Benjamin Kololli, le nouveau renfort intelligent du Lausanne-Sport

Benjamin Kololli, le nouveau renfort intelligent du Lausanne-Sport

On s’était posé la question de son arrivée au LS, bien sûr, en apprenant il y a quelques jours que Benjamin Kololli ne serait pas conservé par Young Boys. Prêté par le FC Bienne, le joueur de couloir aurait pu rester à Berne, vu que son contrat contenait une option pour un transfert définitif de deux ans. Plombé par les blessures, il n’a pas pu montrer ses qualités avec YB, ne comptabilisant qu’une apparition ce printemps, à Vaduz. Dix petites minutes de jeu, voilà tout ce à quoi le Bellerin a eu droit.

En fin de contrat avec Bienne

Alors, quand les dirigeants bernois ont évalué son cas il y a quelques jours, ils ont décidé de ne pas donner suite. La très bonne saison 2014-2015 avec Le Mont? L’excellent premier tour 2015-2016 avec Bienne? Des promesses, mais pas encore suffisamment de garanties pour YB, qui visera le titre la saison prochaine, comme chaque année. Ce sera sans Benjamin Kololli (24 ans), lequel se retrouvait donc libre, puisqu’en fin de contrat avec le FC Bienne, dont la situation est toujours aussi compliquée.

Le LS l’avait déjà approché cet hiver

« Benji » était donc libre et on était persuadé que le LS suivait son profil (comme l’hiver dernier), mais, comme tout le monde, on n’en savait rien… jusqu’à ce vendredi après-midi et la confirmation officielle, sur le site du club vaudois, que le jeune Chablaisien s’était engagé pour trois ans. Un transfert très intelligent pour le LS, un de plus, qui définit encore plus précisément les contours de l’effectif de la saison prochaine. On sait désormais ce que Fabio Celestini a demandé à son président: des joueurs à très fort potentiel qu’il pourra aider à grandir. C’était le cas d’Andrea Maccoppi (Chiasso), de Musa Araz (Bâle/Winterthour) et, donc, de Benjamin Kololli.

Un latéral reconverti ailier

Si les deux premiers nommés batailleront pour une place dans l’axe du milieu de terrain avec Alexandre Pasche, Olivier Custodio et Ming Yang-Yang, ce n’est pas le cas de Benjamin Kololli, lequel est le symbole même du joueur de couloir. Il va (très) vite, il percute, il va au bout de ses actions et il marque. Il peut aussi jouer latéral, comme à ses débuts, mais c’est bien au poste d’ailier qu’il a explosé les deux dernières saisons. Lors du premier tour de cette saison, avec Bienne, il a inscrit 7 buts et réalisé 3 assists en 17 matches de championnat (4 buts en deux matches de Coupe de Suisse). Il est clairement un joueur de percussion, un profil qui faisait défaut au Lausanne-Sport cette année, Kevin Mendez et Adrian Alvarez (qui a peu joué) mis à part.

Que demander de mieux?

On résume? Un jeune Vaudois talentueux, dont le transfert ne coûte rien et qui a plus faim que quiconque de prouver qu’il possède le niveau de Super League, tout en présentant un profil que le LS n’avait pas jusque-là. Que demander de mieux, franchement?

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*