« Mon cœur est bicolore : rouge et bleu »

« Mon cœur est bicolore : rouge et bleu »

Ex-portier du LS, Pascal Zbinden est sous contrat chez Team Vaud, où il a des responsabilités diverses. Ancien patron du restaurant Le Fontenay à Lausanne, il travaille depuis quatre ans au Tribunal cantonal.

 

Depuis cinq ans, Pascal Zbinden distille son savoir et son expérience dans la maison Team Vaud. « Auparavant, j’entraînais les petits dans le cadre de la Lausanne Foot Académie », dit cet ancien portier qui a passé 20 ans de sa vie au Stade-Lausanne (en 1ère ligue), avant de monter à la Pontaise pour en être le gardien du temple en LNB (2005-2008), dite Challenge League aujourd’hui. « Mon cœur est bicolore : rouge et bleu ».

 

Chez Team Vaud, Pascal Zbinden est responsable des gardiens. Ils ont de 10 à 16 ans. C’est un formateur qui a un regard d’enfant, admiratif des belles choses et qui tous les jours en découvre. « Mais jusqu’à l’âge de 15 ans, le travail s’effectue dans les régions », souligne-t-il en gras. Il existe quatre pôles : la Côte, la Riviera, le Nord-vaudois et Lausanne. « J’ai un entraîneur des gardiens dans chaque région. Mon rôle est aussi de coordonner leur travail. La méthode et la philosophie sont les mêmes partout. Ma responsabilité, c’est de choisir, de sélectionner les gardiens qui peuvent incorporer les M16, regroupés à Lausanne. Cette tâche, qui n’est pas simple, fait partie de mon cahier des charges ».

 

« Au foot, on y va par passion »


Une fois par semaine, Pascal Zbinden se rend dans une région, pour discuter avec les entraîneurs, assurer un suivi des jeunes gardiens, voir leur évolution, nécessaire pour pouvoir évaluer leur potentiel, pour suivre leur progression, ou pas. « Nous leur parlons. Les jeunes sont à l’écoute. Même si les paroles de l’entraîneur ne sont pas aussi importantes que celles des parents, il faut faire attention à ce que nous leur disons. Comme nous avons de l’importance pour eux, il ne faut pas les décevoir. A l’école, on s’y rend parce que c’est obligatoire. Au foot, on y va par passion ».

 

Pascal Zbinden, qui aura 44 ans le 18 février prochain, est aussi responsable (des gardiens) de la sélection vaudoise des M13. Sur le terrain, il est avec les M14 et les M15, à Lausanne. « J’ai des entraîneurs, dont je suis également le responsable dans toutes les classes d’âge ». Le boulot ne manque pas et les gardiens, tous attentifs et respectueux, lui rendent la mission aisée, surtout passionnante. « Je suis heureux de transmettre ce que j’ai appris, de leur communiquer des informations nouvelles qu’à mon époque, je n’ai pas pu vivre ni utiliser ». Humble et discret, Pascal Zbinden parle plutôt d’expériences vécues au haut niveau que d’une carrière de gardien même si elle a duré longtemps. « Je ne me permettrai jamais d’avoir cette prétention ».

 

Prendre le temps pour chaque jeune


Pascal Zbinden sait qu’il peut se tromper, passer à côté d’une « pépite », ne pas lire chez un jeune un mouvement du destin. Il raconte, se souvient : « Un jour, un jeune s’approche de moi et me dit: Merci Monsieur pour tout ce que vous m’avez donné, appris, mais ce n’est pas ce que je recherche dans le foot. Je veux m’amuser, j’ai d’autres aspirations. Ça m’a fait un choc, c’est le genre de situation qu’on ne voit
pas arriver. Il faut qu’on soit plus attentif à ça. » Un groupe de gardiens, quand il est réuni, forme un petit team. « Comme on est 3 ou 4, on a du temps pour discuter, on 
le prend, pour déceler un problème, qu’il soit extra-sportif ou pas, pour le résoudre, trouver une solution. L’entraîneur est aussi un confident. Les mots qu’il prononce et son discours doivent être bienveillants et adaptés à la personnalité du jeune ».

 

De tout temps, Pascal Zbinden, footballeur devenu formateur, a eu le soutien de sa famille. Avec sa maman, toujours active, il a tenu le café-restaurant de Fontenay, à Lausanne – un des derniers sinon le dernier café de quartier de la ville – et depuis 4 ans, il travaille au Greffe civil du Tribunal cantonal. Pour son bien-être, il est donc à l’école de la vie au quotidien, dans des échanges perpétuels recherchés parce qu’ils sont tous enrichissants et nourrissent l’âme de l’esprit.

Categories: Accueil, Portraits

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*