Cet homme-là est inarrêtable

Cet homme-là est inarrêtable

La population de la Côte hésitait entre deux belles options en cet humide mercredi d’avril. Soit se rincer les yeux devant la défaite du Barça, soit braver les éléments et aller supporter deux belles équipes régionales à la dynamique insatiable de victoires cette saison. L’assistance s’est révélée de très bonne facture ce mercredi soir et la toute nouvelle buvette du FC Amical a ainsi pu fonctionner à plein régime. Même si une ligue d’écart sépare les deux équipes, il faut se rappeler qu’Amical Saint-Prex a déjà renvoyé à ses études Forward Morges au tour préliminaire et reste, surtout, invaincu, Coupe et Championnat compris, depuis le début de la saison 2015-2016. C’est, d’ailleurs et pour la petite histoire, l’unique formation de 3e ligue avec le FC Aigle II à ne pas avoir connu encore la défaite. La question était donc de savoir si le FC Genolier-Begnins allait faire tomber le rouleur compresseur saint-préyard ou si le FC Amical allait réitérer son coup du tour préliminaire et continuer à surfer sur sa vague de sans-faute. Le décor était planté, il ne restait plus que les 22 acteurs pour répondre aux questions posées.

Des Canaris efficaces et des joueurs mal cramponnés!

Il a fallu trois minutes, à peine, pour avoir un premier élément de réponse. Esseulé sur la ligne des cinq mètres, Jordy Kissema ne pouvait qu’emmener le ballon dans les buts après un coup de tête de Julien Jemmely, déjà, sur la barre transversale. 0-1, d’entrée! Sur un terrain encore magnifique malgré les fortes précipitations, bon nombre de joueurs avaient oublié leurs crampons interchangeables dans les vestiaires, vu le nombre incalculable de glissades survenues tout au long du match. Il devenait, dès lors, difficile d’enchaîner des dribbles efficaces sans réel appui par terre. Un détail peut-être mais sur l’ensemble de la partie, cela peut faire la différence, cette rencontre le démontrera.

Marco Cardello égalise et relance la partie

Amical a rapidement réagi après ce 0-1 et a commencé à développer son jeu au sol, fait de passes courtes et de dédoublements finement léchés. C’est, cependant, sur une petite balle lobée en profondeur, que le gardien des Canaris a vu son ballon repoussé sur le corps de Marco Cardello qui a inscrit dans les buts vides le ballon de l’égalisation. 1-1, Amical pousse alors, joue bien jusqu’aux vingt mètres adverses mais manque cruellement de tranchant dans le dernier geste. En contre, les visiteurs se régalent et démontrent leur cynisme. Pas le temps de savourer une première bière que le 1-2 tombe, encore une fois grâce à un centre venu de la gauche et réceptionné du pied par le tueur Julien Jemmely.

Des erreurs qui se paient cash!

Le score est donc de 1-2, le combat est disputé au milieu entre les différents protagonistes. Giovanni Serratore tacle pour récupérer la balle, celle-ci file tout droit sur les pieds de Julien Jemmely qui se retrouve, sans le vouloir, lancé seul ou presque en profondeur, vers le but adverse. La suite on la connaît, cela fait 1-3, balle au centre. Contre l’actuel leader du groupe 1 de 2e ligue, de telles erreurs ou imperfections ne pardonnent pas. Ainsi, pour appuyer nos dires, on prendra l’action de la 35e minute qui voit une balle en profondeur trop longue pour l’ailier du FCGB. Maxime Coquoz, le capitaine des Diables rouges, n’a plus qu’à protéger le ballon pour que son gardien le récupère. Hélas, il est pris de court et une mésentente avec son portier permet à l’attaquant adverse de reprendre possession de la balle et sans se faire prier, la centrer sur son goleador invétéré qui n’avait plus qu’à pousser la sphère dans les buts du malheureux Gustavo Nafic. Pour son retour dans les cages locales, le portier brésilien aurait pu espérer meilleures retrouvailles avec ses coéquipiers. Nul doute cependant que des satisfactions sportives futures lui tendront les bras tant Amical Saint-Prex survole son groupe de 3e ligue.

