Concordia jouera le barrage face à Donneloye

Concordia jouera le barrage face à Donneloye

Que l’attente a été longue… Le staff et les joueurs de Concordia sont restés dix bonnes minutes sur le terrain des Planches, à Apples, solidaires et désireux d’apprendre le résultat d’Orbe à Ecublens. Les données étaient claires: si Orbe ne gagnait pas, Concordia était sauvé, sans même passer par le barrage de tous les dangers la semaine prochaine. A l’heure du coup de sifflet final à Apples, Ecublens menait encore 1-0 face aux Urbigènes. Pourquoi? Parce que l’arrosage automatique n’avait pas daigné s’arrêter au Terrain du Croset et qu’Orbe a donc fini son match plus de dix minutes après celui de Concordia. Les nouvelles sont arrivées les unes après les autres. D’abord l’égalisation d’Orbe à la 87e par Edgar Alves, qui a fait circuler un frisson dans le dos des Lausannois. Et puis le choc: Orbe avait marqué le 1-2, dans les arrêts de jeu, par Damiano Di Biase. Les têtes se baissaient du côté de Concordia et les joueurs s’en allaient tristement prendre leur douche, ruminant de sombres pensées. Ils étaient à cinq minutes de se sauver directement et ils devront aller chercher leur maintien sur un match, face à Donneloye, 12e de l’autre groupe. Les vacances? Ce sera pour plus tard, mais la date du barrage n’a pas encore été fixée, ni le lieu où il se déroulera. Seule chose sûre et inscrite dans les modalités: il se déroulera sur un match, sur terrain neutre, et le perdant sera relégué en 3e ligue.

Concordia avait 4 points à la trêve, 25 aujourd’hui!

Le dénouement est cruel pour Concordia, mais si on avait dit à Noël au sympathique président David Clément que sa première équipe serait barragiste à la fin du championnat, il nous aurait sans doute pris dans ses bras et offert le champagne. Pour rappel, Concordia avait 4 points à la trêve, et aucune victoire. 4 points. Nous avions écrit qu’il faudrait un miracle pour se sauver et, soyons clairs, nous n’y croyions plus. Pas une seule seconde. Mais ce que nous pensions a tellement peu d’importance par rapport à la force mentale qu’a montré ce groupe pour s’en sortir que Concordia s’est offert cette finale face à Donneloye. Les joueurs de Marcos Carballo ont tout simplement gagné… six de leurs sept derniers matches, ce qui est un rythme de finaliste, tout simplement. Le 3 mai, Concordia avait 7 points. Aujourd’hui, il en compte 25. Un exploit extraordinaire, tout simplement. Orbe, Stade-Lausanne II, Ecublens et Benfica sont tombés depuis la reprise, c’est-à-dire tous les adversaires directs, plus Bursins, Assens et Pied du Jura. Très fort.

Malick Gehri a survolé la rencontre grâce à sa technique et sa classe

Concordia est donc sur un rythme très élevé et abordera le barrage face à Donneloye en pleine confiance et sûr de sa force. Il y a de quoi: dimanche à Apples, Pied du Jura n’a pas existé. Plus volontaires, meilleurs dans le jeu, dominateurs, les Lausannois ont amplement mérité leur victoire, acquise sans trembler, si ce n’est pour une frappe sur le poteau de Pablo Soutullo à l’heure de jeu. Ils avaient déjà fait la différence, en première période, grâce à des réussites de Rigoberto Capitao (17e) et de Malick Gehri (31e). Le second nommé, surtout, a fait forte impression dimanche. Positionné sur le côté droit, il a survolé cette rencontre grâce à sa technique et à son volume de jeu, faisant très mal aux joueurs de Pied du Jura. Ceux-ci ont bien essayé de résister, mais Victor « Coucou » Azombo était un peu trop seul à essayer de percuter dimanche après-midi pour que « PDJ » puisse espérer quelque chose.

