Bosna veut tout gagner cette année

Bosna veut tout gagner cette année

« On ne se se fixe pas de limites, que ce soit en Coupe ou en championnat. On veut gagner chaque compétition, sinon on ne les jouerait pas. » Le message d’Erkan Ozcan est clair: le nouvel entraîneur de Bosna n’est pas là pour rigoler. S’il est revenu au Terrain des Îles, où il avait déjà officié, c’est pour refaire de Bosna une force du football nord-vaudois, ce qui n’est plus le cas depuis la relégation en 3e ligue. Il y a eu du mieux l’année dernière, mais les finales complètement ratées ont brisé cet élan de renouveau. Là, les choses sont claires: Bosna ne va rien lâcher.

Un recrutement haut de gamme

« C’est vrai que ça n’a pas été facile cet été, le moral du club n’était pas au beau fixe. Mais moi, ça m’est un peu égal, je n’étais pas là. Je n’ai pas à savoir ce qui a été ou n’a pas été, je dois monter une équipe compétitive. Le problème, c’est que beaucoup voulaient partir. Sans exagérer, à un moment, on était quatre ou cinq! Mais on a expliqué le projet, certains ont changé d’avis et nous sommes allés chercher d’autres joueurs », explique Erkan, qui ne s’est pas trompé dans le recrutement. Bosna a ainsi accueilli Goran Grubesic (Champagne, ex-YB et Yverdon), Afrim Ajeti (Renens), Samir Mehmedovic (Champvent), André Veiga et Rafael De Matos (tous deux Champagne), sans oublier bien sûr Canan Ciftci (Dardania). Le toujours élégant défenseur central Jasmin Bajrektarevic est lui de retour au jeu, ce qui ne peut pas être une mauvaise nouvelle. Du très lourd pour la 3e ligue et de quoi viser haut, même si le club des Îles a perdu Ridvan et Sinan Kadrolli, ainsi que Michaël Fahrni et Fatmir Skrijelj, tous partis à Valmont.

La tactique d’Erkan? Arriver et frapper très fort

« Là, on a une belle équipe, et je vous assure qu’on va encore se renforcer. Nous sommes déjà en contact très avancés avec de super joueurs bosniaques qui jouent une ou deux ligues plus haut. On espère les faire venir à Noël déjà pour être encore plus forts », continue Erkan, qui était encore joueur à Turc Lausanne la saison dernière, avant de se déchirer les ligaments. Quand il arrive dans un club, il ne fait en général jamais semblant. Sa tactique? Arriver et frapper très fort, en faisant venir des joueurs qui, eux non plus, ne sont pas là pour rigoler, mais bien pour l’aider à atteindre ses objectifs. Cette année, il y en a deux, donc: le championnat et la Coupe.

Pas question pour Erkan de parler de « bonus » ou de « compétition de second plan »,  comme cela a pu être le cas à Bosna pour parler de la Coupe vaudoise. Cette saison, les Yverdonnois ont déjà gagné à Granges-Marnand et ont sorti Malley. Le prochain tour? A Yverdon contre Azzurri Riviera, pour un remake des dernières finales de promotion (1-1). Un tirage pas très évident, mais évidemment jouable pour une équipe ambitieuse.

Mersudin Talovic ouvre la marque

Et en championnat? C’est plutôt bien parti, avec cinq victoires consécutives, dont celle de dimanche face à La Vallée de Joux. Les hommes d’Umberto Galeno se sont inclinés 8-1 face à la furia bosnienne! « Mais ce n’était pas si facile », tempère Erkan, convaincu que La Vallée sera un adversaire qui luttera jusqu’au bout pour les finales. « On a eu de la réussite. On marque assez vite, par Mersudin Talovic, puis ils nous pressent. On ne faisait pas les malins, et on a marqué le 2-0 en contre. » La mi-temps est atteinte sur le score de 4-0, puis Ibrahim Kallo, le fameux n°10 combier, a réduit la marque à 4-1. « Mais ils ont pris un rouge dans la foulée et là, c’était fini ». Fini pour la Vallée, pas pour Bosna, qui s’est amusé encore un peu.

Sept buteurs différents contre La Vallée

Le plus impressionnant? Les Yverdonnois ont inscrit sept noms au tableau des buteurs. Rafael Pinto a marqué deux fois, et il a été accompagné par Mersudin Talovic, Admir Dizdarevic, Goran Grubesic, Samir Mehmedovic, Haso Suljic et Andre Veiga. Du bon travail.

Cinq clubs pour deux places de finaliste

Alors, Bosna en route pour les finales? « Attendez, on va tempérer un peu. Pour l’instant, tout se passe bien, les gars ont retrouvé un état d’esprit, ils ont surmonté la déception du mois de juin, mais le chemin est encore long. On veut aller au bout, je le répète, mais entre vouloir et pouvoir, il y a une marge. Je suis content de l’équipe, mais ce que je ne maîtrise pas, ce sont les adversaires. Et dans ce groupe 3, il y en a, croyez-moi! Les deux places de finaliste se joueront entre Vallorbe, Porto, Venoge, La Vallée de Joux et nous. Je tiens à inclure La Vallée, parce qu’ils n’ont que deux défaites, contre Vallorbe et nous, et je les trouve vraiment bons. »

Bosna va-t-il enfin exprimer son potentiel?

Tout cela a de quoi rendre optimiste, même si l’expérience nous a appris une chose: avec Bosna, la vérité du jour n’est pas forcément celle de dans six mois. Mais si ce club trouve enfin la stabilité nécessaire et que celle-ci s’allie avec le talent de ses joueurs, ses objectifs seront atteints. Parce qu’en ce qui concerne la technique de ses joueurs et leur potentiel footballistique, Bosna appartient sans souci à la 2e ligue vaudoise. Reste à y retourner.

Categories: 3e ligue, FC Bosna-Yverdon