Bussigny ne s’arrête plus et va gifler le leader: 0-4!

Bussigny ne s’arrête plus et va gifler le leader: 0-4!

«L’objectif? À la pause on s’est tous accordés sur un fait: prendre match après match, et tous les gagner, jusqu’à ce qu’on affronte Romanel. Pour que, ce jour-là, la partie ait vraiment de l’enjeu pour nous». Avec six rencontres, autant de victoires, 25 buts inscrits et un seul encaissé, Giuseppe Guzzardi peut, donc, être fier de ses joueurs, qui ont parfaitement respecté les termes du contrat sous toutes leurs formes. Et ça tombe bien, le jour J est arrivé! Comme prévu, Romanel n’a pas faibli et caracole toujours en tête, et Bussigny est là, tout prêt, avec Etoile Lausanne intercalé entre deux et qui doit encore affronter les deux autres. C’est bien peu dire, donc, que Bussigny l’attendait, ce face à face, et que, ce samedi soir, les visiteurs n’ont rien laissé au hasard.

Le FCB ne pouvait pas perdre

Malgré un second tour jusqu’à présent parfait, le FC Bussigny devait absolument gagner lors de son déplacement à Romanel. Une défaite aujourd’hui pour Bussigny et Romanel se retrouvait à six points devant. Les hommes de Guiseppe Guzzardi auraient pu tirer une croix quasi définitive sur les finales. D’autant plus qu’avant ce match, Romanel IA n’avait perdu que cinq unités en route depuis le début du championnat, Etoile Lausanne sept… Autant dire que compter sur un faux pas d’un des deux revenait à prendre un risque assez démesuré. Pour le FCR, la donne était tout aussi claire: une victoire et les play-off étaient dans la poche, une défaite, mot que le club ne connaît plus depuis le 17 octobre dernier, et tout était à refaire.

Romanel manque…

«Après quelques secondes de jeu à peine, on tape la latte. Si la balle entre, cela peut tout changer. Dans l’ensemble, il n’y a rien à dire, le résultat est logique, mais on a quand même manqué de chance ce soir». Après deux minutes de jeu seulement, les locaux trouvaient effectivement la barre transversale. Un manque de réussite évidemment, c’est vrai, et, sur ce coup-là on comprend totalement l’agacement du coach, Mike Scire Barbosa, qui se serait bien vu partir avec un avantage d’un but dans la partie. La vérité, c’est que cela a été la seule réelle opportunité pour ses hommes durant les 45 minutes initiales. Et que les 45 minutes suivantes n’ont guère été plus à leur avantage… Un constat forcément insuffisant, surtout dans un choc au sommet.

… Bussigny fusille!

La faute, surtout, a un excellent FC Bussigny qui a, certes, eu besoin d’un bon moment pour entrer dans la partie, mais qui, après ça, n’a laissé transparaître aucun signe de faiblesse. Plus agressifs et plus tranchants, les visiteurs se voyaient logiquement récompensés à la 25e. L’excellent Gael Fernandes se battait bien pour gagner son duel et dévier le ballon jusqu’aux pieds de Lucas Di Lallo, dont la frappe croisée du droit ne laissait aucune chance à Nathan Cattaneo. Les visiteurs ont maintenu le danger en territoire ennemi pendant la majorité des débats, s’assurant même une seconde période plus tranquille, en mettant le 0-2 au fond durant les arrêts de jeu, par l’intermédiaire de l’inévitable Lucas Di Lallo, qui réalisait le doublé sur un nouveau service millimétré (passe lobée de toute beauté) de Gael Fernandes.

Une seconde mi-temps hachée

Le coup était rude, trop rude pour permettre à Romanel d’y croire encore, surtout que la seconde mi-temps tournait plus au règlement de compte qu’à un football qui aurait permis aux locaux de revenir dans la partie. Gael Fernandes trouvait, cette fois-ci, le fond des filets au retour des vestiaires (56e), Guillaume Trivino, en face, voyait rouge (67e) et Quentin Fagioni achevait l’œuvre de ses coéquipiers en fin de match (78e), après un contrôle dans la course des plus soyeux. Et, à vrai dire, il n’y avait pas beaucoup plus à retenir sur le plan du jeu d’une seconde période très hachée.

Une victoire qui veut dire beaucoup

Des enseignements, on pourra cependant en faire de part et d’autre. Et, naturellement, ceux-ci seront plus positifs pour le coach du côté des vainqueurs du jour. «C’est beau de voir que, lorsqu’on essaie de jouer au football, on peut être récompensés. Si cela continue d’être le cas, je pense que nous avons clairement notre place en finales. Aujourd’hui, on n’a pas répondu aux provocations et tactiquement, on a été bien meilleurs. Au final, on obtient une victoire avec la manière, vraiment. Elle signifie beaucoup, ce n’est pas simplement un 0-1 arraché de justesse. Il s’agit d’un 0-4 face au leader! On voulait tout gagner pour faire de ce match un choc, on l’a fait et on a démontré qu’on pouvait battre n’importe qui. Et, surtout, que même en 4e ligue, on n’a pas les pieds carrés. On sait produire du jeu et les joueurs méritent qu’on les félicite pour ça», appuyait Giuseppe Guzzardi.

