Dardania Lausanne comptera sur Astrit Hyseni pour mener son attaque

Dardania Lausanne comptera sur Astrit Hyseni pour mener son attaque

Après sa saison magnifique, ponctuée par des finales de feu face au Stade Payerne (4-1; 0-1), Dardania est de retour en 2e ligue inter. Et les Lausannois ont eu la sagesse de ne pas tout chambouler, même si plusieurs éléments importants ne porteront plus les couleurs rouges et noires. Le milieu droit bulgare Boris Borisov ne reviendra pas, tout comme le gardien Dominique Niederhauser, qui a décidé de mettre un terme à une brillante carrière. Dardania a également perdu son buteur Omar Bellagra, désormais au FC Bavois (1re ligue Classic). Trois pertes qui ne seront pas faciles à combler, mais le nouvel effectif de Paulo Diogo commence à prendre forme, au vu des matches amicaux.

La première bonne nouvelle concerne l’arrivée de Christophe Meoli, en provenance de Renens. L’ancien joueur de Malley et du LS, notamment, aura pour mission d’apporter toute son expérience au milieu. En attaque, le gros coup a pour nom Astrit Hyseni. Le buteur de 29 ans revient gentiment en forme après une grave blessure. Dernièrement à Vernier, il a retrouvé tout son mordant et sera le remplaçant idéal pour Omar Bellagra. Habitué de la Challenge League et de la 1re ligue, il sera l’atout numéro 1 des Albanais de Lausanne. D’autres transferts sont encore attendus, dont des retours de joueurs ayant déjà évolué à Dardania, avant de s’en aller sous d’autres cieux.

Après une rencontre de préparation face à Renens, nous sommes allés à la rencontre de Paulo Diogo, auquel nous avons posé quelques questions, en pleine préparation. Placés dans le groupe 1 de 2e ligue inter, les Lausannois retrouveront Vevey, autre néo-promu, mais aussi Stade-Lausanne, Malley et Renens, ainsi que… huit équipes genevoises et le FC Sierre, un peu perdu là au milieu! Le championnat commencera le dimanche 11 août (15h) à Plan-les-Ouates.

Paulo Diogo, quel sera l’objectif de Dardania cette saison, quelques semaines après votre promotion?

Jouer le haut du tableau, sans aucun doute. Là, nous sommes en pleine préparation, donc on ne va pas trop s’enflammer encore, mais nous ne voulons pas simplement faire de la figuration en 2e ligue inter. J’aime bien le groupe dans lequel nous sommes, il y aura de nombreux derbys, c’est très bien.

On vous sent bien, ici à Dardania. Mais on imagine qu’avec votre passé de joueur, vous recevez des téléphones d’équipes professionnelles, voire de 1re ligue. Qu’est-ce qui explique votre fidélité à Dardania?

Si je reçois des téléphones de plus haut ou pas, ce n’est pas la question. Je n’ai pas de plan de carrière, vraiment pas. Je fonctionne selon les contacts, mes envies. Et là, je suis très bien à Dardania, comme vous l’avez dit. Le président Nuki John et moi sommes devenus des amis. J’aime ce club, j’aime la manière dont les gens s’impliquent. Les supporters s’y intéressent. Franchement, c’est passionnant ici, ça bouge.

Vous vous inscrivez donc dans le long terme à Dardania? 

Vous savez, quand je suis venu ici, il y a des gens qui ont pu me décourager, par rapport à l’image. Mais je crois que vous pouvez constater par vous-même que Dardania n’est pas une équipe « méchante ». Regardez le classement du groupe 1 la saison dernière. On finit deuxième, mais premier au fair-play! Après, on ne peut pas empêcher les gens de parler, mais les faits sont là. Pour répondre à votre questions, ici, je veux construire quelque chose, avec un président qui s’implique beaucoup et que j’apprécie.

Vous n’avez donc pas de plan de carrière? Aller au LS, par exemple, qui reste le club de votre coeur?

Comme je vous l’ai dit, je fonctionne aux rencontres, aux gens. Le LS? Bien sûr que cela peut arriver. On verra bien ce que l’avenir nous réserve (sourire). Vous savez, je peux tout aussi bien arrêter, cela m’a traversé l’esprit d’ailleurs. L’important, c’est de prendre du plaisir dans ce que l’on fait.

Est-ce facile de s’intégrer à Dardania, au sein d’une communauté étrangère?

Oui, sincèrement, tout le monde fait tout pour que vous vous sentiez bien. Comme entraîneur, c’est facile. Je pense que les joueurs me respectent pour ma carrière de joueur, mais aussi en tant qu’être humain. Et avec les gens ici à Dardania, tant que l’on s’implique, que l’on bosse beaucoup, on est bien intégrés. Franchement, j’ai envie de me battre pour ce club, et on va faire un beau championnat cette année, j’en suis convaincu.