sainte: Duvoisin; G. Golay, Baud, Fontolliet (77e A. Golay), J. Golay; Pilloud, F. Albii, Belgacem; Cerruti (67e Erdogan), Atkinson (58e Muslija), A. Albii.
Entraîneur: Patrick Duval.

Notes: Les Trois-Sapins.

Categories: 1re ligue

Auteur