Benoît Pythoud remplace Antonio Morais à Malley

Benoît Pythoud remplace Antonio Morais à Malley

Arrivé au printemps à la tête de l’ES Malley (lire ici), Antonio Morais a décidé d’arrêter là. « Je reste à disposition du club, car il s’agit bien de mon club de coeur. Mais il est bien clair que je suis d’ores et déjà à la recherche d’un nouveau challenge, ailleurs », explique le technicien. L’atmosphère commençait à devenir pesante au Bois-Gentil, en raison des résultats. « Cela fait six mois que nous n’avons pas gagné un match… Ce n’est facile pour personne. Faire avec un budget de 0.-, c’est compliqué. On a fait des miracles avec un contingent composé de joueurs de 3e et de 4e ligue… Franchement, c’était mieux pour tout le monde que je quitte ce poste. Le club, les joueurs, moi, personne n’avait intérêt à ce que l’on continue. » Antonio « Tozé » Morais se montrait pourtant assez optimiste il y a quelques semaines, après un match nul à UGS (1-1). « Oui, c’est vrai. J’attendais les qualifications de quelques joueurs, mais il y a eu trop de problème et un joueur comme Novica Mllenovic n’a jamais joué avec nous. Après, un ressort s’est cassé. Je ne croyais plus aux joueurs et les joueurs ne croyaient plus en moi. Là, ils vont jouer contre Sierre et Chênois, deux adversaires prenables. Je leur souhaite tout de bon pour ces matches, qui peuvent leur permettre de revenir et de reprendre confiance. » Fair-play, Antonio Morais. Lui et son adjoint David Lombardet ont donc tourné la page et sont désormais à l’écoute d’un nouveau challenge, de préférence dans la région lausannoise.

Benoît Pythoud: « Le classement est une chose… »

Leur successeur s’appelle Benoît Pythoud. Sans club depuis son départ d’Yverdon Sport au printemps (« une pause qui m’a fait un bien fou »), « Pitch » a accepté de finir le premier tour. « Par amitié pour Atef Mazrouki, qui gère le club, et parce que je connais certains joueurs, que j’ai entraîné au Team Vaud », explique-t-il. Conscient de la situation compliquée du club du Bois-Gentil, Benoît Pythoud a commencé sa mission cette semaine, et découvre des problèmes nouveaux chaque jour. « Là on va à Sierre, samedi, et je ne sais pas qui viendra ou pas, si on sera onze ou treize… Je veux vraiment voir où je vais avant de faire de grandes déclarations. Le classement est une chose, mais ce qu’il y a derrière en est une autre. J’ai besoin d’avoir une vision claire du contingent. Le renforcer? On verra tout ça. Pour l’heure, j’en suis au stade de l’analyse de la situation. Le foot me manquait et on va voir ce qu’on peut faire ici. » Il est venu sans « son » assistant Yann Weber, lequel se concentre sur son rôle de joueur au FC Donneloye, où il évolue depuis cet été.

Malley n’est qu’à six points de Vernier, Renens et Chênois

Benoît Pythoud peut-il espérer viser le maintien avec l’ES Malley, qui ne compte qu’un point après 10 journées… mais n’est finalement qu’à 6 unités de la barre? « Vous m’en demandez trop. Ce qui est sûr, c’est que je ne veux pas vivre une nouvelle galère, comme à Yverdon Sport. »

Auteur