Bussigny a tout pour bien faire cette saison

Bussigny a tout pour bien faire cette saison

« Si l’objectif est de disputer les finales? Oui, mais ce qui est magnifique, c’est que ce n’est pas simplement celui du comité ou de l’entraîneur que je suis, mais celui des joueurs! Ils en ont vraiment envie et ils font tout pour y arriver. » Alain Ruchat a conscience d’être à la tête d’un bon groupe, et tient à souligner l’était d’esprit ambitieux qui anime la première équipe du FC Bussigny, en 4e ligue. « En préparation, on a fait deux semaines de fitness intensives, en plus des entraînements. Et même quand le championnat été débuté, nous nous entraînions trois fois, les mardis, jeudis et vendredis. Depuis la fin du mois de septembre, nous sommes repassés à deux, mais cela ne change rien à la détermination des gars. Regardez ce soir, j’avais 20 joueurs disponibles pour ce match, j’ai dû dire à deux d’entre eux qu’ils n’étaient pas convoqués! » De quoi faire rêver bien des entraîneurs, y compris en 2e ligue.

Ils passeront l’hiver en position de finaliste, quoi qu’il arrive

Oui, ce FC Bussigny est solide (meilleure défense du groupe, avec le leader Pully IIB) et a tout pour aller disputer les finales. Après neuf journées, les hommes d’Alain Ruchat sont deuxièmes, à deux points du premier. Quoi qu’il arrive, ils seront en position de finaliste lors de la trêve (à égalité), même s’ils perdaient leur dernier match à Saint-Légier II et qu’Yvorne et Dardania Lausanne II, ses poursuivants immédiats, gagnaient leurs deux parties à venir. De quoi envisager la préparation hivernale avec sérénité. « Vous savez comment c’est, c’est toujours plus difficile de reprendre après l’hiver, mais là, il y aurait une sacrée motivation », se réjouit Alain Ruchat, qui pourra également compter sur un week-end à Leysin pour souder encore plus un groupe qui adore ce séjour à la montagne. « On fait du ski de fond, du hockey, c’est vraiment sympa », explique l’entraîneur, en détaillant le programme du jour. Celui du soir, apparemment, se passe de description! Bref, Bussigny, de par ses infrastructures, la qualité de son groupe, celle de son entraîneur, et leur détermination commune, a tout pour remonter en 3e ligue d’ici quelques mois.

Trois attaquants blessés!

Encore faut-il, bien sûr, ne pas parler trop vite. Mais les résultats après neuf journées (7 victoires, 1 nul et 1 défaite) sont forcément encourageants. Même si le succès 0-2 de jeudi à Romanel n’a pas été acquis au terme d’un match-référence, il l’a été grâce à un match sérieux et discipliné… et sans attaquant véritable! « Le meilleur buteur, Lucas Di Lallo, est blessé à la cheville, Jimmy Drezet et mon fils Grégory sont également indisponibles », déplore Alain Ruchat, qui a du repenser sa ligne offensive… avec un certain succès. « On arrive à gagner les matches, même avec des joueurs qui ne jouent pas à leur poste », se réjouit l’entraîneur. De bon augure, effectivement.

Romanel a 0 point en 9 matches…

Jeudi soir, le FC Bussigny s’est donc imposé sur la pelouse du FC Romanel, qui compte désormais 0 point en 9 matches. Il ne s’agit donc clairement pas d’un exploit, même si les hommes de Miguel Soares méritent sans doute mieux que ce zéro pointé. Alain Ruchat, en tout cas, se méfiait de ce déplacement: « Je connais bien Miguel, depuis des années, et je trouve qu’il fait du bon boulot ici. Vous avez vu le match ce soir, Romanel est une bonne équipe, on voit le travail effectué. » Effectivement, Maurizio Boi et ses partenaires n’ont rien d’une équipe relégable et l’ont prouvé jeudi, ne s’inclinant que 0-2.

