Les Canaris et les Aiglons prêts à l’envol ce dimanche

Les Canaris et les Aiglons prêts à l’envol ce dimanche

Si la première finale, entre Concordia et Echichens, est une surprise complète, celle-ci était plus attendue. Dès le début de saison, Aigle et Genolier-Begnins faisaient office de finalistes en puissance et ils ont simplement confirmé tout le bien que l’on pensait d’eux. Simplement? Le chemin a été long, bien sûr, et il a fallu aller au bout de ses 26 matches, passant par des moments de doute pour chacun.

Le FCA fait figure de favori avant cette double confrontation, laquelle sera aussi un choc de buteurs. D’un côté, Salvatore Barbaro, roi de le saison 2014/2015 avec ses 29 réalisations. De l’autre, Julien Jemmely, vainqueur l’an dernier et troisième cette saison (22 buts) après avoir été longtemps blessé. Il y aura donc un gros « potentiel buts » sur le terrain entre deux équipes spectaculaires. « GB » est peut-être plus prévisible, capable de se sublimer dans le sillage de son buteur, tandis qu’Aigle est plus explosif et capable de tout. Un exemple, un seul? Les Aiglons étaient menés 3-2 à Malley avant de s’imposer 3-11 lors d’un match que Genolier-Begnins, par exemple, aurait gagné 0-4 avec un triplé de « JJ ». Oui, ce FC Aigle est surprenant et capable de tout.

Si les « stars » chablaisiennes jouent à leur niveau, et ensemble, alors « GB » ne tiendra sans doute pas 180 minutes. « Toti » Barbaro peut très bien en planter trois dimanche aux Gravières et régler l’affaire avant même le retour. Mais si Aigle est à 99%, alors Genolier s’infiltrera dans ce 1% avec son esprit d’équipe et sa cohésion impeccables. Et là, les hommes de Metin Karagülle commenceront à douter, à perdre leur football, voire à devenir nerveux. C’est là un des grands axes de cette finale.

Alors, quel scénario pour ces deux matches? La parole aux entraîneurs et, en dessous, deux joueurs qui auront sans doute un rôle décisif lors de ces finales.

 

La parole aux entraîneurs

 

Marc Studer, entraîneur du FC Genolier-Begnins

Si on va s’adapter au FC Aigle? Non, je ne pense pas. J’ai une idée de la façon avec laquelle ils vont venir, mais on ne va pas se focaliser plus que cela sur eux. On sait qu’ils ont un buteur efficace, mais on était un peu dans la même configuration la semaine dernière face à Gland. Il y avait Karim Diarra et on a réussi à faire un bon match et à gagner 3-0, donc il serait faux de dire qu’on est inquiets. Bien sûr, Aigle a de très bonnes individualités, mais notre club est vraiment en ébullition depuis une semaine.

C’est pour cela que je suis content de commencer à domicile, de pouvoir continuer à profiter de cet élan. On espère faire un grand match, devant beaucoup de monde, et se faire porter vers la victoire. On sait qu’on sera soutenus par nos villages, et on espère que la région va se mobiliser aussi. On a fixé, sur une suggestion de l’ACVF, ce match à 17h45 en espérant que les gens viennent aussi depuis l’autre finale pour nous voir. Ça va être un beau dimanche et on est confiants dans nos qualités.

Pour nous, c’est sûr que ce match sera une sorte de revanche, sur deux plans. Déjà, on a pas mal de gars qui étaient là il y a quatre ans contre Thierrens. Ils avaient perdu contre plus fort qu’eux, mais ils ne veulent pas passer encore une fois à côté. Ils s’en rappellent, de ces finales, je vous l’assure… C’est ce qui est beau à GB, il y a cette continuité qui permet de se servir de ce qui s’est passé il y a quatre ans pour avancer. Ça, c’est déjà clair qu’ils ont encore ces finales-là en tête.

Ensuite, pour les plus jeunes, il y a ce quart de finale de Coupe vaudoise face à Aigle il y a quelques semaines, qu’on a perdu en résistant bien à 10 contre 11 dès la 3e minute. On a donc une double revanche à prendre et j’espère que cela va nous porter à  la victoire. On a moins de pression qu’Aigle, c’est sûr, et cela peut être un avantage. Mais on a aussi envie de monter! Depuis novembre, on est toujours entre la 2e et la 3e place et on est attendus aussi. On n’est pas en finales juste pour le plaisir même si c’est vrai que c’est une belle récompense pour le club.

