Celui-là, il aurait mieux fallu ne pas le perdre

Celui-là, il aurait mieux fallu ne pas le perdre

Si le Stade Nyonnais est en train de régler ses problèmes en coulisses et que l’on peut enfin ne parler que de jeu à Colovray, tout le monde sait bien que ce deuxième tour s’annonce compliqué. Non pas financièrement, mais bien sur le terrain, où il faudra absolument éviter l’une des deux places de relégables. La Promotion League est un niveau intéressant, où le Stade Nyonnais doit absolument jouer l’année prochaine pour éviter de se retrouver dans la « masse » des équipes vaudoises de 1re ligue, lesquelles pourraient bien être 8 ou 9 d’ici quelques mois! Alors, Nyon a trois mois pour sauver sa peau en troisième division suisse.

Pour ce faire, les hommes de Sébastien Bichard disposaient d’un joker avec la réception de Breitenrain dimanche. Cette partie est en effet une rencontre de 2015, repoussée aux premiers jours de 2016. Ce qui veut donc dire potentiellement trois points de bonus avant d’entamer les rencontres du printemps. Le problème, c’est que les Bernois, bien sûr, avaient exactement la même idée en venant à Colovray. Détail piquant: les deux équipes avaient le même nombre de points au début de la partie, deux unités devant Carouge, premier relégable. En clair, le vainqueur d’aujourd’hui prenait cinq points d’avance sur la barre avant même que le deuxième tour commence.

Alors, le bonus pour Nyon? Et bien non, malheureusement pas, puisque ce sont les Bernois qui sont venus s’imposer sur l’anneau d’athlétisme de Colovray (0-1). Le terrain principal étant gorgé d’eau, c’est sur une surface de jeu annexe que les deux équipes se sont expliquées, devant un peu plus de 300 personnes. Après la rencontre, Sébastien Bichard a accepté de répondre à nos questions. Interview.

 

Coach, cette défaite-là est embêtante, non?

Oui, c’est vrai. On aurait au moins aimé accrocher le match nul, pour ne pas offrir des points à un de nos concurrents directs. On a eu des occasions, mais c’est une phrase que vous entendez souvent comme journaliste: on n’a pas réussi à les mettre au fond et on a été punis.

Par un coup de pied arrêté de Breitenrain…

Exactement, un de leurs joueurs qui coupe au premier poteau. C’est rageant, parce que c’est quelque chose qui a été travaillé de notre côté. On savait qu’ils avaient marqué six buts en préparation de cette manière. Alors, nos joueurs ont été prévenus. Et ça passe quand même comme ça…

Vous êtes allé les superviser souvent en préparation?

Personnellement, une fois. Et j’avais quelqu’un sur place une autre fois, pour avoir un autre regard. Donc oui, on avait préparé ce match, comme souvent. On a notre conscience pour nous. Qui sait? Si on n’y était pas allés, peut-être qu’on aurait pris trois buts sur coup de pied arrêté aujourd’hui, je ne sais pas. On a fait ce qui était juste, sans se focaliser sur eux. On a joué notre jeu. Pas très bien d’ailleurs…

Ah oui?

Oui, je ne peux pas dire que je suis satisfait de ce que l’on a montré aujourd’hui. Alors d’accord, c’était sur le petit terrain, mais après vingt bonnes minutes au début, on a vraiment baissé de pied. On a eu des occasions au début, par Stipe Simunac, Gentian Bunjaku, Emiliano Etchegoyen, mais on n’a pas réussi à ouvrir le score. Ensuite, sincèrement, c’était moins bien. On n’a pas réussi à passer par les côtés, c’était un peu décevant.

Et c’est Breitenrain qui fait la bonne affaire…

C’est ça. On avait le même nombre de points avant le match et on n’a pas su en profiter. Ils sont solides, ils ont bien joué le coup et ont eu leurs occasions aussi… Je ne peux pas dire que notre défaite est un scandale, même si je ne suis pas content de l’arbitrage aujourd’hui. Maintenant, on a une semaine pour bien se préparer avant d’aller à Zurich II. Et ensuite, on recevra Carouge.

Soit deux adversaires directs!

Oui, on est dans le concret tout de suite.

La préparation s’est-elle bien déroulée, à part ça?

Non, je ne peux pas dire ça, vu qu’on perd le premier match. La préparation, elle est justement tournée vers cette première partie, donc quand on la perd, on n’a pas tout fait juste. Après, on va voir dans les prochaines rencontres si on est mieux. Aujourd’hui, je n’ai ni le résultat, ni la manière, donc je ne suis pas un entraîneur heureux. Ça, c’est aujourd’hui. Parce que dès demain, on se remet au travail, on bosse, on s’accroche et on va faire des points.

Un mot sur Gentian Bunjaku, titulaire aujourd’hui et sorti en cours de jeu?

Il a bien commencé le match, à l’image de l’équipe. Il a eu une bonne occasion qu’il n’a pas mise au fond et ensuite, on a eu plus de peine à le trouver. A l’image de l’équipe, il a perdu en qualité au fil du match et j’attends encore plus de lui. Il doit travailler physiquement, mais je crois en lui, comme je crois en tous les gars de mon équipe. On doit travailler, en faire encore plus et s’accrocher, je le répète.

Vous avez l’impression de devoir en faire plus que les autres?

Peut-être… Oui, j’ai l’impression qu’on en fait plus et qu’on n’est pas toujours récompensés dans l’immédiat. Mais on sait aussi qu’on travaille sur le long terme.

Fc Stade Nyonnais vs Fc Breitenrain 0-1

Toutes les images du match ici.

Les prochains rendez-vous

Le Stade ira affronter Zurich II (14e), un rival direct pour le maintien, le samedi 5 mars. Coup d’envoi à 16h. Match très important en vue, donc.

Stade Nyonnais – FC Breitenrain 0-1 (0-0)

Buts: 58e Galli 0-1.

Arbitres: M. Nenad Skalonja, assisté de M. Rico Bader et de M. Claudio Marra.

Nyon: Mutombo; Etchegoyen, Golay, Maric, Duarte; Fernandez; Della Vecchia (62e De Oliveira), Camara, Ndongo; Bunjaku (68e Hristov), Simunac (46e Brito).

Entraîneur: Sébastien Bichard.

Breitenrain: Kiener; Volina, Galli (76e Kehrli), Portmann, Da Silva; Ferreira, Safari, Sheholli; Franjic, Donato, Rügsegger (58e Egli).

Entraîneur: Edvaldo Della Casa.

Colovray, 325 spectateurs.
Fc Stade Nyonnais vs Fc Breitenrain 0-1

Toutes les images du match ici.

Categories: Promotion League

Ecrire un commentaire

Only registered users can comment.