Un grand Gael Fernandes

Dos au mur, Bussigny n’a, en effet, jamais flanché. Décidés à garder leur destin en main, les hommes de Giuseppe Guzzardi n’ont pas tardé à prendre le jeu à leur compte, pour ne plus le lâcher. À l’image de l’attitude conquérante de son équipe, Gael Fernandes a été de toutes les batailles. Passeur décisif sur les deux premiers goals et buteur sur le suivant, il a surtout occupé énormément de terrain, libérant un espace énorme pour ses coéquipiers. Nul doute que sans l’aide de son numéro 9, le FCB aurait mis plus de temps à démarrer, et que la victoire n’aurait, au mieux, pas été aussi large.

Mike Scire Barbosa: «Une défaite dont on avait besoin»

Si cette défaite n’a rien d’alarmante, et qu’elle n’entache en rien la magnifique saison qu’effectue le club jusqu’à maintenant (Romanel restera quoi qu’il advienne finaliste après cette journée), le FCR vient tout de même de rater une belle occasion de pouvoir commencer à préparer les finales. Mike Scire Barbosa le sait, mais refuse de paniquer: «C’était nécessaire. Il s’agit d’une défaite dont nous avions besoin. Notre moyenne d’âge? 22 ans, quelque chose comme ça. On est encore très jeune, et c’est le bon moment pour retomber sur terre. On reste plus que jamais dans la course aux finales, c’est l’objectif et je suis confiant à ce sujet. Si Bussigny pouvait nous accompagner, je serais vraiment content pour eux, mais, maintenant, il s’agit de regarder devant nous et de faire des points. Car, peu importe avec qui, nous voulons être de la partie».

Lutte à trois pour deux places

Une opinion partagée par la concurrence qui, elle aussi, par la bouche de son coach, se voit bien obtenir son précieux sésame pour rallonger son championnat de quelques jours: «Maintenant qu’on sait qu’on peut battre tout le monde, qu’on est prêt, oui, je vous le confirme, l’objectif est bel et bien les finales. Ça ne va pas changer grand chose pour nous. On va continuer à prendre match après match, comme on le fait toujours. Il reste trois rencontres, on doit faire neuf points, et même peut-être espérer un faux-pas de nos deux concurrents directs».

Un gardien invaincu depuis le mois de mars!

Si on peut rassurer un tant soit peu Giuseppe Guzzardi, il n’aura pas à attendre un faux-pas de ses adversaires directs pour s’assurer une place en finale. Avec cette victoire, Bussigny a officiellement gagné le privilège de posséder son destin en main, puisque Romanel IA et Etoile Lausanne devront encore s’affronter (le 21 mai) et, par conséquent, se voler des points. Cela signifie qu’avec trois victoires en autant de matches, et en surveillant de près son classement fair-play, Bussigny s’assurerait une place en finale. Celle-ci passera, toutefois, par un ultime test, celui d’Etoile Lausanne, meilleure attaque du groupe 1, qui compte bien mettre à mal la vigilance d’un Lucas Panchaud invaincu dans les buts depuis le 30 mars dernier (!). Et comme le match est programmé au dimanche 5 juin, lors de la dernière ronde du championnat, il se pourrait fortement que celui-ci soit décisif. À vos agendas!

Un compte-rendu de Florian Vaney

Les prochains rendez-vous

Les deux équipes rejouent samedi prochain à 19h. Tolochenaz (8e) reçoit Romanel. Bussigny accueille Echichens II (9e).

FC Romanel – FC Bussigny 0-4 (0-2)

Buts: 27e et 45e Di Lallo 0-2; 56e Gael Fernandes 0-3; 78e Fagioni 0-4.

Arbitre: M. Pedro Simao Moreira.

Romanel: Cattaneo; Golay, Dylan Reis, Correze, Miranda; Ferreirim Amaral, Nihil, Da Fonseca; Barreira, Joao Marques, Trivino.

Sont entrés en jeu: Moret, Marquis, Gomes de Oliveira, Aparicio et Boi.

Entraîneur: Mike Scire Barbosa.

Bussigny: Panchaud; Mury, Scandamarre, Fiorini, Sabedini; Mat. Schiffrin, Guillemer, Cordey,; Di Lallo, Gale Fernandes, Fagioni.

Sont entrés en jeu: Sellitaj, Demiri, Nenadic et Demiri.

Entraîneur:  Giuseppe Guzzardi.

Centre sportif des Marais. 67e, expulsion de Guillaume Trivino (deuxième avertissement).

Categories: 4e ligue, FC Bussigny

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*