Concordia gagne, mais cherche encore l’efficacité

Concordia gagne, mais cherche encore l’efficacité

C’est toujours un plaisir immense de se rendre au Bois-Gentil pour aller y voir Concordia, tant on peut être sûr qu’on va assister à du beau football dans les deux heures qui suivent. Alors lorsqu’on a appris Mario Papa et ses coéquipiers (5e), recevaient le Sport Lausanne Benfica, 6e, on a immédiatement bloqué la date dans notre agenda. Et bien nous en a pris, puisque la coutume a été respectée: on ne s’est pas ennuyé une seule seconde devant ce choc de milieu-haut de tableau.

Une première mi-temps accrochée

S’il y a eu du spectacle durant 90 minutes, le mérite en revient principalement aux locaux, eux qui ont dû tirer une bonne dizaine de fois au but avant le thé. Les plus belles occasions? On gardera en mémoire la chevauchée de Benoît Tabin, stoppée in-extremis par le retour héroïque d’un défenseur rouge sauvant sur sa ligne, alors que le centre-avant de Concordia s’était pourtant ouvert le but en contournant le dernier rempart Dany Vilares. La déviation de Malick Gehri sur un tir à 20 mètres du jeune talent Samuel Selitaj avait, elle aussi le poids de l’ouverture du score.

Miguel Batista a eu deux occasions pour le 0-1

Dominé, le Sport Lausanne Benfica aurait, toutefois, tout aussi bien pu voir cette confrontation basculer de son côté. Par deux fois, Miguel Batista s’est retrouvé en position idéale pour donner l’avantage aux siens mais, par deux fois, Pablo Soutullo s’est montré intransigeant dans ses cages. La question était cependant celle-ci: comment se fait-il qu’avec autant d’occasions, le président du FC Concordia, David Clément, également en charge du tableau d’affichage du Bois-Gentil, n’ait pas eu à lever le petit doigt de la période?

«On manque d’un buteur, d’un tueur!»

La réponse, Marcos Carballo la connaît, et le coach du FCC n’y va pas par quatre chemins: «Le fond de jeu, on le possède, c’est certain. Mais c’est d’un buteur dont on a besoin, il nous manque un tueur! Il y a Benoît Tabin, bien sûr, mais il a des jours avec, et des jours sans. Quand s’est avec, tout va bien, mais quand ça se passe comme aujourd’hui, vous voyez la peine qu’on a à marquer. Au lieu de gagner 6-0 à la pause, on stagne à 0-0…».

Les «garçons» de Marcos Carballo

Tout est dit. Les occasions, on l’a écrit, ont été légion pour les locaux cette après-midi. Le fonds de jeu? Aucun doute là-dessus, Concordia possède une maîtrise fascinante du ballon une fois celui-ci dans ses pieds, lui permettant de se rendre dangereux, de passer d’un côté à l’autre du terrain en une poignée de secondes. On irait même jusqu’à dire que, si toutes les équipes proposaient un tel football, on se contenterait volontiers de 0-0 à chaque match. Mais, effectivement, derrière Benoît Tabin, on n’a jamais réellement senti un «garçon» de Marcos Carballo, comme il aime à les appeler depuis son banc de touche, capable de finir le travail de manière sûre, dans les 15 derniers mètres.

Concordia récompensé pour sa jouerie

«Il a fait quatre mauvais choix de suite sur cette action. Quatre fois, il peut la donner mieux que ça, et, pourtant, on marque quand même là-dessus!». Les mots de Marcos Carballo à l’égard du grand, tant par la taille que par le talent, Malick Gehri en disent long sur son soulagement. En débordant depuis son couloir droit à la 51e, l’ailier avait, en effet, libéré à quatre reprises des espaces en or pour ses coéquipiers. Loin d’être du style individuel, Gehri avait, cependant, opté à chaque fois pour le crochet supplémentaire, celui de trop. Le résultat? Une balle que l’on croyait perdue, mais regagnée dans la foulée, puis, enfin, un centre en direction de Samuel Sellitaj, lequel a pu mettre la balle au bon endroit, enfin. Peu importe les propos de son coach sur le coup, l’ouverture du score porte bel et bien le sceau «Malick Gehri».

Malick Gehri, de passeur à buteur

Servi par un excellent Nicolas Danizan, arrivé cet hiver au Bois-Gentil, Malick Gehri se muait même en buteur dix minutes plus tard (62e). Le contrôle dans la course pour réceptionner la jolie transversale de son coéquipier était parfait, la frappe enchaînée, dans un angle relativement fermé, tout autant. Rien de plus logique que ce 2-0 à ce moment-là du match.

