Dardania a le droit d’y croire

Dardania a le droit d’y croire

Les quatre clubs vaudois du groupe 1 de 2e ligue inter ont connu des premiers tours vraiment différents. En une phrase? Dardania est tout en haut, La Sarraz-Eclépens s’est bien repris, Vevey est décevant et Montreux est toujours là. Tour d’horizon complet.

Dardania Lausanne

(2e, 28 points, moyenne de 2,2 points par match)

Où ils en sont

Dardania est toujours resté à quatre ou cinq points du leader UGS, se rapprochant grâce à la dernière journée. Une défaite d’Urania Genève Sport, couplée à une ultime victoire des Lausannois, leur a permis de revenir à un point à la trêve. Les hommes de Paulo Diogo ont la troisième attaque et la deuxième meilleure défense. Le meilleur buteur est Gentian Bunjaku (9 réalisations).

Ce qu’ils ont bien fait

A peu près tout. Dardania, on l’a dit souvent, a une équipe individuellement moins forte que l’an dernier au premier tour. Mais Paulo Diogo, c’est son plus grand mérite, a construit un vrai collectif, tout en rajeunissant considérablement son onze de départ. Il a eu de la chance en « récupérant » Shqiprim Morina, auteur d’une très belle année 2013-2014 en 1re ligue Promotion avec le Stade Nyonnais et donc le transfert à Köniz a été reporté, mais cela n’enlève rien à l’excellence du travail effectué par l’ancien joueur du LS et de Servette. Il s’exprime peu, cultive la discrétion, mais cela lui permet de travailler dans la sérénité. Dardania a fini le premier tour sans ses Bulgares, dont le retour est tout sauf probable. L’effectif de cette année est un savant mélange d’expérience et de jeunesse (Isa Ebibi, Gentian Bunjaku, Shqiprim Morina, Shqiprim Pira, Jasir Nebijovski…).

Les regrets

Il n’y en a pas beaucoup, pour tout dire. Dardania n’a pas gagné tous ses matches, bien sûr, mais personne ne pensait que les Lausannois allaient le faire. Disons simplement que le vilain enchaînement du mois de septembre aurait pu être mieux négocié. Dardania s’est fait rejoindre à la dernière minute à domicile face à Montreux (2-2), avant de perdre à UGS (3-1, mais 1-1 à la 83e) et de s’incliner face à Servette M21 (1-2). Si l’on enlève cette série, ainsi que le tout premier match à Vevey où tout le monde était encore en vacances, Dardania a simplement… tout gagné!

Le joueur du premier tour

Gentian Bunjaku. Il était un junior prometteur de Dardania et en est parti, allant voir ailleurs pour continuer sa progression. Après un passage à Echichens, il est revenu à Chavannes-près-Renens, où il a explosé cette année. Il compte déjà neuf buts et beaucoup d’entre eux ont été décisifs. Au delà de ça, cet attaquant élégant et très à l’aise techniquement a vraiment énormément progressé et est devenu un joueur dominant en 2e ligue inter. Si Dardania ne monte pas cette saison, il va recevoir de nombreux coups de téléphone, c’est sûr. Daniel Puce va devoir lui parler et lui montrer que le club lausannois compte sur lui pour l’avenir.

L’objectif du deuxième tour

La montée, clairement. Nuki John en parle désormais ouvertement, Dardania veut aller en 1re ligue pour la première fois de l’histoire du club. Pour cela, le club de Chavannes-près-Renens a commencé par se structurer un peu plus, en intégrant Daniel Puce à son staff, comme directeur sportif (lire ici). C’est sûr, Dardania veut monter.

Ce qui va se passer cet hiver

Dardania va essayer de rester le plus stable possible, tout en intégrant deux ou trois bons joueurs. Nuki John a déjà pu remarquer que l’addition de « stars » était moins bénéfique que d’essayer de construire un groupe équilibré. Dardania a déjà tout ce qu’il faut en terme de bons joueurs. Mais si l’un ou l’autre devait partir cet hiver, ce qui serait étonnant, il serait immédiatement remplacé.

 

FC La Sarraz-Eclépens

(5e, 21 points, moyenne de 1,6 points par match)

Perly, le 8 octobre 2014, Perly-Certoux- La Sarraz. © Muriel AntilleOù ils en sont

Le FC La Sarraz-Eclépens est à 8 points du leader UGS, et possède 12 points d’avance sur la barre. La relégation n’est plus un danger, tandis que la promotion est encore là, quelque part dans le viseur. La Sarraz a la 7e attaque et la 6e défense du groupe. Son meilleur buteur est Valon Hysenaj (10 réussites)

Ce qu’ils ont bien fait

La réaction a été parfaite. Tout avait plutôt mal commencé, mais, contrairement à Vevey, La Sarraz-Eclépens a réalisé une bonne série pour finir, remportant 4 de ses 5 derniers matches. Sierre, Vevey, Saxon et Servette sont tombés lors du dernier mois, la seule défaite durant cette période ayant été enregistrée face à Collex-Bossy. Les hommes de Jean-Philippe Karlen ont montré du caractère pour se sortir d’une situation difficile.

