Bosna a montré beaucoup plus de volonté

Bosna a montré beaucoup plus de volonté

“Ça ne m’avait pas manqué, le football comme ça…” Paulo Diogo n’a pas passé 90 minutes très agréables jeudi soir à Yverdon, où son FC Forward Morges s’est incliné 3-2 face à un FC Bosna impressionnant de combativité. L’entraîneur des Morgiens va devoir s’y habituer: le football à ce niveau est fait d’intensité et de duels, mais aussi d’agressivité. Bosna a mis beaucoup de tout cela jeudi et a mérité sa victoire, c’est indéniable. Forward a peut-être plus de joueurs de talent, mais ils n’ont pas pu, ou pas su, exprimer leur potentiel face à une équipe déterminée et prête à tout pour conserver son avantage, y compris à mettre le pied. Forward s’est énervé, n’a pas trouvé les solutions et a pris quatre cartons jaunes, en plus des trois buts. Clairement, les Morgiens ne s’attendaient pas à être autant bousculés ce jeudi et le mérite en revient à Bosna.

Le coup de canon de Milos Pekic

Paulo Diogo ignorait-il que les Yverdonnois allaient mettre son équipe sous pression d’entrée? Pour battre Bosna, il faut laisser passer l’orage et marquer en premier. Parce que, ce n’est pas un secret, cette équipe-là peut être faible mentalement. Par contre, quand elle commence bien le match et qu’elle marque, alors là, tout devient plus compliqué pour l’adversaire et c’est exactement ce qu’il s’est passé ce jeudi avec le coup de canon de Milos Pekic. Le petit technicien a frappé fort et juste, à la 7e, pour ouvrir le score de son pied gauche magique. Bosna, qui se voyait bien accrocher le leader, a alors pris confiance, dans le sillage d’un début de match réussi, et a fait une grosse première période, dans l’envie et dans le jeu.

Bosna a couru et s’est battu sur chaque ballon

Il n’y a pas eu quinze occasions, d’accord, mais Forward n’en a pas eu non plus beaucoup. En fait, Bosna a montré beaucoup d’envie offensivement et beaucoup de discipline défensivement. Deux qualités qui permettent de gagner des matches à tous les niveaux, à l’image d’un Milos Pekic impressionnant. “Même lui, il court…”, a-t-on pu entendre autour du terrain, comme pour souligner à quel point Bosna a fait preuve de volonté ce jeudi. Si cet état d’esprit a été souligné de manière aussi prononcée, c’est bien parce que Bosna ne joue pas toujours ainsi. “On a des qualités, mais notre principal adversaire, c’est nous-même”, reconnaissait d’ailleurs Dalip Limani après le match. Comme pour bien faire comprendre que lorsque son équipe joue comme cela, elle est un finaliste en puissance, mais que quand elle joue autrement, elle peut tout aussi bien être reléguée. Bosna a toujours ces deux visages et cela dure depuis des années.

Dalip Limani et Sedin Hrbat, in english

Cette saison, pourtant, il y a de sacrés joueurs et il faut le dire. Cet hiver, les Yverdonnois ont innové en faisant venir des joueurs directement de Bosnie-Herzégovine. Ils viennent de la région de Tuzla et c’est une nouveauté: jusqu’en 2015, les joueurs de Bosna Yverdon étaient des immigrés. Depuis 2016, ils ont été rejoints par quelques joueurs habitant en Bosnie et venant en Suisse le temps du championnat, ce qui est le cas d’Ahmed Sabic et de Sedin Hrbat. Le premier nommé a été magnifique jeudi, montrant toutes ses qualités, à un âge (18 ans) qui lui autorise encore de nombreux espoirs de carrière. Et le deuxième a inscrit un doublé, profitant d’un coup-franc de Milos Pekic sur le poteau (33e, 2-0) et marquant d’une très subtile reprise le but de la sécurité (79e, 3-1).

Et en plus, on a eu droit à quelques magnifiques séquences entre lui, le Bosnien ne parlant pas français, et son entraîneur Dalip Limani, le Kosovar lausannois ne parlant pas bosniaque. Pour se comprendre, les deux hommes parlent ainsi en… anglais! “Play to the left! And keep your head up. The next occasion must be a goal!”, lui a ainsi dit Dalip Limani à la demi-heure de jeu. Trois minutes plus tard, Sedin Hrbat marquait le 2-0 et son entraîneur pouvait lui lâcher un “Well played”, qui a fait sourire pas mal de monde sur le banc. Bref, Bosna avait de quoi rigoler ce jeudi, se replaçant parfaitement dans la course aux finales dans ce groupe 1 ultra-serré, en haut comme en bas.

Forward a d’immenses qualités, c’est sûr

Forward, secoué en première période, s’est donc retrouvé mené de deux longueurs à la pause, par la grâce du pied gauche de Milos Pekic, mais aussi en raison d’une belle volonté des Yverdonnois. Logiquement, ceux-ci ont baissé de pied en deuxième période et Forward a pu marquer le 2-1 par Hanse Kelly Naounou (55e) et le 3-2 par Gzim Thaqi (82e), mais les Morgiens sont repartis du Stade Municipal avec leur deuxième défaite de la saison. Il y avait mieux à faire, bien sûr, mais cet accident de parcours ne doit pas paniquer Paulo Diogo et son staff. Forward s’est construit une sacrée équipe et son milieu de terrain vaut le détour.

Avec César Ferrari, Tidiany Koné et Piero Arena, il y a de quoi très bien jouer au football et Forward l’a déjà prouvé cette saison. Et Paulo Diogo peut être rassuré: il ne tombera pas chaque semaine sur un FC Bosna Yverdon survolté, même si, on l’a dit, la 2e ligue réclame des qualités de combativité que son équipe n’a pas assez montré ce jeudi. Ce n’est peut-être pas la conception du football qu’a l’ancien élégant joueur de Servette et du LS, mais c’est une composante que son équipe doit intégrer. A ce titre, peut-être qu’un joueur comme Cyril Oulevay (retour de vacances) a manqué à Forward. Ce défenseur central-là sait jouer au football, mais il sait aussi mettre le pied et répondre au défi physique, soit une partie de ce qui a manqué aux Morgiens. Parce que le reste, ils l’ont.

Categories: 2e ligue, FC Bosna-Yverdon

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*