Dardania Lausanne mise sur la stabilité pour se maintenir

Dardania Lausanne mise sur la stabilité pour se maintenir

« Forcément que je suis un peu déçu. On visait la montée, on avait bâti l’équipe pour ça. On est ambitieux, et ça n’a pas tourné dans notre sens. On a très bien commencé, ça a été moyen ensuite et catastrophique après. Donc, on revoit nos ambitions à la baisse, bien sûr. Là, on va viser le maintien, et si on finit au milieu du classement, tant mieux. On ne va pas faire des folies pour rien. » Nuki John, président de Dardania Lausanne, n’est pas du genre à manier la langue de bois. « Je considère que nous ne sommes pas à notre place. Pourquoi? Franchement, on a pas eu de chance. La blessure de Victor Diogo nous a fait mal, et notre gardien qui part en Italie sans que l’on ait de solution de rechange, ça ne nous a pas aidé. L’instabilité derrière, ça nous a fait mal. Après, du moment que les résultats ne suivaient pas, l’ambiance s’en est ressentie. » Aujourd’hui, Dardania est 10e, à quatre points au dessus de la barre. L’état d’urgence?

La stabilité avant tout

« Non, on vise moins haut, c’est tout. C’est quoi l’état d’urgence? Virer tout le monde, l’entraîneur, douze joueurs? Ce serait une erreur et il est exclu que je la fasse. J’ai toujours dit que si Paulo Diogo partait, je partais aussi. On va continuer avec le même staff et la même équipe, elle a assez de qualités pour s’en sortir. On va compenser les départs, c’est tout. » Il le faudra, car Dardania a perdu celui qui était de très loin son meilleur buteur, Astrit Hyseni (parti à Yverdon, lire ici). « Il y avait des problèmes avec l’entraîneur, tout n’allait pas si bien… Lui et son frère Ardit ne seront plus avec nous au deuxième tour, c’est vrai. On cherche un attaquant, mais on a encore le temps. D’ici deux à trois semaines, on en saura plus. »

Parmi les arrivées officielles, le président annonce celle du gardien Dardan Miftari. « Il était des nôtres il y a quelques années, avant de partir en Macédoine. Dominique Niederhauser, qui a eu la gentillesse de nous dépanner lors de ce premier tour après le départ du titulaire, ne veut plus jouer, ce que je comprends. Bon, si vraiment on a besoin, on va de nouveau le supplier (rires). »

Une autre arrivée est déjà quasiment officielle, celle d’un joueur ayant évolué plusieurs années en LNA et en LNB. « Attendez un peu, je vous en prie. Dès que ce sera signé, je vous le dirai. » Parmi les « renforts », le retour de Victor Diogo est une bonne nouvelle. « Une excellente nouvelle », rectifie Nuki John. Suspendu jusqu’au 31 décembre 2013, Gentjan Shkoza pourrait lui rejouer: « Oui, je suis en contact avec lui. Il est en Albanie, on va voir s’il veut revenir, mais je suis optimiste. »

Les Bulgares seront là au printemps

Et qu’en est-il de la « colonie bulgare »? « Ils vont revenir, bien sûr. Mariyan Stanchev, le latéral, va rester là-bas, mais tous les autres sont attendus pour le deuxième tour. Nikolaï Tsvetkov, Vladimir Vladimirov, Todor Stoev et Alexander Alexandrov devraient donc toujours faire partie des Aigles lausannois et cela aussi, forcément, sera un sacré plus dans la course au maintien. Reste à espérer que les quatre hommes démontrent toutes leurs immenses qualités de manière beaucoup plus régulière. Sinon? « Pour l’instant, je n’ai aucun départ à annoncer. On compte sur tout le monde, et on espère que chacun fasse un peu mieux qu’au premier tour. On veut bien finir pour préparer la saison prochaine. Si je suis toujours là… »

« Etre président d’un club de 2e inter, c’est du temps et de l’argent »

Trois points de suspension qui laissent planer le doute? « Oui, enfin, ce n’est pas un secret. Cela fait sept ans que je suis président de Dardania, cela commence à peser. J’ai eu beaucoup de satisfactions, et j’en ai encore, mais je prépare ma succession. J’ai envie de laisser ce club dans un excellent état, avec des gens capables d’assumer. Si je pars et que c’est la dégringolade, je ne supporterai pas. Je veux laisser ce club en excellente position. Bon, ma femme va rigoler si elle lit cet article, car cela fait trois ans que je lui dis que j’arrête et que je suis toujours là. Etre président d’un club de 2e inter, c’est du temps et de l’argent. Il y a d’autres personnes qui peuvent le faire, non? » On imagine mal Dardania sans lui, quand même… « C’est gentil, mais je ne suis pas tout seul. On a quand même du soutien ici, et il est excellent. On a le Onze d’Or qui soutient le club financièrement et moralement, et je ne suis de loin pas tout seul. La 2e ligue inter sans argent, ce n’est pas possible. La communauté nous soutient, je ne vais vraiment pas me plaindre. Et, de nouveau, je ne vais pas partir si l’avenir n’est pas assuré. » Est-il déjà en train de préparer la saison prochaine? « Mais oui, ne vous inquiétez pas. On veut aller le plus haut possible, on est ambitieux. Que ce soit avec moi ou sans moi. »

« La montée? Stade-Lausanne ou Vevey, ce serait bien »

Et pour cette fin de saison, a-t-il une préférence pour la montée, du moment que son Dardania ne pourra plus atteindre la première place? « Stade-Lausanne ou Vevey, ce serait bien. Je pense que Stade est favori, mais ils ont tendance à craquer au printemps. J’espère que ce ne sera pas le cas, mais Vevey n’est pas loin, et a une très belle équipe aussi. » Au fait, où en est le protêt déposé par Dardania après le match de Coupe (victoire de Vevey aux tirs aux buts, lire ici)? « Aucune nouvelle. Vous savez, je ne veux pas polémiquer, mais quand on est Dardania, c’est peut-être plus compliqué que pour d’autres. » Reste à gagner les matches sur le terrain, pour s’assurer un printemps tranquille, loin de la relégation. Cette équipe, qui peut être enthousiasmante offensivement, en a largement les moyens.