… mais est toujours meilleur au deuxième tour

Alors, pourquoi le FCR est-il dernier? L’avis de son entraîneur: « Il nous manque à chaque fois quelque chose. On s’incline de peu, mais on a un gros défaut. Dès qu’on encaisse un but, on a la tête en bas. On est incapables de réagir. » Pourtant, son équipe ne manque pas de caractère, mais celui-ci ne s’exprime pas par un esprit de révolte: « C’est vrai. On commence à gueuler, il y a de la frustration. On ne met pas notre énergie où on devrait. » Si celle-ci était mise à 100% sur le terrain, Romanel n’aurait pas 0 point, c’est sûr. La situation actuelle (3 points de retard sur la barre) n’a cependant pas de quoi trop inquiéter Miguel Soares. « C’est un peu habituel ici… On fait des premiers tours catastrophiques, et on se sauve au printemps. Mais bon, l’an dernier, on était quand même mieux classés à Noël, il faudrait commencer à faire des points. » Il reste une journée, face au redoutable Dardania Lausanne II, pour y arriver.

Plusieurs occasions de chaque côté

Bussigny a fait la différence grâce à une très belle percée de Mariano Schiffrin, parfaitement conclue de près pas Luigje Zekolli (25e). Le 0-2 est tombé à la 65e, le même Mariano Schiffrin se retrouvant cette fois à la conclusion d’une ouverture de Julien Berdoz, auteur d’une entrée très remarquée. C’est sûr, Bussigny était la meilleure équipe sur le terrain, et le très jeune Adrian Selitaj, junior B entré à la mi-temps, aurait pu marquer à trois reprises (50e, 52e et 61e), mais Romanel n’était pas dépassé, loin de là. Fabien Feissli aurait ainsi très bien pu égaliser avant la pause (31e, frappe au dessus), tout comme Devon Triolo (39e, demi-volée de peu à côté). Et que dire de la frappe de Mathieu Prêtre, très difficilement déviée par Daniel Da Costa sur le haut de sa transversale (61e)? Résumons-le ainsi: Bussigny a mérité sa victoire, mais aurait très pu s’en retrouver privé.

La saison dernière, Napoli et Villeneuve étaient intouchables

Alors, direction les finales? Alain Ruchat y croit, d’autant que l’horizon semble dégagé. « L’an dernier, il y avait de grosses équipes devant nous, puisque Napoli Vevey et Villeneuve ont terminé aux deux premières places et sont d’ailleurs tout en haut en 3e ligue aujourd’hui! Cette année, disons qu’il y a un peu plus la place ». Pas d’arrogance déplacée dans ses propos, juste de la lucidité et une forte envie de rester à une de ces deux premières places.

Les hommes du match

Du côté de Romanel, le capitaine Devon Triolo est sorti du lot. Il a beaucoup travaillé à mi-terrain, et aurait même pu marquer. Un très bon footballeur. André De Oliveira s’est beaucoup fait remarquer dans cette partie. Il a allumé ses adversaires, un peu, mais a surtout été bon balle au pied. Il a un gros caractère, et beaucoup d’influence dans le jeu. Dans l’entre-jeu, il est précieux et incontournable. Il ne plaît pas à tout le monde? Pas grave, il assume.

Matias Schiffrin a été très bon. Associé à Martial Guillemer dans l’axe du milieu de terrain, il a récupéré beaucoup de ballons et les a bien négociés. Il a assuré et s’est montré très discipliné. Gros match également de Mariano Schiffrin. Les deux Argentins sont de sacrés plus-values pour une équipe de 4e ligue. Mariano, l’ailier, est très percutant balle au pied, et très à l’aise techniquement. Il offre le 0-1 à Zekolli et inscrit lui-même le 0-2. Décisif.

Les prochains rendez-vous

La prochaine partie sera déjà la dernière! Le jeudi 6 novembre, à 20h, le FC Romanel reçoit Dardania Lausanne II (4e). Bussigny terminera à Saint-Légier, face à la II (5e), le dimanche 9 à 14h.

FC Romanel – Bussigny-Sport FC 0-2 (0-1)

Buts: 25e Zekolli 0-1; 65e Mariano Schiffrin 0-2.

Arbitre: M. Samuel Gédet

Romanel: Corbaz; R. Amiguet, Behadini, Correze, Prêtre; Marquis, Emanuel Santos, Triolo, Andre De Oliveira, Feissli; Boi.

Sont entrés en jeu: Labate, J. Amiguet et Pilloud.

Bussigny: Da Costa; Baur, Fiorini, Mury, Mukladzija; Chamoso, Guillemer, Matias Schiffrin,  Mariano Schiffrin; Jaquemet, Zekolli.

Sont entrés en jeu: Berdoz, Selitaj, Scandamarre, El Moussouli et Todaro.

Centre sportif des Marais, Romanel

Categories: 4e ligue, FC Bussigny

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*