Marco Cardello manque un pénalty, Jemmely ne pardonne pas!

La seconde période commencera par une possession de balle à l’avantage des locaux, comme en première, sans vraiment que leurs actions se concluent de manière dangereuse. Puis survient autre épisode caractéristique de cette soirée et de la différence entre les deux équipes. Lamine Soumahoro, brillamment lancé dans le dos de la défense des visiteurs, est fauché fautivement par le gardien adverse, Antoine Bechet. Pénalty indiscutable sifflé par l’arbitre, M. Dejan Simeunovic. Marco Cardello, le meilleur buteur de l’équipe, s’élance, son tir trop mou et mal ajusté s’écrase dans les pieds du dernier rempart des Canaris, s’en suit une partie de flipper et le ballon finira par regagner les rangs des visiteurs. Quasiment dans la minute qui suit, débordement sur la droite, centre au cordeau pour le grand Julien Jemmely qui de la tête lobe Gustavo Naftic une nouvelle fois impuissant sur l’action. 2-4. Implacable.

Le bijou de Mario Pessoa

Une minute après le coup du KO définitif, Mario Pessoa illuminera une dernière fois les travées de la nouvelle enceinte sportive de Marcy avec un bijou pleine lucarne des vingt mètres. Le but qui sauvera l’honneur pour les locaux, qui ont livré une belle partie.

Une audace mal récompensée!

2-5 au tableau d’affichage, score sévère, qui ne reflète qu’en partie la différence entrevue entre les deux équipes ce soir. Sévère car sur le plan technique et de la jouerie, Amical Saint-Prex n’avait rien à envier, ce soir, à son adversaire. Néanmoins, s’il y’avait une ligue d’écart sur le papier au début du match, il en est resté une à la fin sur l’analyse d’ensemble. Les visiteurs ont, en effet, allié à merveille efficacité avec des contres fulgurants rondement menés et conclus par l’inévitable Julien Jemmely, plus que jamais meilleur buteur du canton. Il aura frôlé la perfection n’inscrivant, on l’excusera, que quatre des cinq buts pour son équipe ce soir. Il aura donc mis à mal la défense locale presque à lui tout seul.

Trop d’erreurs défensives du côté de Saint-Prex

Des locaux, on l’a dit, qui ont brillé sur quelques actions extrêmement bien amenées, qui auront mis en exergue la technique de certains de leurs cadres, mais qui auront cruellement manqué de percussion offensive et surtout de tranchant dans les vingt derniers mètres. Là où les hommes de Marc Studer concluaient leurs actions simples par des buts, les Saint-Préyards se perdaient à la finition ou se heurtaient à la solide défense adverse. Aussi, des erreurs défensives telles que sur l’action du 1-4 ne pardonnent pas à un tel niveau et le 3-5-2 habituel composté par les deux entraîneurs locaux a eu du plomb dans l’aile en phase défensive car se retrouver en contre, en deux contre deux avec Julien Jemmely dans les parages, il y a une chance sur deux, voire plus, que l’action se termine par un but.

L’audace n’a pas payé, quand on veut jouer ainsi l’offensive il faut concrétiser ses actions ou du moins tirer au but et ne pas perdre le ballon à l’orée des seize mètres sous peine d’être puni en contre.

Le réalisme du FC Genolier-Begnins contre la fougue du FC Amical Saint-Prex

En résumé, on aura vu ce soir ce qui sépare une équipe de premier ordre en 3e ligue, qui a plus que largement le niveau pour monter d’un cran, d’une équipe qui caracole en tête en 2e ligue, qui a le vent en poupe et qui sait frapper là où cela fait mal ! Ce sont des détails qui ont fait la différence durant ce match et ces détails accumulés font qu’une équipe rentre à la maison l’esprit du devoir accompli sans avoir eu à forcer son talent, pendant que l’autre équipe rentre bredouille, frustrée et persuadée qu’il y avait mieux à faire.