Les regrets

De ne pas avoir bien commencé. Jean-Philippe Karlen l’a souvent répété: si son équipe avait remporté ces premiers matches, la dynamique aurait été complètement différente. Les regrets concernent ainsi les deux premiers déplacements, sur le terrain des deux néo-promus Veyrier (1-1) et Montreux (0-0). Il aurait vraiment fallu remporter ces deux matches-là pour être tout en haut à l’heure où nous écrivons ces lignes…

Le joueur du premier tour

Nicolas Vermot. Le latéral droit ou défenseur central est longtemps resté dans l’ombre, mais sa régularité force le respect. Il gagne tous ses duels, il est intransigeant défensivement et toujours au rendez-vous. Un bémol? Il ne marque pas assez. La critique peut paraître sévère pour un défenseur, mais sa taille et son sens du timing devraient lui permettre d’inscrire en tout cas deux ou trois buts par tour. Il doit vraiment prendre conscience de ses qualités, car il en a d’énormes.

L’objectif du deuxième tour

Même Jean-Philippe Karlen hésite. Doit-il croire encore à la promotion, avec ces huit points de retard? Lui seul a la réponse, mais elle n’est pas du tout évidente à formuler, tant la saison de son équipe est bizarre.

Ce qui va se passer cet hiver

Difficile à dire. Des cadres vont-ils demander à partir? Certains sont suivis de près par des clubs ambitieux, de la région proche ou d’ailleurs, et pourraient aller voir Jean-Philippe Karlen en lui demandant de les libérer. Mais il pourrait aussi très bien ne rien se passer et on s’attend à tout avec l’entraîneur de La Sarraz, y compris à une offensive sur le marché des transferts. En fait, tout dépendra de son état d’esprit. Si « Charly » croit encore à la promotion, alors il arrivera à convaincre tout le monde de rester et ira même chercher des joueurs. Mais si lui n’y croit plus, il aura de la peine à motiver ses troupes pour un éventuel challenge lors de la saison 2015/2016.

 

FC Vevey Sports 05

(9e, 16 points, moyenne de 1,2 points par match)

Vevey, le 27 septembre 2014, Vevey-Montreux. © Muriel AntilleOù ils en sont

Vevey est donc neuvième et n’a jamais réussi à enchaîner les bons résultats. La machine semblait enfin lancée après la belle victoire dans le derby face à Montreux (4-0) et le nul obtenu sur le terrain d’UGS (0-0), mais tout s’est de nouveau écroulé ensuite avec deux défaites (Servette M21 et La Sarraz) et deux nuls (Plan-les-Ouates et Perly-Certoux) pour finir. Vevey a 13 points de retard sur la promotion, son objectif avoué, et 7 d’avance sur la relégation. Vevey a la 4e attaque et la 9e défense. Un bilan clairement négatif.

Ce qu’ils ont bien fait

Pas grand-chose. Disons qu’offensivement, le VS a montré de belles dispositions, inscrivant quand même 25 buts en 13 rencontres. Mais même ce bilan est un peu trompeur, puisque nombre de ces buts n’ont servi à rien (défaites 2-3, 2-4 et 3-5)… La seule bonne nouvelle de ce premier tour, outre la victoire dans le derby de la Riviera, est venue de la qualification pour le deuxième tour de la Coupe de Suisse 2015/2016. Dans les bonnes nouvelles, quand même, on peut souligner que Vevey a rajeuni la moyenne d’âge de son effectif. Mais puisque les résultats ne suivent pas…

Les regrets

Ne pas avoir réussi à surfer sur la vague de l’an dernier, clairement. Vevey a eu trop de départs cet été, perdant toute sa colonne vertébrale (Le Neün, Djukic, Barnabo, Caeiro, Dogbé). Et comme Fabio Provenzano, son expérimenté et très bon gardien, est parti pour des raisons « internes » à trois matches de la fin, Vevey s’est retrouvé privé de leaders, surtout que Julien Dubuis était blessé. Avec toutes les recrues, Vevey n’a jamais su se créer un esprit d’équipe suffisant pour aller chercher les premières places. C’est dommage, car il y avait tellement tout en place pour bien faire… Le club est admirablement géré sur le plan des infrastructures et de son administration, mais sportivement, ce premier tour ne répond pas aux attentes.

