FC La Sarraz-Eclépens

Back to homepage

Jamais les Sarrazins n’ont évolué en 1re ligue de toute leur histoire. Ils ont toujours été ambitieux, mais ce sommet-là n’a jamais encore été atteint. Alors, ce samedi à 18h face à Portalban/Gletterens (2e), Elmedin Hasanovic et ses copains vont jouer plus qu’un match: ils sont à 90 minutes d’entrer dans l’histoire de leur club, grâce à leur entraîneur Jean-Philippe Karlen, l’homme de toutes les promotions. Car oui, ce samedi, il suffit d’un point à La Sarraz pour officiellement monter en 1re ligue. Encore faut-il le marquer.

Dimanche, Aleksandar Bozic (à gauche) n’a pas eu trop besoin de faire parler son génie: son FC La Sarraz-Eclépens a battu Thierrens (2-1) et a accentué son avance en tête du groupe 2 de 2e ligue inter. A trois matches de la fin, les Sarrazins comptent désormais quatre points d’avance sur Portalban/Gletterens, qui sera à La Sarraz dans dix jours. Et si c’était l’année des hommes de Jean-Philippe Karlen?

Elmedin Hasanovic est prêt à recevoir le FC Bulle ce dimanche à La Sarraz (15h). Le milieu de terrain, vice-capitaine de David Geijo, va motiver ses troupes et n’aura aucune peine à leur faire comprendre l’enjeu de ce match: si son équipe gagne, Bulle (3e) recevra le coup de carrelet définitif qui l’éloignera de la montée. Pour écarter son premier rival, La Sarraz-Eclépens (1er) doit gagner. Ensuite se dessinera une lutte à deux avec le FC Portalban/Gletterens (2e), dont il sera bien temps de s’occuper plus tard. Tous nos points forts dans le week-end vaudois d’élite ici.

Valentin Dupuis (photo) a encore marqué et La Sarraz a encore gagné! Mercredi soir, les hommes de Jean-Philippe Karlen ont battu Marly (5-2), d’une manière bien plus compliquée que le score final peut laisser penser. Ils comptent désormais deux points d’avance sur Portalban/Gletterens, deuxième. De quoi réjouir leur entraîneur? Pas vraiment, en fait.

Lyazid Brahimi a inscrit le deuxième but de la victoire des siens face à Echichens (3-1) samedi. Le Grenoblois, aligné en pointe, est en forme, à l’image de ses coéquipiers. La Sarraz, leader du groupe 2 de 2e ligue inter, a gagné ses deux matches en 2016 et a impressionné samedi par la qualité de son jeu. Le match, d’ailleurs, a été d’un niveau très intéressant sur tous les plans. Echichens peut être fier de sa prestation.

Lyazid Brahimi (photo) a inscrit un doublé face au Locle dimanche, mais c’est bien derrière que La Sarraz fait la différence cette saison, avec huit buts encaissés en onze matches seulement. Pourtant, Jean-Philippe Karlen attend encore plus de sa charnière centrale, notamment, alors que se profile un nouveau choc, samedi sur le terrain du FC Portalban-Gletterens.

Un doublé de Valentin Dupuis a permis aux hommes de Jean-Philippe Karlen de mener de deux longueurs dans le Jorat, avec que Thibaud Chevalley ne redonne espoir aux Thierranais. Un but de Lyazid Brahimi en fin de match a définitivement offert la victoire aux visiteurs, qui conservent leur place de leader.

Damien Djuric a encaissé le 2-1 à la 92e sur le terrain du FC Bulle mercredi soir, suite à un cafouillage et à une reprise à bout portant d’Hakim Khadrouche. Les Sarrazins se sont donc inclinés dans ce match au sommet d’un très bon niveau et ils avaient largement les moyens de ramener au moins un point de Bouleyres. Que cette issue a été cruelle…

Echichens rêvait de bousculer le « grand frère » dimanche après-midi. Malgré un début de match tonitruant, qui aurait dû leur permettre de mener au score, les hommes d’Alain Gendron se sont nettement inclinés (1-4) face à plus fort qu’eux. Lyazid Brahimi a démontré à lui tout seul la différence entre les deux équipes. « Eux et nous allons disputer un championnat différent », admettait, lucide, l’entraîneur du FCE.

Il y aurait pu y avoir six, huit ou dix buts dimanche après-midi En Gravey! La Sarraz et Payerne se sont séparés sur le score très trompeur de 0-0 et cela tient beaucoup au match de titan réalisé par Arnaud Rapin. Le gardien des visiteurs a été de loin le plus sollicité des deux portiers et il a fait mieux que répondre présent. La Sarraz peut regretter les occasions manquées, mais peut aussi s’estimer heureux de ne pas s’être fait planter en contre.