Avec des si, on connaît la chanson, le FC Amical Saint-Prex serait peut-être déjà en 2e ligue, ce qui risque fort d’arriver d’ici quelques mois, et le FC Genolier-Begnins serait lui peut-être en train de vivre la première expérience de son histoire dans une catégorie de jeu supérieure. On retiendra donc la qualification logique des hommes de Marc Studer face à un adversaire à qui il ne manque que de prendre exemple sur son hôte du jour pour combler les lacunes qui rendront l’équipe de Didier Vaucher et d’Andy Laugeois encore plus compétitive à l’avenir sur tous les terrains vaudois.

Les hommes du match

Du côté du FC Genolier-Begnins, on évitera d’encenser trop son buteur maison, Julien Jemmely, qui fait déjà la Une de toutes les rubriques footballistiques régionales par ses innombrables et récurrents buts, on est quand même obligé de le citer car quand on en plante quatre le même match, on ne peut pas le négliger! Même si les buts étaient tous relativement faciles pour le buteur hors-pair qu’il est, il était là où il fallait, quand il fallait, ce qui est la définition même de l’avant-centre parfait. On mentionnera aussi et pour éviter une crise de jalousie de ses coéquipiers, solides et concentrés durant les 93 minutes du match, les deux ailiers canaris, Stéphane Girardet et Alban Selimi qui par leur vitesse d’exécution auront pesé sur la défense locale et surtout auront servi des caviars à Julien Jemmely.

Du côté du FC Amical Saint-Prex, on notera la bonne prestation au milieu, tant du point de vue de l’engagement que dans celui de la construction, de Giovanni Serratore, vif et lucide. On tient encore à souligner la performance de Thibault Ruchet qui, à même pas 18 ans, à démontrer au milieu de joueurs aguerris une qualité technique et dans les duels de premier ordre. Une pépite en devenir assurément. Sinon, on ne peut pas passer sous silence le but magistral, le plus beau du match sans hésitations, de Mario Pessoa. Elégant et d’une finesse technique appréciable, il aura juste manqué de mordant et de tranchant dans ses ultimes velléités offensives.

Un compte-rendu de Julien Marchionno

Les prochains rendez-vous

Genolier-Begnins reçoit le FC Crans ce dimanche à 14h aux Gravières. Derby! Mardi prochain, le 19, à 20h, le Stade Nyonnais II reçoit Saint-Prex pour un véritable choc au sommet de 3e ligue.

Amical Saint-Prex – FC Genolier-Begnins 2-5 (1-4)

Buts: 6e Kissema 0-1; 17e Cardello 1-1; 20e, 26e, 42e et 65e J. Jemmely 1-5; 67e Mario Pessoa 2-5.

Arbitre: M. Dejan Simeunovic.

Amical: Gustavo Nafic; Henriod, Coquoz, Nelson Pereira Pedrosa (46e Bergien);  Alex Dos Santos (66e Mansson), Ruchet (70e David Soares Almeida), Serratore, Perriraz, Mario Pesssoa; Soumahoro, Cardello.

Entraîneurs: Didier Vaucher et Andy Laugeois.

GB: Bechet; Roch, Bolay, Ribeiro, Martin; Kissema (84e Perez), G. Jemmely, Favre; Selimi (46e Gervaix), J. Jemmely, Girardet (70e Giannattasio).

Entraîneur: Marc Studer.

Stade de Marcy. 53e, Antoine Bechet repousse un penalty de Marco Cardello.

Le tableau des demi-finales, mercredi 4 mai

Genolier-Begnins – Saint-Légier

Aigle II  – LUC-Dorigny

Categories: Coupe vaudoise

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*