“C’est un match qu’on rêve tous de jouer dans sa vie”

“C’est un match qu’on rêve tous de jouer dans sa vie”

Mardi soir, le Vaudois Léo Lacroix a disputé son tout premier match de l’UEFA Champion’s League, et pas contre n’importe qui, le leader de Premier League , Manchester City, dirigé par Pep Guardiola. Interview.

Match aller des 8e de finales de la Champion’s League, le FC Bâle s’est incliné 4 à 0 à domicile. Si le score semble sceller le sort des Bâlois, le défenseur Léo Lacroix, prêté par l’AS Saint-Etienne (avec option d’achat), reste positif comme à son accoutumée.

 

Léo Lacroix s’est livré à Footvaud après son premier match de Champion’s League.

Tu es à Bâle depuis quelques jours dans ta nouvelle équipe et tu disputes ton premier match de Champion’s League, qui plus est, contre l’une des plus belles équipes d’Europe, comment as-tu vécu cette rencontre ?

C’est impressionnant, c’est un match que tout le monde rêve de jouer, malgré le résultat. On aimerait disputer des rencontres de ce type tous les week-ends, face à des joueurs exceptionnels dans tous les domaines. J’étais vraiment impatient de disputer ce 8e de finale.

Saint-Etienne te prête au FC Bâle, est-ce que Serey Die (ancien coéquipier au FC Sion) a joué un rôle dans ton arrivée ?

Non, il n’y est pour rien. Lorsque j’ai su que Bâle voulait m’avoir j’ai tout fait pour que cela se réalise.

 

Serey Die était encore frustré à l’issue de la lourde défaite face à Manchester City.

Sion, Saint-Etienne, Bâle… Tu aimes les clubs dont les supporters ont la réputation d’être pleinement dévoués à leurs couleurs ?

Je fais pas attention à ça, mais c’est vrai que ce sont des publics top niveau, et c’est très motivant quand tu as un public aussi présent qui te pousse à te dépasser. Encore hier soir, malgré le résultat, le public est présent jusqu’à la dernier seconde, c’est vraiment la classe. Je suis très heureux d’être là.

Tu ne parles pas allemand, l’intégration au sein du groupe bâlois se passe comment ?

Non, c’est vrai que je ne parle pas encore allemand, mais j’apprends, j’écoute, et j’ai une bonne oreille. L’intégration se passe très bien, je connaissais déjà la plupart des joueurs pour avoir jouer avec contre ou avec en équipe nationale. Tout le monde est extra, ils sont tous très gentils et m’ont vraiment bien accueilli.

Titulaire hier soir en huitième de finale de Champion’s League, notamment au marquage de Sergio Agüero, l’un des meilleurs attaquants au monde, plutôt de bonne augure pour la coupe du monde en juin… ?

C’est sûr que c’est face à des joueurs comme ça qu’on apprend, qu’on doit faire preuve de concentration à 100%. C’est aussi l’occasion de démontrer qu’on peut se mesurer à des joueurs pareils. Après, la coupe du monde c’est encore loin, pour moi l’important c’est de jouer, de faire des bons matchs et de mettre toutes les chances de mon côté pour être au meilleur niveau le moment venu.

 

Pep Guardiola en conférence de presse.

En conférence de Presse, Pep Guardiola, le manager des Citizens a minimisé la défaite des Bâlois : “J’ai entraîné en Bundesliga, je connais la difficulté que de nombreux clubs européens rencontrent à ce moment de la saison. Les Bâlois étaient dans un bon rythme lorsqu’ils ont battu Manchester United ou encore Benfica, mais avant de nous affronter, ils n’ont disputé que deux matchs en 2018… Ils étaient logiquement moins vifs qu’à l’automne.”  En bon prince, l’Espagnol ne veut pas enterrer son adversaire trop vite : “La qualification n’est pas validée à 100%, mais on peut dire qu’on a fait un grand pas vers les quarts.”

Auteur

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*