« Ça va être très compliqué »

« Ça va être très compliqué »

Samedi soir, le FC Etoy affronte le FC Amical Saint-Prex en huitièmes de finale de la Coupe vaudoise. Pensionnaires de 4e ligue, les Etierruz, entraînés par Joao Baptista, sont les derniers représentants de cette catégorie dans la compétition.

Joao Baptista, entraîneur du FC Etoy depuis 2015, s’est confié à Footvaud 24 h avant le coup d’envoi de la partie face à Amical St-Prex. Il se montre très pessimiste, car il connaît la valeur de son adversaire. De surcroît, l’effectif n’est pas au complet.

L’affiche est déséquilibrée, as-tu des espoirs de qualification ?

Franchement ? Non. Nous avons éliminé trois équipes de 4e ligue. Contre Amical St-Prex, la différence sera trop grande. En plus, j’ai perdu plusieurs joueurs sur blessure lors des deux dernières rencontres. L’un de mes défenseurs centraux s’est fait les ligaments mardi à l’entraînement. Ça va être très compliqué.

De plus, vous avez subi une défaite contre Tolochenaz il y a deux semaines, ce n’est pas la meilleure préparation ?

C’est frustrant car nous avons perdu 1-0, alors que globalement les occasions étaient de notre côté. J’ai constaté beaucoup de fatigue auprès de mes joueurs.

Vas-tu adapter ta tactique pour ce match ?

Non, je vais garder notre philosophie de jeu. L’important est de ne pas se montrer naïf. Ce qui va changer c’est que nous allons presser très haut afin d’essayer de les gêner au maximum dans la construction du jeu.

Quel est ton discours auprès de tes joueurs ?

Je leur ai expliqué de faire leur match. Nous avons beaucoup communiqué entre nous pour expliquer que même si nous perdons avec beaucoup d’écart, ça ne doit pas affecter notre moral. Il faut aussi prendre en compte que nous jouons avec trois changements, ce n’est pas une habitude pour nous. J’espère vraiment que l’on ne va pas prendre beaucoup de buts. J’ai été voir St-Prex, c’est vraiment une belle équipe qui joue bien au ballon.

Tu as parlé de communication, c’est important, surtout que ton effectif est jeune. Peux-tu nous parler de ton équipe?

Oui c’est vrai, j’ai seulement trois joueurs de plus de 30 ans. Le reste oscille entre 20 et 25 ans. Il y a deux ans, quand j’ai repris la formation, j’avais six joueurs à ma disposition, aujourd’hui j’en ai 27. Après avoir évité la relégation la saison dernière, nous sommes mieux classés cette année (NDLR : huitième). La formation est composée essentiellement de Portugais de la région. Il y a un Suisse et un Italien qui, eux, habitent un peu plus loin (rires).

Quoi qu’il arrive, le but est de garder le sourire, même en cas de défaite ?

Oui bien sûr. Il faudra laisser le match de côté après le coup de sifflet final et profiter de notre samedi soir (rires).

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*