Concordia a amplement mérité sa victoire, se montrant plus tranchant et volontaire. Et comme les Lausannois ont été très solides derrière, grâce notamment à un Edmond Mba intraitable, la victoire n’a pas souffert la moindre contestation. Restait à attendre le résultat du FC Orbe, la partie peut-être la plus pénible de l’après-midi, tant les joueurs de Marcos Carballo ont su se rendre les 90 minutes du match plutôt faciles. Le seul point négatif? L’expulsion de Mauro Carletta, laquelle est absolument indiscutable, mais coûtera à l’attaquant de Concordia sa participation au barrage. Les faits? A la 54e, il va disputer un ballon en profondeur, que dégage le gardien de Pied du Jura, arrivé avant lui. Il le percute alors d’une solide semelle, provoquant les cris du portier local. M. Criblet est arrivé sur les lieux, a demandé son avis à son assistant, M. Parisi, lequel lui a répondu sans hésiter que le rouge s’imposait. L’occasion de dire ici tout le bien que l’on a pensé de la prestation du trio arbitral, composé des deux précités et de M. Morandi. Rendez-vous en finales, pour eux aussi?

La victoire face à Stade-Lausanne, le tournant du championnat

Au final, on l’a dit, ce sont donc les Urbigènes qui se sauvent directement, tandis que Stade-Lausanne-Ouchy II retrouvera la 3e ligue, douze mois après l’avoir quittée, tout comme le FC Ecublens. Une fin cruelle pour ces deux équipes, mais ainsi est la 2e ligue, qui ne fait aucun cadeau. Le SLO aura donc connu une grande joie ce week-end, avec la promotion de son équipe première et la relégation de la réserve. Mais les hommes de Giuseppe Guzzardi n’ont aucun regret à avoir sur ce dernier match: même s’ils avaient battu Aigle, ce qu’ils n’ont pas su faire (1-1), ils auraient quand même été relégués. Le tournant de leur saison aura eu lieu le 11 mai dernier, sur le terrain de Concordia. Battus 2-1 au Bois-Gentil, les Stadistes ne le savaient pas encore, mais ils avaient, ce jour-là, perdu plus que trois points.

Pied du Jura a assuré le présent et préparé l’avenir

On a peu parlé de Pied du Jura dans cet article, un peu à l’image de la saison finalement, et c’est plutôt une bonne nouvelle pour les hommes de Bruno Chappuis: cela veut dire qu’ils n’ont jamais été en danger. Ils ont vécu une saison très tranquille, lors de laquelle ils ont pu se permettre de lancer de jeunes joueurs. Loïc Romanens, Tanguy Lugon Moulin, Mathias Mesot et Philippe Ganshof font partie de ces joueurs de moins de 20 ans qui ont convaincu Bruno Chappuis de leur accorder une chance et qui sont su la saisir. De bon augure, forcément, pour la saison prochaine, d’autant que Pied du Jura a pu compter sur ses joueurs-cadres cette saison encore. Au final, le club termine à une très belle 6e place, tout en construisant l’avenir et en développant un jeu intéressant. Que demander de mieux? La partie de dimanche s’est disputée devant un public nombreux, qui reviendra soutenir les siens la saison prochaine, c’est une certitude. Pied du Jura, c’est du solide.

Le plan-fixe

FC Pied du Jura – Concordia 0-2 (0-2)

Buts: 17e Rigoberto Capitao 0-1; 31e Gehri 0-2.

Arbitres: M. Criblet, assisté de M. Parisi et de M. Morandi.

Pied du Jura: Bauer; L. Fuchs (51e Ganshof), Lecocq, Pittet, Gaudin (32e André); Lugon Moulin, Mesot (46e A. Fuchs), N. Fuchs, T. Fuchs, Azombo; Matthey.

Entraîneur: Bruno Chappuis.

Concordia: Soutullo; Brugnoni, Greco, Mba, Reis Teixeira; Gehri, E. Carro (80e El Houss), M. Carro, Taleski; Carletta, Rigoberto Capitao (60e Bedzigui).

Entraîneur: Marcos Carballo.

Notes: Terrain des Planches, Apples. Expulsion de Carletta (54e, rouge direct).

Auteur