Christophe Ohrel: «Je suis victime de harcèlement et de diffamation»

Christophe Ohrel: «Je suis victime de harcèlement et de diffamation»

Joint par téléphone mercredi après-midi, Gérard Vontobel n’a aucun problème à parler du « cas Christophe Ohrel ». Le président de l’ACVF aimerait simplement avoir la réponse à une question claire: qui est l’entraîneur de Forward Morges? « Aujourd’hui, on n’en sait rien. Le président de Forward nous a annoncé que son entraîneur avait démissionné, ce qu’on a également lu dans les médias. Le poste est donc vacant. Mais est-ce vraiment le cas? », s’interroge Gérard Vontobel, lequel nous renvoie à Christophe Chaillet pour plus de renseignements sur le dossier.

Le responsable de la commission de discipline répond lui aussi sans louvoyer. « A la suite du match amical contre Prilly et des propos tenus à l’arbitre de la rencontre, nous avons appris la démission de Christophe Ohrel. Nous avons tout de même écrit à Forward pour confirmer qu’il ne serait pas suspendu, mais que tous débordements futurs seraient sanctionnés d’une amende ou, pire, d’un retrait de points. Nous ne voulons pas en arriver là, mais nous l’avons clairement écrit. » L’entraîneur de Forward ayant démissionné, tout semblait devoir rentrer dans l’ordre. Sauf que… l’ACVF a reçu un nouveau rapport d’arbitre, après le match samedi face à Bursins-Rolle-Perroy (1-1). Dans celui-ci, il est stipulé que Christophe Ohrel est entré dans le vestiaire avant le match, a coaché depuis derrière la barrière pendant le match et a rejoint ses joueurs au vestiaire à la mi-temps. Et, plus problématique, il a, selon le rapport de l’arbitre, insulté l’arbitre assistant à plusieurs reprises, les termes utilisés étant écrits noir sur blanc dans le rapport.

De nouvelles sanctions seront-elles prises? Christophe Chaillet dit non: « Il n’était pas sur la feuille de match, donc pas punissable. Et n’importe qui peut aller dans le vestiaire, qu’il soit entraîneur ou non. Ce n’est pas le problème. Ce qui nous pose souci, c’est qu’on ne sait pas qui est entraîneur à Forward. Qui a le diplôme B? »

A toutes ces questions-là, et à quelques autres, Christophe Ohrel apporte ses réponses. Interview.

Christophe, vous ne vouliez pas parler ces dernières semaines…

Aujourd’hui, c’est le bon moment. Je ne peux plus me taire. Je ne veux plus me taire.

Qu’est-ce qui vous énerve autant?

Les mensonges sur ma personne. Je suis victime d’attaques personnelles. On veut se payer ma tête.

Qui?

L’ACVF. J’ai eu connaissance du rapport de l’arbitre, qu’il a rédigé après la rencontre de samedi. Il dit que j’ai insulté.l’arbitre-assistant, ce qui est de la diffamation et de la calomnie. Je réfléchis sérieusement à attaquer l’ACVF au pénal. Je suis en train de m’attacher les services d’un avocat, je prépare ma plainte.

Avez-vous parlé à l’arbitre-assistant samedi?

Pas une fois. Rien. Zéro.

Il a tout inventé?

J’ai des dizaines de témoins. Des dizaines! Ils vont tous dire la même chose: je n’ai rien dit. L’arbitre qui a signé ce rapport, il sera tout seul. Ce matin, j’ai eu un téléphone avec Christophe Chaillet, il m’a dit: « C’est parole contre parole ». C’est-à-dire que l’arbitre a raison et que j’ai tort. Et bien non, désolé: celui qui a inventé ces mensonges dans son rapport va devoir assumer.

Carrément…

Oui. Je vais aller devant la justice, mais aussi actionner l’ASF. Cela ne peut plus durer. Je ne suis pas un enfant de choeur, je le sais. Je sais qui je suis. Mais je sais aussi que je suis victime de harcèlement, de mobbing et de diffamation.

Vous allez loin, là, non?

Ce que je ne supporte pas, c’est qu’on s’attaque à ma personne. J’ai été suspendu deux fois par l’ACVF, une fois une année et une fois six mois. Je l’ai accepté, on s’en prenait à l’entraineur. Mais là, on vise l’homme. J’étais un spectateur derrière le banc de Forward Morges. Tenez, je vais vous donner un exemple concret: lors d’un match à Genolier-Begnins l’année dernière, j’ai été insulté par un spectateur durant 85 minutes et je m’en suis plaint à l’arbitre-assistant. Il me répond: « Les spectateurs, ce n’est pas mon problème. » A la 85e, je réponds à ce spectateur et je me fais expulser. Dix points fair-play de pénalité et de nouveau les gens qui rigolent sur moi… Bon, ça à la limite, je m’en fous. Ma réputation dans le canton de Vaud m’importe peu.