Benfica a buté sur un Pablo Soutullo des grands soirs

Car, on le répète, Sport Lausanne Benfica a été dominé aujourd’hui, mais les hommes de Ricardo Rocha ont montré du répondant. On se demande toujours, d’ailleurs, comment la frappe de Sylvain Gétaz n’a pas pu finir entre les deux poteaux de Pablo Soutullo, alors que le score était toujours de 1-0. L’ailier droit avait pourtant passé dans la défense de Concordia comme dans du beurre, à la faveur d’un dribble magnifique, tout de même. Là encore, Marcos Carballo a une réponse: «On dit souvent qu’un bon gardien rapporte un point à son équipe. Aujourd’hui, Pablo nous en amène deux et demi, au moins! Et quand je dis qu’on aurait pu en mettre six, Sport Lausanne Benfica aurait très bien pu en mettre trois ou quatre sans que cela choque».

Fc Crissier vs Fc Concordia 1-3

 

«On est à notre place»

«SLB» se verra finalement récompensé de ses efforts en toute fin de rencontre, sur un penalty qu’on peut se risquer à juger inexistant, tant, même le banc des visiteurs en rigolait. Le porte-gourdes du FC Concordia, lui, ne gardera pas un souvenir impérissable de la transformation de celui-ci par Bruno Carapucinha. Le pied droit de Marcos Carballo non plus, d’ailleurs… Voilà un entraîneur qui vit ses matches de la première à la dernière seconde, peu importe le score et qui ne tolère pas le moindre relâchement: «Il suffit d’avoir fait 15 secondes de foot dans sa vie pour voir qu’il n’y a absolument rien… Bref, au moins les trois points sont à la clé. Il faut dire qu’on a un peu cessé de jouer dans les dernières minutes. Malgré tout, notre jeu est toujours bien en place. Comme je l’ai dit, il nous faut «simplement» un buteur. À votre avis, on doit être combien de fois meilleur que l’adversaire pour ne gagner que 2-1? Pas mal, n’est-ce pas? C’est notre problème, et c’est ce qui nous sépare des toutes meilleures équipes de 2e ligue. En étant 4e ou 5e, on est à notre place, on ne vaut pas mieux, même si c’est déjà excellent. Si on espère mieux, malgré tout? Les joueurs en parlent, oui, mais je ne suis pas certain que ce soit l’objectif qu’on doive se fixer. Vous trouvez notre jeu attrayant? Dites à vos lecteurs de venir nous voir, on n’a pas beaucoup de supporters par ici!», conclut-il en rigolant.

Concordia a la meilleure défense du groupe 2

Dans l’ombre des joueurs offensifs de grande qualité dont est composé l’effectif du FC Concordia, l’arrière-garde lausannoise s’est, encore une fois, montrée à son affaire. Avec seulement 21 goals encaissés en 15 matches, celle-ci peut se vanter d’être la meilleure défense du championnat, aux côtés de celle de Grandson-Tuileries. Souvent très juste à la relance et impeccable dans ses interventions, Marco Greco nous a beaucoup plu dans l’axe.

Jules Uwimana ne cesse de progresser

Beaucoup, mais pas autant que Jules Uwimana, à gauche. Soyons clair, le jeune latéral de 22 ans n’a pas été parfait, il aurait même pu coûter l’ouverture du score à ses couleurs sur une remise hasardeuse dans l’axe. Malgré cela, sa performance du jour reste fascinante et tout à fait remarquable. En fait, il se passe toujours quelque chose lorsque le Rwandais a le ballon en sa possession. Il crochète, il joue à une touche de balle, il demande le une-deux, il tente de déborder dans son couloir ou… il rend le ballon à l’adversaire. Une chose est certaine, une fois que l’ex-ailier, désormais repositionné en défense, aura trié le déchet qu’il possède encore parfois dans son jeu, il deviendra un atout des plus redoutables. Et pour l’avoir vu évoluer au premier tour, nul doute qu’il n’attend pas pour progresser.

Un article rédigé par Florian Vaney

Les prochains rendez-vous

Concordia reçoit Bavois II le samedi 16 avril, à 17h. Le lendemain, à 10h30, Benfica accueille Lutry.

FC Concordia – Sport Lausanne Benfica 2-1 (0-0)

Buts: 51e Sellitaj 1-0; 62e Gehri 2-0; 90e Bruno Carapucinha, pen. 2-1.

Arbitres: M. Hasan Onkol, assisté de M. Patrizio Rota et de M. Abdelkader Bouzid.

Concordia: Soutullo; Brugnoni, Papa, Greco, Uwimana; Moizeau, Sellitaj, Danizan (70e M. Carro); Gehri, Tabin (82e Patschke), Taleski (62e Lages).

Entraîneur: Marcos Carballo.

SLB: Vilars; Jose Pinto, Diogo Castro, Maliqi, Thirunavukkarasu (56e Duarte Alves); Péclard (589e Bruno Carapucinha), Renato Lobo; Gétaz, Luis Cabacas (64e Tiago Oliveira), Ponce; Miguel Batista.

Entraîneur: Ricardo Rocha.

Bois-Gentil.

Ecrire un commentaire

Only registered users can comment.