«C’était nécessaire de montrer une réaction»

«C’était nécessaire de montrer une réaction»

Croisé vendredi soir, Jean-Michel Viquerat n’affichait pas un optimisme débordant, à la veille d’affronter La Chaux-de-Fonds. « On n’est pas prêts », glissait le président du FC Bavois, qui aurait déjà bien aimé prendre un point face aux Neuchâtelois ce samedi. Le résultat? Une très belle victoire 2-0, grâce à des réussites de Qendrim Makshana et de Micael Martins! Quatre jours après la nette défaite face au Stade Nyonnais, Bavois a donc enregistré la première victoire de son histoire en Promotion League, pour le plus grand plaisir de son très bon avant-centre, qui en est à deux buts en deux matches. La prochaine rencontre? Dans dix jours, à Breitenrain. D’ici-là, le FCB aura le temps de monter en puissance physiquement. Interview d’après-match.

 

Qendrim, après la claque concédée à Nyon (5-1, lire ici), on imagine que ce résultat fait du bien. C’était important de repartir du bon pied, avant la petite pause qui va suivre, non?

Effectivement, on n’était pas prêts physiquement à Nyon et on a commis beaucoup d’erreurs, malgré un bon début de rencontre. Ensuite on avait lâché sur le plan physique. Il faut relever que le Stade Nyonnais était particulièrement compact, solide et très fort mentalement. En montant d’une catégorie, on savait qu’on allait devoir hausser notre niveau. On a rapidement appris à nos dépens qu’en Promotion League, les erreurs se payaient cash, et comme on les a alignées mercredi, on avait à coeur de réagir le plus vite possible.

Et cette envie a vite été matérialisée sur le terrain où Bavois a livré une prestation globalement très aboutie.

Aujourd’hui, on avait une très grosse envie de gagner, c’est net. On est bien entrés dans la rencontre et on a su jouer les coups. C’était nécessaire de montrer une réaction, parce que la saison est certes, très très longue, mais c’est quand même important de marquer des points.

Tout de même, quelle métamorphose! Vous avez dicté le rythme et n’avez jamais été réellement en danger aujourd’hui.

N’oubliez pas qu’on a joué avec, plus ou moins, notre onze de base, ce qui était moins le cas mercredi. Du coup cet après-midi, on avait les bons automatismes. Sur le terrain, on savait qui allait faire quoi, quand et comment. Cela simplifie quand même largement la donne. Tout devient du coup plus facile, plus instinctif.

Categories: Promotion League

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*