Bienne ne prend plus aucun but

Bienne ne prend plus aucun but

« Schaffhouse n’a fait que de mettre des mines sur leurs attaquants! C’était le feu d’artifice! Boum devant! » Ce qu’on aime particulièrement avec Jean-Michel Aeby, c’est qu’il est vivant, que ce soit en match ou à l’heure de l’analyse. L’entraîneur du FC Bienne n’a ainsi pas cherché à se montrer particulièrement admiratif envers le jeu pratiqué par le FC Schaffhouse lundi soir à la Gurzelen. « Lausanne, quand ils sont venus là, ont cherché à jouer. Et Dieu sait que la pelouse était compliquée! Aujourd’hui, on n’a rien vu. Du coup, c’était difficile de mettre du rythme pour nous et cela a donné un match assez haché. Mais même comme ça, on s’est créé des occasions, dont une immense. Si Luis l’avait mise au fond… »

Luis Pimenta aurait pu offrir les trois points au FCB à la 68e

Luis, c’est bien sûr Luis Pimenta, qui a joué seul en pointe lundi soir. A la 68e, le Portugais, seul à dix mètres, n’a pas cadré sa tête alors qu’il était vraiment face au cadre. S’il avait marqué là, sur son seul ballon exploitable du match, Pimenta aurait été le héros du soir, mais ce succès aurait tout de même été heureux. Le match nul, soyons clairs, est logique. Bienne et Schaffhouse n’ont donc pas pu se départager et se sont séparés sur ce 0-0. Les meilleures occasions? Mis à part celle de Pimenta, elles ont été pour Schaffhouse, mais Mirko Salvi s’est montré une fois de plus impeccable.

La force biennoise réside dans sa défense

Clairement, la force biennoise en 2015 réside dans sa défense et notamment dans son axe vaudois. Salvi a fêté son deuxième blanchissage consécutif et, devant lui, la charnière centrale composée de Mustafa Sejmenovic et de Jérémy Manière évolue à un très bon niveau, se montrant parfaitement complémentaire. C’était déjà le cas dimanche dernier face à Lausanne (lire ici) et cela s’est encore révélé vrai ce lundi. Certes, Schaffhouse jouait sans Igor Tadic (remplaçant, en conflit avec son entraîneur) et n’a plus la même force de frappe sans lui, mais qu’importe. L’impression générale délivrée par ce FC Bienne est celle d’une solidité retrouvée. Dans la lutte pour le maintien, cela peut faire une vraie différence, notamment par rapport à un FC Le Mont qui prend encore trop de buts.

Bienne cherche des solutions offensivement

« C’est vrai, on est bien derrière. Cela nous permet de faire des points. En 2015, en trois parties, on en a gagné cinq. C’est un bon rythme », se réjouit Jean-Michel Aeby. Le chantier, à Bienne, est offensif. Les Seelandais peinent à se créer des occasions et Pimenta était bien seul en pointe lundi. Nico Siegrist, positionné derrière lui, n’est pas un meneur de jeu et les deux hommes ne se sont que rarement trouvés. « J’avais demandé à Siegrist et à Pimenta de plus permuter, mais à leur décharge ils ont eu peu de bons ballons », explique JMA. Les absences de Giuseppe Morello et de Matar Coly se font sentir pour les Seelandais qui se contenteront donc de ce match nul. « C’est correct. C’était dur aujourd’hui, Schaffhouse est vraiment une équipe très physique. Ils nous sont rentrés dedans, mais on a bien résisté. On ne le dirait pas comme ça, mais le terrain était compliqué, c’était dur de développer du jeu », explique Mustafa Sejmenovic, dont le sens du placement a encore fait merveille.

Wohlen va à Baulmes mercredi et reçoit Bienne samedi

Ce résultat nul ne déplaisait pas à Jean-Michel Aeby. « On prend encore un point au Mont. On en avait quatre de retard, on en a un d’avance et je préfère cette situation-là. Maintenant, on va jouer le même adversaire en quatre jours. Ils reçoivent Wohlen mercredi et on y va samedi », détaille l’entraîneur biennois, pas malheureux de choper les Argoviens à la fin de cette semaine. Wohlen aura en effet joué trois matches en six jours après sa victoire à la Pontaise de dimanche (lire ici)! Après un mois sans jouer, ils pourraient bien se retrouver à genoux samedi soir dans leur Niedermatten et là, Bienne a un avantage certain sur Le Mont dans les prochains jours.

Schaffhouse n’est de loin pas encore sauvé

Un mot encore pour terminer sur le FC Schaffhouse? Rien de spécial à dire, en fait. Cette équipe est elle aussi solide, mais moins flamboyante qu’au premier tour. Bertrand Ndzomo et ses coéquipiers (7e) n’ont finalement que neuf points d’avance sur Le Mont. Ils seraient bien inspirés de faire quelques points assez vite au risque de tomber dans une zone très peu confortable… Mais pour que les hommes de Claude Gross aient une chance de revenir, il va falloir qu’ils se mettent à gagner assez vite.

Un trio d’arbitres vaudois

Encore un dernier mot pour signaler qu’il y avait énormément de Vaudois sur le terrain lundi, grâce notamment au trio arbitral. Sébastien Pache (Cheseaux) officiait en tant que central, assisté de Didier Dubrit et de Christophe Chaillet. Eux aussi ont été très bons. La preuve? Aucun des deux entraîneurs n’a parlé d’eux à la fin du match.

Categories: Football d'élite

Ecrire un commentaire

Only registered users can comment.