Bosna sait aussi gagner à l’extérieur maintenant

Bosna sait aussi gagner à l’extérieur maintenant

« Bon, on arrivait à la mi-temps avec ce 0-1. J’étais pas forcément content, mais je me disais qu’on pouvait espérer accrocher le 1-1 à la 44e, un truc du genre. Et là on aurait été bien, parce que je pensais que Bosna allait baisser de pied en deuxième période. Mais bon, pour ça, il aurait fallu éviter d’en prendre trois dans la tronche juste avant la mi-temps », a soufflé un Jean-Paul Lamon dépité à la fin du match. Car oui, Bosna a fait parler le feu entre la 36e et la 44e, marquant trois fois pour faire passer le score de 0-1 à 0-4 mercredi. Une véritable tempête, qui a coulé un FC Assens volontaire mais trop limité offensivement pour espérer quelque chose dans ce match.

Les buts de Thierry Martin manquent au FC Assens

Les temps sont en effet durs du côté du FCA, où Jean-Paul Lamon n’a pas encore trouvé la bonne formule en attaque, de son propre aveu. « Faut pas être Einstein pour voir qu’on ne marque pas », a grogné le boss. Vrai. Assens, cela saute aux yeux, n’a pas assez d’armes pour aller inquiéter les défenseurs adverses, sans même parler des gardiens, et cela lui porte forcément préjudice dans le cours d’un match. Parce que le moindre but encaissé devient du coup un cataclysme et un handicap trop lourd à remonter. Assens, c’est une évidence, souffre de l’absence de Thierry Martin (15 buts la saison dernière). « Il reviendra pour le deuxième tour », explique Jean-Paul Lamon, plein d’espoir. Il le faudra car, pour l’heure, le meilleur buteur du FCA est le milieu défensif Adrien Ferrini (3 buts), suivi deMaxime Pache et Michaël Crot (2 buts chacun). Des stats qui font mal.

Ahmed Sabic, double buteur

Alors, forcément, quand Bosna a marqué le 0-1 à la 9e par Sedin Hrbat, les choses sont devenues un peu plus compliquées encore pour le FCA. Il y a eu un sursaut avec un but annulé pour hors-jeu, quand même, mais après, ce trou noir de huit minutes lorsqu’Ahmed Sabic (deux fois) et Samir Mehmedovic ont pu donner une avance définitive à Bosna. 0-4 à la pause et une habitude pour Bosna, qui démarre souvent très fort cette saison. « Mais on l’a vu en deuxième période, c’était beaucoup plus équilibré. On ne s’est en tout cas pas faits dominer », a continué Jean-Paul Lamon, qui a même vibré après le 1-4 de Maxime Pache. « Il y a une partie de moi qui a cru à un retour », s’est enflammé l’entraîneur du FCA. Cela n’aura pas été le cas, Bosna se contentant de gérer la fin de match, sans en faire beaucoup plus.

Moins fort après la pause, Bosna?

« On n’a pas été bons en deuxième mi-temps, hein? C’est vrai, je suis d’accord. C’était une tactique de notre part. Vu qu’on était le seul match de la soirée, je savais que tous les entraîneurs du groupe allaient arriver en deuxième mi-temps, après leur entraînement. Je ne voulais pas qu’ils sachent à quel point on est forts », se marrait Dalip Limani, l’entraîneur de cette belle équipe de Bosna. Il est vrai que l’entraîneur de Venoge Luis Rodrigues, arrivé en cours de match, n’a pas dû être traumatisé par le Bosna de la deuxième période. « C’est bien le but. Ils croient tous qu’on est moins forts en deuxième mi-temps, qu’on n’est pas prêts physiquement. Tant mieux, ça nous va bien. Nous on sait la vérité et on sait qu’on travaille très fort à l’entraînement », continue Dalip Limani.

Bosna est à l’aise à l’extérieur: 8 points en 4 matches

Surtout, Bosna a ajouté une nouvelle dimension à son jeu: celle de pouvoir gagner à l’extérieur en jouant plutôt bien. Historiquement, Bosna était surtout fort sur son petit terrain des Îles, où ses valeurs de combat faisaient merveille. C’est vraiment moins le cas aujourd’hui, pour plusieurs raisons. Déjà, le public est moins nombreux et moins fervent qu’il y a quelques années. Donc, l’arbitre et les joueurs adverses subissent moins de pression. Et surtout, Bosna joue mieux et a des joueurs plus techniques, à l’image de ceux venus directement de Bosnie-Herzégovine ces derniers mois. Ahmed Sabic et Sedin Hrbat sont deux excellents joueurs, très à l’aise avec le ballon, et ils arrivent beaucoup mieux s’exprimer sur une belle pelouse et un grand terrain à Assens plutôt que sur le « parking des Îles ». Même chose pour l’excellent Haris Muhamer, arrivé lui de la région lyonnaise. Cela se traduit par des chiffres. Cette saison, Bosna compte deux victoires, un nul et deux défaites à la maison. Et à l’extérieur, Bosna en est à deux victoires et deux nuls. Une vraie tendance est donc en train de se dégager. « C’est vrai. Mais je pense aussi qu’à la maison, on se met nous-même trop de pression. A l’extérieur, on est plus libérés, plus joueurs. Et on peut montrer nos qualités », confirme Dalip Limani.

Fouad Ramèche a fait ses débuts avec Bosna

Et à l’évidence, celles-ci sont énormes. Ce Bosna 2016/2017 est vraiment intéressant, surtout qu’il dispose de beaucoup de profondeur de banc, ce qui n’a pas toujours été le cas. Fatmir Skrijelj est parti à Champvent, c’est vrai, mais Bosna a récupéré Fouad Ramèche au FCC. Le Franco-Algérien est entré à la mi-temps et a tout de suite été bon en défense centrale. Comme d’habitude, on a envie de dire et il est intéressant de constater que Bosna a pu le faire entrer, mais aussi Mersudin Talovic et Muamer Salkanovic, preuve qu’il y a de la qualité y compris sur le banc. Bref, Bosna peut faire mal cette saison.

Assens s’en sortira en restant uni

Et Assens? On est sûr d’une chose: le mal n’est pas profond et il ne manque pas grand-chose à cette équipe. Et on est sûrs d’une deuxième chose: avec Jean-Paul Lamon, elle tient le coach idéal pour se sauver, y compris dans ce groupe où il y aura 3 ou 4 relégués. L’homme n’a peur de rien et surtout pas de se battre contre la relégation. Son président Nicolas Pollien lui a d’ailleurs redit son soutien et sa « confiance à 100% ». Assens s’en sortira uni, comme toujours.

Categories: 2e ligue, FC Bosna-Yverdon

Ecrire un commentaire

Only registered users can comment.