Daniel Puce est de retour

Daniel Puce est de retour

Le président Michel von Burg a tenu à annoncer lui-même la nouvelle, avec un brin de fierté dans la voix. « Notre prochain entraîneur sera Daniel Puce », nous a indiqué l’homme fort du FC Saint-Légier, quelques jours après la promotion de sa première équipe en 2e ligue. Un très joli coup pour « Saint-Lé », qui a vu son entraîneur Philippe Chaperon démissionner pour aller occuper le poste de directeur technique au FC Châtel-Saint-Denis, dans le canton de Fribourg.

Un club qui fait tout juste depuis quelques années

Michel von Burg a donc remercié et félicité son ancien entraîneur, lequel a amené Saint-Légier en 2e ligue en faisant tout juste. Les Verts ont une très belle ambiance équipe, un effectif composé de nombreux joueurs venus des juniors du club et ont une politique de club très saine. Et comme tout se sait très vite dans le petit monde du football vaudois, Daniel Puce n’a eu que des bons échos de ce qui se passait actuellement à Praz-Dagoud. « Alors, quand ils m’ont appelé, j’avais des a priori favorables », explique l’ancien joueur du Lausanne-Sport.

L’homme qui a gagné deux Coupes de Suisse

Daniel Puce s’est donc rendu au rendez-vous fixé par Michel von Burg et, très vite, le club et lui se sont mis d’accord. « Je crois savoir que nous étions trois entraîneurs en lice. J’ai simplement exposé mes idées, eux les leurs, et on a vite vu qu’on parlait le même langage. Moi, quand on me dit qu’il y a une bonne ambiance, que l’objectif est de progresser dans une atmosphère sereine et pas polluée par des conflits liés à l’argent, j’ai envie de foncer », continue l’homme qui a gagné deux Coupes de Suisse avec le LS. Sans club depuis son départ de Lutry à l’été 2014, il a donc passé deux années loin des terrains, lui qui avait accepté de donner un coup de main à Dardania dans un rôle de conseiller voilà quelques mois.

Il travaille à une minute du terrain

« J’avais eu des propositions, mais toutes les conditions n’étaient pas réunies », confie-t-il. Cette fois, à Saint-Légier, tout roule. « Mon bureau est à une minute du terrain! J’habite du côté de Lausanne, mais je travaille à Saint-Légier, dans un bureau d’architecte. On s’occupe de tout ce qui a trait à la décoration d’intérieur. Du coup, aucun souci pour les déplacements et je suis heureux, en plus, de m’impliquer dans le club de la commune où je travaille. Qui sait, cela peut peut-être m’ouvrir des portes? », commente-t-il encore, lui qui est particulièrement heureux de retrouver un groupe, après deux ans passés un peu loin du football.

Un entraîneur proche de ses joueurs

Il n’a d’ailleurs pas vécu ces vingt-quatre mois comme un traumatisme, loin de là. « Après Lutry, où j’ai passé sept ans, j’avais besoin de souffler un peu, de voir autre chose, de changer de rythme », confie-t-il. Lui, l’ancien professionnel irréprochable, voulait avoir quelques soirées à consacrer à sa famille. Ce sera encore le cas, mais il se réjouit vraiment d’avoir à nouveau une vingtaine de gaillards face à lui. « Ce que j’aime, c’est le contact avec les joueurs. Je ne suis pas leur ennemi, contrairement à ce que certains croient parfois. A ce niveau-là, on doit marcher la main dans la main, l’entraîneur et les joueurs. On doit s’entraider, comprendre qu’on a les mêmes objectifs. Pour moi, c’est important. L’ambiance, en 2e ligue, c’est une grande partie de la réussite. Et le reste, on va le travailler à l’entraînement, justement. J’espère avoir un groupe réceptif, prêt à m’écouter. Si c’est le cas, on va beaucoup s’amuser pendant l’année à venir. Parce que je pense, enfin j’espère, que j’ai deux ou trois choses à leur amener », promet Daniel Puce en souriant.

Encore le synthétique, comme à Lutry

Connu pour pratiquer un football offensif et de possession, l’ancien défenseur central va retrouver le synthétique, comme lors de son long passage à Lutry. « J’aime bien, mais c’est un hasard complet. En fait, pour les entraînements je trouve le synthétique parfait, parce qu’il permet de mettre de la qualité et de ne pas se plaindre à chaque rebond ou motte de terre. Ca permet de mieux travailler, tout simplement. Après, je comprends aussi les joueurs qui n’apprécient pas à cause des articulations ou autre chose… De toute façon, Saint-Légier a aussi un terrain en herbe, donc on pourra alterner », promet-il.

90 à 95% de l’effectif va rester

Tiens, au fait, va-t-il conserver la majeure partie de l’effectif? « Complètement! Je serais fou, sinon. Ce groupe est monté et a gagné sa place en 2e ligue. Ils veulent rester à 90 ou 95%, donc on va continuer avec eux. Le président et le comité m’ont dit qu’il y avait des bons joueurs à intégrer, ce que je vais faire avec plaisir. Après, si des joueurs veulent nous rejoindre et qu’ils adhèrent à la philosophie du club, qui est de jouer pour le plaisir et l’envie de progresser, rien d’autre, alors la porte est ouverte », termine le nouvel entraîneur du FC Saint-Légier, un club dont l’envie est forte de s’établir en 2e ligue.

Les autres clubs de la Riviera sont en effet tous un cran plus bas, en 3e ligue, mis à part les deux gros que sont Montreux (2e ligue) et Vevey (1re ligue). Il y a donc un créneau à occuper à ce niveau et « Saint-Lé » veut s’y installer avec Daniel Puce.

Categories: 2e ligue

Auteur

Ecrire un commentaire

Only registered users can comment.