Benfica veut faire mieux que la saison dernière

Benfica veut faire mieux que la saison dernière

« C’est clair que perdre 9-0, c’était un peu la honte… Mais bon, il ne fallait surtout pas paniquer, ce n’était qu’un match, et on avait quinze absents! A un moment, on s’est dit, ce n’est pas possible, on ne va pas y aller. On a demandé à Aigle de repousser le match, ils ont été super-corrects et ont accepté. Mais l’ACVF n’a pas voulu, ce que je peux évidemment comprendre, par équité pour tout le monde. Bon, on a été là-bas et face à une très bonne équipe, on a explosé. » Luis Cabacas, le meneur de jeu et directeur sportif du Sport Lausanne Benfica, le sait bien: chaque année, le championnat recommence trop tôt pour son équipe.

La raison principale est connue: les joueurs du club, à majorité portugais, partent en vacances dans leur pays d’origine l’été. D’où ce 9-0 à Aigle. « Et le pire, c’est pour notre gardien! Il s’agit d’un jeune homme, Maxime Buser, qui vient d’arriver au club. Il est arrivé juste avant la partie, sans s’entraîner avec nous, rien. Et il en prend neuf en étant le meilleur sur le terrain… »

« Pourquoi ne pas jouer la première moitié du classement? »

La claque est monumentale, mais elle est déjà oubliée. Comment? Benfica a récupéré une grande partie de ses joueurs durant la semaine et a pu préparer un peu mieux la réception du FC Bex, dimanche matin à Chavannes-près-Renens. Le résultat? Une victoire 5-0, qui a rassuré tout le monde. Car Benfica devrait être compétitif cette année, quelques semaines après avoir obtenu le maintien pour la saison de son retour en 2e ligue. Les Lausannois étaient en effet néo-promus l’an dernier, après avoir obtenu le titre de champion vaudois de 3e ligue. Ils avaient souffert, notamment en début de saison, avant de se maintenir en terminant 10e (devant Orbe, Concordia, SLO II et Ecublens). « L’objectif, cette saison, c’est de faire mieux. Pourquoi ne pas jouer la première moitié du classement? », glisse Luis Cabacas, qui refuse pourtant de s’enflammer après ce 5-0.

« J’ai demandé à tout le monde de ne pas paniquer après le premier match, ce n’est pas pour être trop confiant après le deuxième… », explique le n°10 benfiquiste. Ce qui le rend confiant n’est donc pas de compter trois points après deux matches, mais bien de pouvoir compter sur une certaine stabilité.

Trois départs de titulaires, neuf arrivées

Ricardo Rocha, un entraîneur apprécié de tous et motivé autant que motivant, est resté, ce qui est déjà la première bonne nouvelle. Les départs? Ceux du gardien Yann Jeanmonod (Azzurri 90) et du défenseur Tiago Agostinho (Concordia) font un peu mal, tout comme celui de Fabio Parada (SLO III, avec des amis), mais, sinon, Benfica a pu conserver tout le monde. Et, bien sûr, Luis Cabacas a fait son boulot de directeur sportif, allant chercher pas moins de neuf recrues. Tous ne seront pas titulaires, mais auront un rôle à jouer à Benfica cette saison.

Helder Pereira en tête d’affiche du recrutement

Ainsi, Maxime Buser sera en concurrence avec Joao Cardoso dans les cages. « L’entraîneur fera son choix », explique Luis Cabacas. Pour l’heure, le jeune Buser a joué le premier match et l’expérimenté Cardoso le deuxième. Ensuite? Helder Pereira (Bavois II) est un vrai renfort, en plus d’être un joueur polyvalent, qui assure à tous les postes. Défenseur central, latéral, milieu défensif: il est bon partout. Jérémy Peltier, l’ancien joueur de Renens, Pully et Orbe, entre autres, apportera son expérience et ses qualités techniques.

Autre arrivée intéressante, celle de Nolwen Baron, qui a déjà prouvé avoir le niveau de 2e ligue sous les couleurs du FC Prilly. Tiago Grade (Le Mont II), Fabio Mota, Joao Pereira, Helder Nogueira et Filipe Prazeres font également partie du contingent depuis cet été et devront se battre pour obtenir des minutes de jeu.

Les frères Rodriguez, trois joueurs de grande classe

Car les places risquent d’être chères à Benfica, si tout le monde est là, en forme. Les trois frères Rodriguez (les défenseurs Pedro et José et le milieu de terrain Flavio) sont toujours là et font un bien fou aux Encarnados depuis leur arrivée, tout comme Carlos Leal Moreira et, évidemment Luis et son frère Carlos Cabacas. Ces joueurs-là sont les atouts majeurs de Benfica et tous ont décidé de poursuivre l’aventure.

Les valeurs sûres, à des degrés divers, que sont le très solide Paul-André Péclard, l’avant-centre Miguel Batista, Renato Ferreira, Nitharsan Thirunavukkasaru, Diogo Castro, Zlatan Gavrilovic et Valdemar Gonçalves permettront à Ricardo Rocha de disposer d’un groupe a priori très compétitif. Brian Baali et Flavien Gallizioli, deux bons éléments qui ont eu du temps de jeu la saison dernière, seront eux absents pour des raisons privées cette saison, mais leur passeport reste au club en cas de besoin et de disponibilité de leur part.

Ainsi, Benfica semble armé pour vivre une saison tranquille, et même espérer mieux que sa 10e place. Une chose est sûre: les Lausannois ne sont pas prêts d’encaisser neuf buts de sitôt… Les prochains matches? En Coupe vaudoise ce soir (mardi) à Echandens (4e ligue) et dimanche à Bottens, un adversaire souvent croisé en 3e ligue.