Djibril Cissé a su s’élever plus haut que les autres

Djibril Cissé a su s’élever plus haut que les autres

Le derby vaudois de Promotion League entre Yverdon Sport et Stade-Lausanne-Ouchy a tourné en faveur du premier nommé. Menée au score, la troupe d’Anthony Braizat a su garder la tête froide et faire basculer la rencontre dans le dernier quart d’heure grâce à Cissé et Rossé.

Les joueurs du FC Stade-Lausanne-Ouchy ont longtemps cru que le but inscrit par Ahmed Mejri à la 20e les conduirait à la victoire, voire au parfait hold-up. Fer de lance d’Yverdon Sport, Djibril Cissé en a décidé autrement à la 78e, via un coup de tête magistral. Quatre minutes plus tard, Esteban Rossé – toujours de la tête – a permis aux Nord-Vaudois de rafler la mise.

Au terme d’une partie qui a vu le FC Stade-Lausanne Ouchy se liquéfier au cours du dernier quart d’heure, Andrea Binotto pestait néanmoins contre le cours des événements. « Ce qui me gêne le plus, confie-t-il, c’est le fait d’avoir pris deux buts sur coup de pied arrêté, alors que nous nous y étions préparés. Nous savions qu’il s’agissait du point fort d’Yverdon-Sport. J’aurais préféré perdre sur des actions construites. Cela dit, à la mi-temps, nous ne pouvions pas nous plaindre. Le 1-0 en notre faveur était plutôt flatteur. »

Djibril Cissé, conformément aux attentes, s’est montré décisif avec un coup de tête imparable (Crédit photo: Raul Ferreira)

 

En l’occurrence, Ahmed Mejri a fait parler toute sa science du but, en transformant un coup franc de la plus belle des manières. Son ballon, parfaitement brossé du pied droit, est venu mourir dans le coin opposé, sans que le gardien yverdonnois ne parvienne à s’en saisir. Le maître à jouer de Stade-Lausanne-Ouchy était pourtant posté à 25 mètres de la cage adverse.

Une réussite que les joueurs d’Anthony Braizat ont eu beaucoup de difficultés à digérer, dans la mesure où ils avaient dominé la première partie de la rencontre. Trois grosses occasions de but leur ont ainsi glissé sous les pieds aux 6e, 7e et 8e minutes.

Une mi-temps qui arrive à point nommé

Nerveux en diable, les Yverdonnois ont eu le tort de s’en prendre à l’arbitre à chaque occasion, au lieu de chercher à se transmettre proprement le ballon. Le jeu est alors devenu haché et les cartons jaunes ont plu plus que de raison.

Entraîneur d’Yverdon, Anthony Braizat a trouvé les mots pour guider son équipe (Crédit photo: Raul Ferreira)

Fort heureusement pour l’équipe évoluant à domicile, la mi-temps s’est révélée salutaire. Anthony Braizat a pris les choses en mains, conformément à son rôle, et a su trouver les mots pour pousser ses protégés dans la bonne direction. « J’ai demandé à mes joueurs de se calmer et de ne plus rentrer dans la provocation, confie-t-il, nous pouvions être légitimement frustrés, car nous aurions dû mener 3-0 à la mi-temps. Ce qui me fatigue, c’est de constater que nous sommes plus souvent en réaction qu’en action dans ce championnat. Ensuite, Cissé c’est Cissé. Son coup de tête est magistral. Outre les trois points, je retiens que mes joueurs ont parfaitement su maîtriser la fin de partie. »

Lausannois un peu court physiquement

A y regarder de plus près, on ne peut pas s’empêcher de penser que les Lausannois du bas n’y étaient plus tout à fait au niveau de l’impact physique au cours des derniers instants de la rencontre. Avaient-ils trop donné de leur personne en début de partie ? Ce n’est pas impossible. Par ailleurs, livré à lui-même durant l’essentiel des débats, Sonny Kok n’a pas pu apporter ce petit plus qu’on lui connaît.

Stéphane Kennedy Matos Rodrigues n’a pas réussi à garder sa cage inviolée face à son ancienne équipe (Crédit photo: Raul Ferreira)

Un joueur de Stade-Lausanne-Ouchy a vécu la défaite de manière plus personnelle que les autres. Formé à Yverdon, résidant de cette ville encore actuellement, Stéphane Kennedy Matos Rodrigues, 22 ans, a quitté son club de cœur à Noël pour garder la cage du FC Stade-Lausanne-Ouchy.  Sans aucun regret. « Je tenais pourtant à ne pas perdre contre mon ancien club, ajoute-t-il,  on savait que le moindre cadeau nous serait fatal. C’est ce qui s’est passé sur l’égalisation de Cissé, qui a pu passer devant notre défenseur pour marquer. »

Quant aux Yverdonnois, ils occupent toujours une place privilégiée sur le podium de la Promotion League. Avec 21 points, ils sont troisièmes d’un classement emmené par Kriens (25 points) et Stade-Nyonnais (24). Il n’y aura cependant qu’un seul élu au terme de la saison.

Yverdon Sport – Stade-Lausanne-Ouchy 2-1 (0-1)

Stade Municipal. 1009 spectateurs.

Arbitre : M. Roth.

Buts : 20e Meijri 0-1, 78e Cissé 1-1, 82e Rossé 2-1

Yverdon : Bornand ; De Pierro (52e Dia Mbaye), Marque (70e Rossé), Tavares dos Santos ; Rauti ; Reis, Chappuis ; Eleouet, Rushenguziminega, Deschenaux (53e Ngindu); Cissé. Entraîneur : Braizat.

SLO : Kennedy Matos Rodrigues ; Danner, Morax, Rego, Dangubic (84e Iseni) ; Gomis ; Ndongo, Mejri,  Mendouca (78e de Groot), Bavueza (60e Soos) ; Kok. Entraîneur : Binotto

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*