«Bien sûr qu’on va être attendus»

«Bien sûr qu’on va être attendus»

L’histoire retiendra que c’est à Moudon mardi soir qu’Yverdon Sport a débuté sa préparation pour la saison 2016/2017. Face à une équipe de Chênois (2e ligue inter) déjà bien en forme et très solide défensivement, le nouveau YS a eu énormément la possession du ballon, mais a cruellement manqué de réalisme. Au total, Yverdon s’est créé une bonne dizaine d’occasions nettes, que ce soit dans le jeu ou sur balles arrêtées, ne trouvant la faille qu’à la 83e grâce à un face à face remporté par Alex Gauthier, du pied gauche. L’ancien attaquant de Team Vaud M21 et du Mont a donc déjà débloqué son compteur sous ses nouvelles couleurs. Bon pour la confiance, forcément.

Yverdon, qui a débuté avec ce qui sera sans doute son milieu de terrain (Florian Gudit-Aurélien Chappuis-Thibaut De Coulon, tous remplacés à la pause), se présentait avec trois joueurs en test et sans Quentin Rushenguziminega (à l’étranger avec son université). Si le défenseur central brésilien a été plutôt convaincant, il ne devrait pas être conservé, puisqu’YS possède déjà tout ce qu’il faut à ce poste (Babacar Dia Mbaye et Esteban Rossé sont indiscutables). L’ailier, lui aussi brésilien, s’est montré trop brouillon pour convaincre le staff yverdonnois, tandis que l’attaquant grec sera, lui, revu samedi face au Mont (15h à Baulmes). Il jouera son engagement à ce moment-là.

Juste après le match, après avoir discuté quelques minutes avec son adjoint Robert Lüthi, le président Mario Di Pietrantonio et le vice-président Ludovic Herren, Philippe Perret a accepté de revenir pour nous sur l’actualité d’YS, ainsi que sur ce match face à Chênois.

 

Monsieur Perret, à quel point le fait de revenir au score était-il important aujourd’hui?

Vous savez, il y a des entraîneurs qui disent que les résultats n’ont pas d’importance en préparation…

Vous êtes d’accord avec ça?

Ça dépend. Je l’ai dit aux joueurs: une année avec Xamax, on avait tout perdu en préparation. Mais absolument tout! On s’était même inclinés dans la dernière semaine face à Renens, qui était en 2e ligue… Et nous, on jouait la Coupe d’Europe! On a tenu une séance de crise et on a fait deux super matches face à Hambourg. Et on n’a pas perdu un match de LNA sur tout le tour. Comme quoi… Bien sûr que le résultat en soi n’a pas d’importance, mais ce qui m’a déjà plu, c’est que les joueurs ont montré du caractère. C’est très important ça, quand vous formez un nouveau groupe, de voir qu’il y a du répondant. Ils n’ont pas voulu perdre et j’ai apprécié cela. J’ai un peu trop entendu aujourd’hui que l’herbe était trop haute, que le ballon ne roulait pas… Et puis, j’ai vu mon équipe égaliser et pousser pour aller chercher la victoire. C’est cela que je veux retenir.

Vous avez conservé huit joueurs de la saison dernière, une dizaine de recrues sont arrivées. Vous êtes satisfait de votre mercato?

La seule réponse honnête que je pourrai vous faire, ce sera dans douze mois.

Oui, bon, d’accord…

Ce qui est sûr, c’est qu’aujourd’hui, j’ai l’impression que nous avons fait les choses comme il faut.

Avec l’immense majorité des recrues qui arrivent de Challenge League ou de Promotion League…

Ces joueurs-là, qui viennent de plus haut, ont tous ce côté compétiteur qui me plaît. Ils ont l’habitude de venir au foot cinq ou six fois dans la semaine et ce n’est pas juste pour passer le temps. A ce niveau-là, il y a de l’implication, des gars qui font des efforts. Alors oui, forcément que je suis très content du recrutement et que je me réjouis de la saison à venir.

Il y a quelques mois, vous aviez donné une interview à La Région Nord vaudois qui avait fait un peu de bruit. Vous y aviez dit que de nombreuses erreurs avaient été commises à Yverdon. Aujourd’hui, quel est votre sentiment?

Je sais que cette interview a fait parler, oui. Elle a déplu à certains joueurs, qui se sont sentis visés, et je n’ai pas envie d’en remettre une couche aujourd’hui. Le président est quelqu’un de sensible, il m’en a parlé, m’a demandé ce que je voulais dire par là. Il n’y avait aucune attaque personnelle, bien sûr. Simplement, il faut bien constater que plus aucun joueur ayant disputé les finales en 2014 n’est là. Beaucoup de choses ont changé et les objectifs n’ont pas été atteints, c’est donc que quelque chose n’allait pas à Yverdon Sport.

Mais beaucoup de choses ont changé aussi cet été…

Oui, bien sûr. Il le fallait. On a fait ce choix-là de repartir sur de nouvelles bases et je pense que c’était obligatoire pour construire sur du solide. Idéalement, on remplaçait trois ou quatre joueurs, on repartait sur des bases déjà acquises et on gagnait du temps. Là, on repart quasiment de zéro, mais c’était indispensable et je pense que le fait qu’on ait réussi à faire venir des joueurs de Challenge League va rendre les choses plus faciles. Il faut gagner des automatismes, monter en puissance. Et on fera les comptes dans douze mois. Si on n’atteint pas les objectifs et que toute l’équipe doit partir, alors là, ce sera la faute de l’entraîneur. Je suis conscient de ça. Mais j’ai aussi énormément confiance dans le groupe qu’on a construit et c’est ce sentiment-là qui prédomine aujourd’hui.

Les autres équipes restent pour l’instant très sages et seul YS a tout chamboulé cet été. Qu’est-ce que cela vous inspire?

Les autres? Rien. En ce qui concerne mon équipe, bien sûr qu’on sera attendus. Je le sais bien. Mais cela ne change pas grand-chose pour moi. Ce qui m’importe aujourd’hui, c’est de construire un collectif avec ces joueurs, qu’ils y adhèrent et qu’on fasse un bon championnat.

L’attaquant grec en test aujourd’hui vous a convaincu?

J’ai envie de le revoir samedi, sur une bonne pelouse, contre Le Mont. Il a des qualités, mais on se prononcera après samedi.

En deuxième mi-temps, vos trois juniors A que sont Maxime Schertenleib, Raphaël Glauser et Nehemie Lusuena ont tous trois bien tenu leur place, non?

Oui, tout à fait.

Le président a bien insisté auprès de nous pour dire qu’ils faisaient partie intégrante de votre contingent, au même titre que n’importe quel joueur. Vous êtes en accord avec ça?

Evidemment. Ils sont des membres de l’effectif d’Yverdon Sport 2016/2017. A eux de gratter pour leur place. Ce que je peux dire aujourd’hui, c’est qu’ils doivent encore tous trois prendre le rythme, ce qui est normal. Tout va plus vite. On l’a vu aujourd’hui quand ils reçoivent la balle. L’amorti est bon, leur idée de passe est juste, mais ils ont déjà perdu le ballon au moment de réaliser leur geste, parce que l’adversaire est venu les presser. Donc aujourd’hui, ce ne sont pas des titulaires, mais c’est à eux de progresser le plus vite possible pour entrer véritablement en considération.

Categories: 1re ligue

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*