Benfica est solide et ne lâche rien

Benfica est solide et ne lâche rien

Ricardo Rocha sourit, en nous voyant nous approcher de lui quelques minutes après la victoire de son SL Benfica face à Malley, dimanche matin. Il sait très bien qu’il va devoir répondre à la question que tout le monde se pose, en voyant Benfica sur la première barre du classement, celle qui délimite les finalistes des équipes « ordinaires ». Alors, faut-il déjà réserver le terrain principal de Chavannes-près-Renens au mois de juin prochain? « Evidemment que non! Tout ce qui se passe actuellement, c’est du bonus, des points d’avance que l’on prend sur l’autre barre, la seule qui nous intéresse. L’an dernier, on s’est sauvés de la relégation dans les dernières journées, même si notre deuxième tour s’est bien passé. Il ne faut pas oublier d’où l’on vient, même si c’est vrai qu’on est dans une très bonne passe actuellement. » Plutôt, oui!

« En mars ou en avril, on se rappellera juste après avoir gagné »

Une preuve que Benfica se porte bien? Depuis la défaite inaugurale à Aigle (9-0!), avec une équipe C, les « Encarnados » n’ont plus perdu, ont gagné cinq fois, fait deux matches nuls, marqué 17 buts et en ont encaissés 5! Donc, oui, tout va bien, merci. « Ce qui me fait particulièrement plaisir, c’est qu’on est très solides. Et ça suffit! A Concordia, on gagne 0-1, aujourd’hui on gagne 1-0. Ce sont trois points à chaque fois et on oubliera bien vite qu’on a eu de la peine à les remporter. Quand on verra notre nombre de points en mars ou en avril, on se rappellera juste avoir gagné, c’est tout », continue Ricardo Rocha.

L’ancien entraîneur du Racing n’est pas du genre à s’enflammer pour rien, même s’il est très satisfait du bon début de saison de ses joueurs. « Et on n’a pas tout changé, loin de là. » Ce ne sont pas des paroles en l’air: les onze titulaires de ce dimanche matin étaient déjà là l’an dernier. Seul Helder Pereira, légèrement blessé, fait figure de renfort notable, les autres arrivées étant plutôt des jeunes ou un joueur déjà reparti (Jérémy Peltier). Benfica a donc misé sur la stabilité, un choix largement payant.

Ricardo Rocha, un entraîneur heureux

Luis Cabacas, le capitaine et directeur sportif, est évidemment ravi de cette deuxième place: « On verra jusqu’où on peut s’accrocher. C’est clair qu’arriver à Noël en étant toujours au contact, ce serait génial. Et j’ai envie de dire qu’on serait déjà sauvés, ce qui nous permettrait d’intégrer encore plus les jeunes. On veut vraiment travailler dans un esprit global de club, avec la II et les juniors. » Cinq à six juniors participent d’ailleurs aux entraînements, qui sont bien fréquentés. Ricardo Rocha: « On travaille bien. Evidemment, les résultats y sont pour quelque chose, mais c’était déjà le cas au deuxième tour la saison dernière. Il y a de la bonne humeur, du sérieux. » Bref, « RR » est un entraîneur heureux. « Ah oui, mais vous savez comment c’est: si les résultats n’avaient pas été bons, cela aurait été de la faute de l’entraîneur. » Il est trop modeste pour finir sa phrase, alors on le fait pour lui: quand ils sont excellents, c’est aussi grâce à lui.

Le défenseur central José Rodriguez inscrit le seul but du match

Benfica s’est donc imposé dimanche matin, lors d’un match jugé « piège » par l’entraîneur des Lausannois. « Malley est une équipe très jeune, qui a de la qualité. J’avais peur que les gars se relâchent en voyant le classement, ce qui aurait été une erreur. Heureusement, ça a été, ils ont compris l’importance du match. » Benfica s’est fait peur, pourtant, se montrant incapable de prendre le large. Le défenseur central José Rodriguez, resté aux avant-postes, a inscrit le 1-0 sur une passe de Carlos Moreira à la 18e, mais, après Benfica n’a pas su marquer le 2-0 libérateur.

En fait, Malley aurait même pu inscrire le 0-1, par Cédric Esteves, à la réception d’un coup-franc excentré (15e). La reprise du milieu de terrain malleysan est passée de peu à côté. Dommage pour les visiteurs, car Benfica, avec un but de retard, aurait peut-être pu paniquer un peu, ce que confirme Ricardo Rocha. « Pour l’instant, tout va bien pour nous, tant mieux, mais c’est un peu dans notre culture latine d’être fragile mentalement. La dynamique est bonne, mais il suffit de peu de choses pour qu’elle devienne mauvaise, donc on profite de la période actuelle sans trop se projeter, tout simplement », continue l’entraîneur des Benfiquistes.

