Cristovao Da Luz inscrit un quintuplé en 49 minutes!

Cristovao Da Luz inscrit un quintuplé en 49 minutes!

Si les joueurs du FC Bex ne connaissaient pas encore Critovao Da Luz, ils ont appris à le connaître. L’attaquant de l’ES Malley s’est, en effet, permis de marquer cinq fois en moins d’une heure. Il s’est confié sur cette performance de choix, sur les ambitions de sa nouvelle formation, mais également sur le groupe 2 de 2e ligue et sur le classement des buteurs.

Bravo Cristovao, cinq réussites en une rencontre, c’est incroyable!

C’est vrai, ça n’arrive pas souvent, mais…

Mais?

Je crois que c’est déjà la troisième fois que je le fais (rires).

Il est vrai que vous êtes un joueur très talentueux. Pouvez-vous conter la trame de cette rencontre?

Nous avons vécu un début de match rêvé. Dès la première incursion dans la surface adverse, je mets le ballon au fond.

Et 45 secondes plus tard, vous récidivez!

Oui, je l’ai dit, une entame parfaite. L’équipe a vite compris comment agir contre cette jeune équipe de Bex. Nous avons profité de ce manque d’expérience. La défense était placée haute et jouait le piège du hors-jeu. Les appels dans le dos de l’arrière-garde ont fait très mal à Bex. J’ai eu trois face-à-face durant toute la partie, et j’en ai même raté deux (rires).

Je marque de la tête, du gauche et même du droite

Et comment avez-vous inscrit les cinq goals?

Je suis donc arrivé une fois face au gardien. J’ai réceptionné deux centres, un avec la tête et un, en faisant le pas en retrait. J’ai eu le temps d’amortir et d’armer ma frappe. Un autre, je suis parti du milieu et j’ai profité du bon travail de Dug (NDLR : Dugagin Gashi) pour filer au but. (il m’en manque un). Je marque de la tête, du gauche et même du droite (NDLR : il est gaucher).

Le quintuplé parfait en somme!

Oui, j’avoue que j’ai fait ce qu’il fallait (NDLR : rires).

Tout va bien du côté de Malley. Sept victoires contre deux défaites et une première place à égalité avec le FC Renens. Pouvez-vous évoquer cette formation que vous avez rejointe cet été?

Elle est assez nouvelle. Durant la préparation, ce n’était pas vraiment facile, car il y a eu des arrivées. Le staff cherchait le mix parfait. Depuis 2-3 rencontres, ça va mieux, ca prend bien. Il faut dire que Malley a une très bonne base, avec des gars d’expérience qui ont joué un peu plus haut. Notre coach, Toumi (NDLR : Trabelsi), touche très bien le ballon. Il s’entraîne avec nous et a encore de bons restes (sourire). Il y a également d’excellents jeunes, comme Johan Guignet qui n’a que 15 ans ou Elmedin Avdic, qui en a 16. Ils ont vraiment de très grandes qualités. Ils sont prometteurs et ont déjà fait quelques entrées avec nous.

De plus, dès ce week-end, Kevin Yenga Pereira sera qualifié et pourra évoluer avec Malley, parlez-nous de cette pépite?

Il vient de Lausanne Nord Academy. C’est un ailier gauche très rapide et super technique. Je me réjouis qu’il puisse jouer.

Malley a des ambitions. Est-ce que l’objectif est de monter?

Il y a du monde qui lutte pour la 2e inter, mais oui c’est le but. Peut-être que nous serons un peu justes cette saison, mais si on continue à aligner les victoires, tout est possible pour les deux premières places.

Quelque peu déçu de Renens

Après neuf journées, un quatuor semble se détacher avec Renens, Malley, Pully et Aigle. Vous vous êtes déjà mesurés à la formation de Edin Becirovic, qu’en avez-vous pensé?

Franchement, j’ai été quelque peu déçu. Renens n’est pas plus fort que nous. On aurait pu gagner cette partie, mais nous avons fini par perdre 1-0. Quant aux deux autres clubs, nous allons les affronter dans deux semaines coup sur coup. Ça va être de gros matchs. Je me réjouis.

La saison dernière vous évoluiez avec Gland. Vous avez remporté la Coupe vaudoise et vous aviez la possibilité de jouer la Coupe de Suisse, pourtant vous avez préféré rejoindre Malley, pourquoi?

Tout d’abord, je viens de Lausanne. Comme ça, je me rapproche de la maison (rires). Je retrouve aussi des gars que je connais bien. En plus, La Tuilière est vraiment un lieu magnifique.

C’est un sacré défi de finir devant Jemmely

Ce complexe vous réussit plutôt bien avec déjà 11 goals inscrits ! Vous êtes actuellement troisième du classement des buteurs à égalité avec Telesphore Amougou, mais derrière Julien Jemmely (Genolier-Begnins/ 14) et Anthony Schwyn (Pully/ 13). Que pensez-vous de cette hiérarchie?

Franchement, Amougou ne me fait pas peur. Je vais passer devant bientôt. Jemmely, je n’ai jamais fini devant lui… C’est un sacré défi qui m’attend. Quant à Schwyn, je ne le connais pas. J’ai hâte de le rencontrer afin de juger s’il est meilleur que moi (rires).

31 buts lors du dernier exercice, votre record sera-t-il battu cette année?

C’est dur à dire, mais je pense que je suis bien parti pour m’en rapprocher. On verra bien, mais l’important est l’équipe. J’ai envie que Malley évolue et atteigne ses objectifs.

Merci et encore bravo pour ce magnifique quintuplé!

Auteur

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*