« Celestini est l’entraîneur qu’il faut au LS aujourd’hui. »

« Celestini est l’entraîneur qu’il faut au LS aujourd’hui. »

« Si je suis inquiet du classement actuel du LS (dernier de Super League, avec 6 matches et 2 points)? Non, mais c’est embêtant » a dit le Président Alain Joseph, lors d’un point presse organisé mercredi en début d’après-midi. Le boss a fait le bilan des saisons de Fabio Celestini, rappelé des statistiques, en s’appuyant sur des bonnes, notamment celles de l’exercice 2016-2017, pour affirmer que le club est derrière son entraîneur, que Fabio est l’homme de la situation aujourd’hui. Et sans doute demain.

Les statistiques?

Une 1ère phase avec 10 matches et 17 points, une 2e, 13 matches et deux points, une 3e, avec 11 matches et 16 points, dont 6 « blanchissages » et une autre, avec 2 matches et zéro point. « Cela a été des séries, c’est notre lecture du jeu. Il y a aussi la réalité économique. Au niveau équilibre financier et structures, on n’est pas loin de l’Europe. Ce que je dis n’est pas vendeur mais c’est une vérité », affirme Alain Joseph : « Notre priorité, depuis 10 ans, a toujours été d’assurer la pérennité financière et nous continuons la politique axée sur la formation. »

Pour étayer son propos et devançant une question, le boss du LS précise. « Lotomba et Custodio ont été vendus mais ils ont été remplacés par Zeqiri et Aslani. Ça veut dire qu’on a mis à disposition du coach des moyens pour atteindre des objectifs. Ces transferts ont aussi servi à renforcer l’équilibre financier du club. Depuis le début du présent championnat, il y a eu passablement de discussions avec l’entraîneur et les joueurs. Le conseil s’est réuni à plusieurs reprises » dit encore Alain Joseph. « À chaque fois, il a été décidé de continuer la collaboration avec Fabio et son staff. »

Le boss souligne en gras quelques chiffres : « On est à 3 points de GC, si on a la plus mauvaise défense, on possède la 4e attaque. Il est vrai que des joueurs ne sont pas (encore) en forme ou à niveau : Bojinov, Mesbah,  Rochat, Zarate. Contre Thoune (5-2), ça a été une déroute, on s’est ressaisi face à GC (1-1). Samedi, nous jouons à Bâle. L’équipe y fera un bon résultat. L’équipe et Fabio travaillent d’arrache-pied pour que ça se passe bien. Fabio c’est Fabio, c’est quelqu’un qui a du tempérament. Il évolue, il ne triche pas, il est cohérent avec ses explications, même si parfois on n’a pas toujours le même avis; parfois, on a raison. C’est, je le rappelle, l’homme de la situation. Le jour où il y aura le moindre doute, on en rediscutera ».

Une nouvelle arrivée est-elle envisageable, le mercato, pour les joueurs suisses, se terminant dans trois semaines?

« Il se peut qu’on fasse quelque chose, si un secteur doit être rassuré ou renforcé », répond Alain Joseph. « Ce groupe-là a certainement beaucoup d’atouts pour s’en sortir. L’équipe d’aujourd’hui est plus forte que celle de la saison passée. »

Qu’en est-il du rachat du club, du LS, évoqué depuis un certain temps?

« Dès qu’on trouvera, on n’est pas dans l’urgence, un nouveau propriétaire avec des ressources supérieures, ça se fera. Pour ça, il est important de trouver la bonne personne, avec des épaules larges et une motivation fraîche. Si nous la trouvons, je le remettrai avec plaisir. J’ai rencontré différentes personnes, des discussions existent, il n’y a rien de concret. Le club doit trouver une suite, le moment est important et opportun dans la perspective du nouveau stade, qui sera là dans 21 mois. »

 

 

Propos recueillis par Jacques Wullschleger

 

Categories: FC Lausanne-Sport

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*