Le joueur du premier tour

Juan Rodriguez. Son influence dans le jeu est énorme, avec 5 buts inscrits en championnat et une bonne dizaine de passes décisives. Après une saison 2013-2014 très compliquée (commencée à Yverdon, terminée au FC Le Mont II, en 3e ligue), il a immédiatement retrouvé son « vrai » niveau à Copet et justifié, sur le terrain, son rôle de joueur-cadre. Les qualités footballistiques du Marseillais sont réelles, et Ugo Raczynski a décidé d’entrée de lui donner le brassard de capitaine. Cette décision a été diversement appréciée dans le vestiaire, mais c’est ainsi avec l’ancien joueur du FC Baulmes et du FC Bex: quand il arrive quelque part, il prend de la place. On ne va pas juger s’il s’agit d’une qualité ou d’un défaut, on se contentera juste de dire que c’est la vérité.

L’objectif du deuxième tour

Premièrement, assurer le maintien le plus vite possible, afin que la saison 2014-2015 reste dans l’histoire comme « décevante » et non pas comme « catastrophique ». Cela devrait être le cas, car le VS ne peut pas couler ainsi, pas comme ça, pas cette saison. Une fois que le maintien sera assuré, il sera temps de penser à la saison prochaine. Et là, déjà, il y a du boulot.

Ce qui va se passer cet hiver

On est assez curieux de le savoir. Il pourrait y avoir de nombreux départs, qu’il faudra bien compenser. Ugo Raczynski veut absolument « assainir » son vestiaire, mais le mal semble assez profond. Il y a une bonne nouvelle, quand même: en football, tout va tellement vite qu’en mars, la crise pourrait déjà être passée. Mais il faudra prendre les bonnes décisions cet hiver.

 

Montreux Sports

(13e, 8 points, moyenne de 0,6 point par match)

Montreux, le 9 aožt 2014, Montreux-UGS Genve.  © Muriel AntilleOù ils en sont

Montreux, néo-promu, a été dernier du classement durant 12 journées, passant devant Vernier lors de l’ultime rencontre du premier tour! Montreux a la moins bonne attaque et la moins bonne défense du groupe, mais est 3e au classement fair-play. Ses meilleurs buteurs sont l’attaquant Eric Rameau, le milieu de terrain Frank Boudard et le défenseur central Pierre Cheminade, tous trois avec trois buts.

Ce qu’ils ont bien fait

Montreux n’a jamais rien lâché, ne perdant finalement qu’un match sur deux (7 sur 13). Les cinq matches nuls lui ont permis de rester dans le coup et la barre n’est qu’à deux points! Alain Baré avait annoncé très clairement son intention de rajeunir son groupe, notamment pour des raisons financières. Ce n’étaient pas des paroles en l’air, et Montreux a payé cher son inexpérience en début de championnat, prenant claque sur claque. Mais la progression a été réelle et rapide, aidée, il est vrai, par l’arrivée de joueurs expérimentés et le retour de suspension de l’entraîneur-joueur Cédric Fauvre, Montreux n’a plus pris de gifle, mais a pris des points et a donc fini par une victoire essentielle lors de la dernière journée.

Les regrets

Le match face à Signal-Bernex, l’avant-dernier du premier tour, restera longtemps dans les mémoires du MS. Pourquoi? Parce que Montreux menait 1-2 sur le terrain du 4e du championnat à la 90e… avant de s’incliner 3-2! Heureusement, le moral n’a apparemment pas été trop touché, puisque les hommes de Cédric Faivre se sont imposés lors de la dernière journée face à Vernier, on l’a dit.

Le joueur du premier tour

Visar Tahiri incarne l’avenir du FC Montreux-Sports. Né en août 1997, il a donc à peine 17 ans, mais a déjà inscrit deux buts en championnat, dont un très important face à Sierre (1-1). Face à Vernier en Coupe de Suisse samedi dernier (3-1), il a été impliqué sur les trois buts de son équipe, provoquant l’autogoal du 1-0 et inscrivant les deux autres réussites. Formé à Team Vaud Riviera, il a eu un impact immédiat en 2e ligue inter. A lui de garder la tête froide pour progresser encore.

L’objectif du deuxième tour

Se maintenir, c’est tout. Alain Baré a un plan sur plusieurs années, mais pour cela, il faut absolument rester en 2e ligue inter à l’été 2015, surtout que ce groupe 1 promet beaucoup l’année prochaine. Pourquoi? Parce que Vevey sera encore là, et que Monthey et (ou?) Martigny pourraient bien en faire partie aussi… tout comme le FC Aigle. Un groupe 1 composé de Montreux, Vevey, Monthey et Aigle aurait une certaine allure dans le Chablais. Mais pour cela, il faut absolument assurer le maintien.

Ce qui va se passer cet hiver

Alain Baré va renforcer son équipe, c’est sûr et certain. Les premiers bruits se font d’ailleurs déjà entendre, alors que le marché des transferts n’est pas encore officiellement ouvert. Le retour d’un joueur important de la saison dernière est à l’étude, et d’autres joueurs expérimentés, bien connus sur la Riviera, sont en cours d’arrivée. Rien d’officiel en cours, mais Montreux aura une belle équipe au deuxième tour, c’est sûr.

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*