Par contre?

Par contre, ce qui m’énerve, c’est que samedi face à Bursins-Rolle-Perroy, je suis spectateur. Et là, tout d’un coup, tout change et on fait des rapports contre un spectateur!

Oui, bon, la situation est particulière, non?

Pourquoi?

Parce que tout le monde sait que vous êtes l’entraîneur de Forward, même de l’autre côté du banc!

Je n’étais pas sur la feuille de match, j’étais spectateur! Je vous l’ai dit, vous n’écoutez pas.

Bon, d’accord. On vous pose alors une question. Donnez-vous les entraînements au FC Forward Morges cette semaine?

Non, j’ai donné ma démission. Deux jours après l’avoir fait, il y avait ce match très important à Montreux. Les joueurs ont insisté pour que je les coache, ce que j’ai accepté. Mais je ne suis plus leur entraîneur.

Samedi, face au BRP, dans quel rôle étiez-vous au terrain?

Dans celui de conseiller. Je peux parler, j’en ai le droit. Ils ont envie que je continue, ils me poussent dans ce sens. Alors, je ne les laisse pas tomber. Et j’ai le droit d’aller dans le vestiaire, comme n’importe qui. Un spectateur peut aller dans le vestiaire. Pourquoi l’arbitre signale-t-il que je suis allé dans le vestiaire? En quoi cela le regarde? Pourquoi il le mentionne dans un rapport?

Qui a le diplôme d’entraîneur à Forward, vu que vous avez démissionné?

Raphaël Cand. Il a le diplôme C+, et Pablo Iglesias a accepté. Nous sommes parfaitement en règle.

Forward cherche-t-il activement un entraîneur pour vous remplacer?

Disons que… ça ne peut pas continuer comme cela. Il va falloir régulariser la situation. Mais je n’en sais pas plus pour l’instant. Ce qui n’enlève rien aux deux poids et deux mesures qui règne à l’ACVF. Tiens, j’ai un autre exemple, d’ailleurs. Et vous étiez là, si je me rappelle bien.

On vous écoute.

Face à LUC-Dorigny, quand Vagner Gomes entre sur le terrain, vous vous en rappelez?

Oui. On l’avait écrit noir sur blanc, d’ailleurs.

Il avait couru 70 mètres, avait touché l’arbitre et n’avait strictement rien eu. Rien! Si j’avais fait ça, j’aurais été suspendu à vie.

Vous avez des antécédents, pas lui.

Ca n’a rien à voir. Il y a un règlement, un entraîneur qui sort de sa zone technique doit être suspendu. Ca n’a rien à voir avec Vagner Gomes ou Christophe Ohrel ou avec ce qui a été fait avant. Je demande simplement à ce que le règlement soit le même pour tout le monde, qu’il n’y ait pas deux poids, deux mesures. Alors expliquez-moi pourquoi à chaque match de Forward, il y a un inspecteur fair-play, qui vient derrière mon banc, pas celui de l’adversaire? Pourquoi un arbitre se permet de mentir dans un rapport? Pourquoi je suis visé à chaque fois?

On ne va évidemment pas répondre à ces questions. Sérieusement, vous savez qu’on vous apprécie, mais vous allez beaucoup trop loin là…

J’assume tous mes propos. Aujourd’hui, il y a des consignes pour me faire tomber, qui viennent de tout en haut. Mais au fond, cela ne m’intéresse pas. Maintenant, toutes les personnes qui mentent en parlant de moi ou en signant des rapports devront assumer en leur nom propre. A commencer par celui qui prétend que j’ai insulté l’arbitre du match de samedi.

Avez-vous été surpris de ne pas avoir été suspendu après le match face à Prilly? Là, vous aviez insulté l’arbitre, vous l’aviez reconnu.

Vous avez pourquoi je n’ai pas été suspendu?

Non, justement, on vous demande.

Parce que j’ai dit que je démissionnais. Alors, Christophe Chaillet s’est dit que l’affaire était classée. Il a raison, j’ai bel et bien démissionné. Mais je le répète, rien n’empêche un spectateur de venir au match. Et ce spectateur, si on l’attaque, il contre-attaque. Je ne vais pas me laisser faire. Plus jamais, en tout cas. On va aller loin, je vous le promets.

Categories: 2e ligue, Interviews

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*