 

Metin Karagülle, entraîneur du FC Aigle

On est là, on est prêts. On a gagné notre groupe, mais notre objectif, on ne s’en est jamais cachés, c’est de monter. On a toujours été très respectueux de tout le monde, mais nous, on a toujours dit la vérité: arriver en finales, c’est un moyen de monter d’une ligue, tout en faisant une belle fête populaire à Aigle.

J’entends un peu partout que le FC Aigle n’a que des individualités. Vous l’écrivez aussi parfois, mais je pense que vous ne nous voyez pas assez souvent jouer, tout comme M. Chapuisat. J’ai lu La Côte, il dit que collectivement, nous sommes inférieurs à Genolier-Begnins, mais je pense que pour juger, il faut avoir vu plus de matches que lui, avec l’immense respect que j’ai pour lui et sa carrière. Qu’il vienne nous voir sur notre grand terrain, à Aigle, et il verra une équipe très collective et très à l’aise avec le ballon. Je ne suis pas vexé, mais j’aimerais juste mettre dire ça clairement une fois.

On sait ce qu’on vaut et on est prêts. Cette semaine, à l’entraînement, j’ai vu une équipe prête comme jamais. Il y avait une qualité à l’entraînement qui me fait dire que notre adversaire devra être fort pour nous battre. Mais Genolier l’est, je n’ai aucun doute! Je les ai vus plusieurs fois, je les connais très bien. J’étais encore là contre Gland et je sais que c’est une équipe de grande valeur. Julien Jemmely? Il est fort, oui. Et? On ne va pas se focaliser sur lui. Grand, pas grand, je pense qu’on va surtout devoir imposer notre jeu. Si on a le ballon et qu’on marque, il peut faire deux ou trois mètres, on gagnera. Sincèrement, il n’y aura pas de plan contre lui. Il y aura un joueur dans sa zone, comme face à n’importe quel adversaire, mais il n’y aura pas un poster de lui dans notre vestiaire avant le match, si c’est ce que vous voulez savoir.

J’aimerais juste conclure ainsi, si vous le permettez: je souhaite que dimanche et celui d’après, ce soit le fair-play qui gagne. Je veux des belles finales, tant pour Genolier-Begnins que pour nous. Je leur souhaite bonne chance, ainsi qu’à Concordia et Echichens. Je souhaite du fair-play et que les deux meilleures équipes gagnent, tout simplement.

 

Deux joueurs-clés

 

Emmanuel Ribeiro, défenseur central de GB

Il aura la lourde tâche de surveiller Salvatore Barbaro de près, à moins que Metin Karagülle ne réserve un coup tactique surprenant aux Canaris. Le défenseur central et capitaine de Genolier-Begnins est un joueur discret, mais extrêmement efficace. Il n’est pas grand, mais se place à la perfection et n’a jamais peur d’aller au duel. Il est extrêmement fiable et un rêve pour son entraîneur, Marc Studer. Titulaire indiscutable et cadre de l’équipe, il mériterait lui aussi d’aller voir en 2e ligue inter s’il a le niveau pour s’y imposer sur la durée. Adepte de buts spectaculaires, il sera sans doute l’un des hommes forts du FC Genolier-Begnins dans ces finales.

 

Paulinho, milieu de terrain d’Aigle

On a trop peu parlé de lui cette saison et il s’agit sans doute d’une erreur. Paulo Monteiro, dit « Paulinho », est le deuxième meilleur buteur d’Aigle à égalité avec Michaël Mbo (14 buts chacun). Il est très technique, très vif, et passe rarement au travers dans les grandes occasions. Metin Karagülle l’a ménagé dernièrement et il aura sans aucun doute un rôle déterminant à jouer. Il dribble, il provoque, il casse des reins et sait profiter des espaces qui s’ouvrent à lui quand tout le monde est concentré sur Salvatore Barbaro. Un vrai élément déstabilisateur, qui est parfois aussi imprévisible pour ses adversaires que ses coéquipiers.

 

Match aller ce dimanche à 17h45 aux Gravières

Match retour dimanche prochain à 16h aux Glariers

Categories: 2e ligue

Auteur

Ecrire un commentaire

Only registered users can comment.