Christophe Hostettler a trouvé un nouveau challenge

Christophe Hostettler a trouvé un nouveau challenge

« Sincèrement, j’étais prêt à arrêter ou à mettre ma carrière entre parenthèses ce printemps. Je ne cherchais pas un club à tout prix, je peux vous l’assurer. » Christophe Hostettler (33 ans) a pris son départ du Stade Payerne (2e ligue inter) avec philosophie cet hiver. Lui, le chasseur de buts, se voyait bien se reposer quelques mois du côté de Neuchâtel, chez lui. Voilà en effet des années qu’il effectue les trajets depuis Le Locle, tout en haut du canton, pour jouer à Baulmes, Thierrens et Payerne. Arrivé au FCB lorsque celui-ci évoluait en 1re ligue, il l’a accompagné jusqu’en 2e ligue sans se plaindre et sans jamais demander de rémunération, laquelle aurait de toute façon été inexistante. Christophe Hostettler est ce qu’on appelle un amoureux du foot, un puriste, de ceux qui vont voir tous les matches et passent leurs week-ends au bord des terrains.

Non, son passage à Payerne n’a pas été un échec

Lui qui ne voulait pas jouer plus bas que la 2e ligue a fini par quitter Baulmes après une troisième relégation, quand même. Direction Thierrens, où ses valeurs allaient bien pouvoir s’exporter, pensait-il. Hélas, la concurrence de Nelson Longo et une certaine poisse avec les blessures l’ont contraint à s’asseoir sur le banc plus souvent qu’il ne le pensait. Alors, très vite, il est parti à Payerne, néo-promu en 2e ligue inter, où il a été bon d’entrée. « Je l’avoue, j’étais un peu mécontent de votre dernier article, dans lequel vous écriviez que je ne m’étais pas imposé à Payerne. Je pense que cela ne reflète pas la vérité », explique-t-il en toute sincérité. « Quand je suis arrivé, le club avait 6 points en 7 matches. J’ai marqué deux buts et réussi un assist lors de mon tout premier match contre Farvagny, gagné 4-1. On a alors réussi 10 points en 5 matches et on s’est qualifiés en Coupe de Suisse sur le terrain de Moutier, qui était premier de son groupe. J’ai joué 90 minutes à chaque fois, donc je trouve que dire que je ne me suis pas imposé est injuste de votre part. »

Une blessure qui l’a plombé

Il s’est cependant blessé au printemps et a eu de la peine à revenir. « Ça oui, c’est vrai. J’ai perdu ma place avec cette blessure et j’ai très peu joué depuis. J’ai été titulaire lors du premier match de la saison en cours, à Bulle, parce qu’il y avait beaucoup d’absents. Ensuite, c’est à coup de dix minutes que je suis entré. Et je l’avoue, vu que je venais de loin, j’ai aussi raté quelques entraînements à ce moment-là, sachant que j’allais de toute façon moins jouer », continue-t-il. Alors, il s’est retrouvé libre cet hiver.

Carlos Rangel et lui se sont connus à Baulmes

Flairant la bonne occasion, Carlos Rangel, toujours bien informé, a pris son téléphone et a appelé un joueur qu’il connaît bien. « Il m’a convaincu tout de suite. Il m’a expliqué qu’il cherchait un avant-centre et qu’il m’appréciait. On se connaît depuis l’époque à Baulmes, où Carlos était venu donner un coup de main à Fabian Salvi. J’ai toujours bien aimé le personnage et sa philosophie de jeu, tournée vers le beau football », explique le nouvel avant-centre grandsonnois. « Je lui ai quand même demandé un petit délai de réflexion, mais c’est là qu’il m’a dit que le marché des transferts finissait ce lundi! Alors, tout est allé très vite. Dès lundi prochain, je commence les entraînements. Franchement, je me réjouis, j’aime beaucoup Carlos et il y a un vrai challenge, celui de jouer les finales de 2e ligue! Je suis tout excité, j’ai déjà envie de commencer! »

Carlos Rangel: « J’apprécie l’homme et le joueur »

De son côté, Carlos Rangel est tout heureux d’avoir trouvé un numéro 9, lui qui a joué avec Mathias Freymond au premier tour à ce poste. « Mathias est un super joueur et il a fait le boulot de manière très satisfaisante, mais il sera souvent occupé les week-ends au deuxième tour avec son boulot. Alors, il y avait vraiment un besoin de notre part à ce poste. Christophe, c’est le chasseur de buts, un avant-centre pur. Et en plus, c’est un super-type! J’apprécie l’homme et le joueur », s’enflamme  le Colombien. Le mercato du FCGT est sinon resté très calme. Aucun départ n’est en effet à déplorer! « Et nous accueillons Samba Sow, d’Yverdon II, Patrick Kimbiyavanga en provenance de Vignoble, ainsi qu’Anthony Djaïd, un jeune gardien qui vient de Bosna », continue Carlos Rangel, qui va également faire monter un gardien des juniors A.

Il sait déjà tout de sa nouvelle équipe

Tiens, au fait, Christophe Hostettler, l’homme qui suit le football comme personne, que sait-il de sa nouvelle équipe? Il ne se dégonfle pas: « Je connais Nicolas Jaccard, un grand gardien. J’ai joué avec Joao Monteiro à Baulmes, donc je connais ses qualités, mais je peux aussi vous parler de Julien Fantoli et de leur numéro 10, Renato Provenzano, qui a fait un super premier tour… Il y a Daniel Costescu qui entraîne la II, et Daniel Ondrejicka dans le staff. Eux aussi, je les connais de notre époque commune au FC Baulmes. Et je vous rappelle qu’on venait s’entrainer à Grandson à l’époque. » Examen d’entrée réussi: Christophe Hostettler est déjà chez lui au FC Grandson-Tuileries.

Categories: 2e ligue

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*