De l’anonymat à la notoriété, il n’y a qu’un pas!

De l’anonymat à la notoriété, il n’y a qu’un pas!

« On dirait le FC Tolochenaz », ces paroles dites par Christian Constantin, président du FC Sion, le soir d’une défaite contre le FC Lausanne-Sport de son équipe fétiche ont fait écho, bien plus loin qu’imaginé. En effet, par ses dires, quelque peu dénigrants, il a provoqué une onde de choc finalement positive pour le petit club, dont la une milite en 4e ligue et la deux en 5e. Grâce à un relais « orangé », 200 personnes du club ont pu assister à La Pontaise à une rencontre entre Lausanne et St-Gall, et une vingtaine à la finale de la Coupe de Suisse à Genève.

Le souvenir de ces rencontres sera impérissable pour les Tolochinois. « Nous avons bien profité de ces journées, se remémore Jeremy Bachmann, président du club. L’ambiance était évidemment au beau fixe lors de la finale. Surtout que Bâle a gagné. » Oui, ce dernier est bien pour Bâle comme en témoigne son porte-clef aux couleurs « rot-blau » accroché à son trousseau.

Cette soudaine notoriété a fait connaître la formation. Mais a-t-elle fondamentalement apporté quelque chose ? « Pas vraiment, nous ne croulons toujours pas sous l’or. Par contre, au niveau humain, nous avons vécu de merveilleux moments. Cela a permis de rapprocher l’équipe et de connaître encore une meilleure cohésion. Finalement, le plus gros apport vient du fait que la plupart des gens connaissent désormais le FC Tolochenaz », rigole le Bâlois d’origine.

4e place, meilleur rang depuis plus de 10 ans

Surfant sur cette vague, mais pas seulement, la formation tolochinoise a terminé à la 4e place du groupe 2 de 4e ligue. Un résultat qui n’a plus été atteint depuis de nombreuses années. Et pourtant, en début de saison, période de transition dans laquelle aucun objectif n’avait été fixé, l’équipe fanion s’était renforcée uniquement de jeunes joueurs. Pour le comité, il était important de donner de l’importance et du temps de jeu à ces juniors d’à peine 18 ans.

Ces jeunes venus des B étaient les derniers « made in Tolochenaz ». En effet, depuis la fin de la saison dernière, le club rejoint le mouvement junior Foot Région Morges. « Nous aimons travailler avec la relève. Cependant, dans notre club, il n’était pas facile d’avoir toutes les classes d’âge. Ce regroupement permet d’augmenter la qualité des juniors au niveau régional. Et dorénavant, nous pouvons leur offrir des infrastructures à la hauteur de leur talent. », ajoute Jeremy Bachmann. Néanmoins, il reste plus de 150 juniors répartis en classe D, E et F dans le petit village.

Un groupe pour les finales

Ce millésime est donc amplement réussi avec 40 points et l’un des scores fair-play les plus faibles de la ligue. Profitant de la vague du succès, le comité a décidé de viser plus haut pour sa première équipe la saison prochaine : atteindre les finales. Des renforts de prévus ? « Oui, encore plus de jeunes, se marre le Tolochinois. Plus sérieusement, notre philosophie est de monter avec un groupe qui porte l’âme de l’écusson qui brille sur notre maillot. De ce fait, engager un ou deux joueurs de l’extérieur pour renforcer la qualité ne me dérange pas. Mais, je n’en veux pas plus. »

Elu en 2015 par ses pairs, le président de seulement 25 ans s’était fixé une montée dans les 3-4 ans. « C’est très compliqué d’accéder à l’échelon supérieur. De plus, nous avons renouvelé la formation qui était forte, mais en fin de cycle. Avec notre nouvelle équipe, on a réussi à faire progresser des jeunes de manière rapide. Donc la saison prochaine risque d’être encore plus belle. » On peut dire que cet amoureux du FC Tolochenaz – il y a passé l’ensemble de sa carrière – a fait les bons choix à la vue du dernier classement. A lui de pousser ses troupes pour les finales la saison prochaine. Pour que dorénavant, on parle de Tolochenaz pour ses exploits sportifs, et non pour des comparaisons injustifiées.

Article rédigé par Jeremy Damon

 

 

Categories: 4e ligue