Cinq raisons pour lesquelles Le Mont va gagner

Cinq raisons pour lesquelles Le Mont va gagner

Aucun de nos lecteurs ne pourra dire qu’il n’était pas prévenu. Ce soir, le FC Le Mont-sur-Lausanne va aller s’imposer au Parc Saint-Jacques, et gagner sa qualification pour les 1/2 finales de la Coupe Suisse. L’adversaire du Mont? Ce sera le FC Lucerne, au Châtaignier. Avant cela, il reste une formalité, bien sûr. 90 minutes à disputer face à la meilleure équipe de Suisse, chez elle. Mais le FC Bâle, ce soir, de 19h30 à 21h15, va passer une heure et demie très compliquée. Voilà pourquoi.

1) Le Mont veut gagner, pas juste aller jouer un match

Ca peut paraître évident, mais ça ne l’est pas tout le temps. Là où bien des clubs se disent qu’il s’agit d’une belle journée de fête, et que de toute façon l’adversaire est bien trop fort pour espérer passer, le FC Le Mont a les crocs. Un passage à l’entraînement suffit pour s’en convaincre: personne ne parle de ce match à Bâle comme d’une fin en soi. Que ce soit les plus anciens ou les plus jeunes, tous ne rêvent que d’une chose: marcher sur les Bâlois et prouver qu’ils ont encore le niveau de Super League sans toutefois vouloir absolument y retourner (Claudio Gentile, Sid-Ahmed Bouziane, Michele Morganella, Mobulu M’Futi, N’diasse N’diaye, Emmanuel Domo…) ou montrer qu’ils peuvent aller y jouer (Marco Gabriele, Ridge Mobulu, Ange Nsilu…). Les Montains ont un esprit de revanche, avec des motivations différentes, mais le même but: gagner. Et franchement, leur équipe n’a rien d’une équipe de 1re ligue Promotion. Chacun des 11 titulaires a le niveau pour évoluer beaucoup plus haut. Et comme ces individualités sont au service du collectif, tout est possible.

2) Le vestiaire est sain

Dans le vestiaire du Mont, pas de guerre d’ego, ni en apparence, ni en souterrain. Les choses ont été réglées intelligemment par Claude Gross et Serge Duperret, en amont, afin d’éviter de tels problèmes. Un exemple? Le recrutement de Dany da Silva, comme deuxième gardien. L’ancien gardien d’YS avait fait ses preuves en 1re ligue Promotion, mais se met au service de Claudio Gentile, sans broncher. Le n°1 est indiscutable, mais Dany da Silva sait que son heure viendra et qu’il doit s’accrocher. La transition s’effectuera en douceur une fois le moment venu. Et Gentile est tout aussi parfait dans son rôle de n°1, irréprochable sur le terrain et prêt à donner tous les conseils que le jeune n°2 demande. Et partout sur le terrain, le même respect est observé. Alpha Djalo, Velibor Simic, David Kilinc, Stevo Gasic et Marlon Baluzeyi, pour ne citer que ceux-là, ne sont pas sous les projecteurs, mais ils sont admirables et répondent à chaque fois présent lorsque Claude Gross fait appel à eux, que ce soit comme titulaire ou pour des bouts de match. Cet état d’esprit, uni, peut faire la différence.

3) Le FC Bâle s’attend à affronter un bon adversaire, mais ne sera pas à 100%

C’est certain, Murat Yakin a prévenu ses joueurs que Le Mont n’était pas une équipe arrivée là par hasard. Bâle est un club trop professionnel pour prendre un 1/4 de finale de la Coupe à la légère. Mais n’empêche: le Parc Saint-Jacques sera à moitié plein, la saison vient de recommencer, il fera froid, et le mercredi soir est plutôt un soir de Champions League à Bâle. Comme que comme, le FC Bâle ne sera pas à 100%. L’équipe devrait ressembler à celle ayant gagné à Lausanne dimanche (lire ici), même si Murat Yakin a déjà annoncé que Germano Vailati sera titulaire dans les buts, en lieu et place de Yann Sommer. Naser Aliji (20 ans) devrait également débuter la partie. Gaston Sauro (suspendu), Fabian Schär, Marcelo Diaz, Valentin Stocker et Ivan Ivanov sont annoncés blessés. Mais qu’importe: le FC Bâle a un effectif suffisamment fort pour se passer de ces joueurs, d’autant que Marco Streller et Arlind Ajeti feront leur retour et seront sans doute titulaires pour gagner du rythme, eux qui étaient suspendus dimanche à Lausanne. Reste que les Bâlois ne seront pas à 100% mentalement, contrairement aux Montains, c’est une certitude.

4) Le Mont n’a pas digéré le renvoi du match le 4 décembre

S’il fallait une motivation supplémentaire au fait de disputer un 1/4 de finale à Saint-Jacques, elle est là. Les joueurs du Mont savent bien tous les efforts qu’ont fait leur président, le comité, la Commune du Mont, les amis du club et tous les gens ayant travaillé de près ou de loin au Châtaignier pour que le match ait lieu le 4 décembre. A tort ou à raison, tout le monde a crié à l’injustice ou au complot. Aujourd’hui, le match a lieu à Bâle, mais personne n’a oublié ce 4 décembre et toute la frustration qui a découlé du renvoi du match.

5) Le pied gauche de Sid-Ahmed Bouziane

Injuste de sortir du lot un joueur en particulier, alors qu’on vient de vanter les mérites du collectif montain? Peut-être, mais, dans le cas précis, on assume et ce choix nous semble justifié. Lorsque le FC Le Mont est moins bien, ce qui arrive quelquefois, il peut s’en remettre à son meneur de jeu. « Sidou » est un joueur à part, capable d’inventer un but ou une passe décisive à partir de rien. Son 1-0 face à Young Boys (du pied droit, qui plus est) est une preuve de son génie, et de son coup d’oeil. Le Mont n’aura pas la balle durant la majorité du temps ce soir, mais, avec Bouziane, un coup de pied arrêté suffit. Qu’il la mette lui-même dans la toile (comme à Granges, en finale de promotion l’an dernier), ou qu’il serve parfaitement Emmanuel Domo (comme face à YB) ou N’diasse N’diaye (comme mille fois depuis qu’ils jouent ensemble), une balle arrêtée tirée par l’ancien joueur de Servette est un danger permanent pour l’adversaire. Même pour le FC Bâle. Murat Yakin le sait bien, lui qui a connu Bouziane à Thoune. Il rendra ses défenseurs attentifs à la qualité de passe et de tir du Français, mais l’écouteront-ils assez attentivement?

Categories: Coupe suisse, FC Le Mont

Auteur