Malley doit continuer à y croire

Malley a donc manqué de réussite, mais Benfica aussi à l’heure de plier le match. Miguel Batista aurait pu, en tout cas deux fois, inscrire ce 2-0, mais la jeune équipe de Benoît Pythoud tenait bon. Les valeurs qui lui ont permis de s’imposer à Morges étaient de nouveau présentes et l’entraîneur malleysan doit prendre ce match comme un encouragement. Son équipe a du caractère et gagnera des matches tant que ses joueurs y croiront, mais ils doivent aujourd’hui continuer à s’identifier au projet et à ce club historique. Ils vont progresser, c’est sûr, et ils vont gagner des matches, mais ils doivent le faire avec leur maillot actuel. On ne peut pas empêcher un joueur de partir, mais et ceux qui sont partis à LUC-Dorigny (Dani Cosme Cerqueira, Blaise Kaze) et à Dardania (Shqiprim Pira) ont sans aucun doute de bonnes raisons d’y être allé, mais Malley a besoin de stabilité pour rester en 2e ligue et reconstruire un club ambitieux et sain. Cela passe d’abord pas les coulisses? C’est vrai, mais cela passe aussi par le terrain.

Forward-Benfica dimanche prochain!

Benfica s’est donc fait peur, mais l’a emporté, consolidant son étonnante deuxième place, à une semaine de son déplacement à Morges. Forward accueillera en effet les Encarnados en étant derrière eux au classement, ce que pas grand-monde n’aurait parié en début de saison, on l’a dit. Alors, victoire en vue? « On y a va pour gagner, évidemment! L’an dernier, on a été surclassés, mais la donne a changé. Nous sommes meilleurs collectivement que la saison dernière, plus en confiance. Eux ont changé pas mal de joueurs, je crois… Comme je vous l’ai dit, tout ce qui nous arrive est du bonus, y compris de nous trouver devant une équipe aussi forte que Forward. Alors, si on peut le rester une semaine de plus, on ne va pas se priver », termine l’entraîneur de Benfica, confiant dans la force de ses troupes, mais conscient que la dynamique est fragile et délicate à entretenir.

 

Les hommes du match

José Rodriguez est un excellent joueur, qui plus est buteur ce dimanche. Benfica sait la chance qu’il a d’avoir récupéré ce joueur arrivé du Portugal l’an dernier, accompagné de ses frères, dont son jumeau Pedro. On ne sait pas à quel niveau il jouait au Portugal, mais en 2e ligue vaudoise, il est clairement facile. On mentionnera également Diogo Castro, son compère de la défense centrale. Il souffre face à des attaquants rapides et vifs, mais en ce dimanche matin, il s’est royaumé. Très solide au duel.

A Malley, on a aimé le milieu de terrain Cédric Esteves jusqu’à sa sortie sur blessure. Il a une belle technique et une activité intéressante à mi-terrain. Yohan Dupont a lui aussi été bon, en tant que chef d’une défense à trois. Benoît Pythoud n’est pas un entraîneur qui ferme le jeu, mais plutôt un technicien qui encourage ses troupes à aller de l’avant. Avec un patron comme celui-là derrière, il peut être tranquille. Mine de rien, Malley n’a pris qu’un but lors de des deux derniers matches et n’est plus relégable.

Les prochains rendez-vous

Gros choc pour Benfica, qui sera à Morges pour y affronter Forward, le dimanche 12 octobre à 15h. Le jour d’avant, Malley accueillera Orbe au Bois-Gentil, à 17h.

Sport Lausanne Benfica – ES Malley 1-0 (1-0)

Buts: 18e José Rodriguez 1-0.

Arbitres: M. Brkic, assisté de M. Strahinic et de M. Jusufi.

Benfica: Joao Cardoso; Gavrilovic (76e Flavio Rodriguez), José Rodriguez, Diogo Castro, Pedro Rodriguez; Renato Ferreira, Péclard; Carlos Moreira (88e Filipe Dos Prazeres), Luis Cabacas, Carlos Cabacas; Miguel Batista (64e Fabio Pinto).

Entraîneur: Ricardo Rocha

Malley: Roulier; Dupont, Grubor, Nsimba; Buetezueyi, Esteves (60e Dos Santos), Muamba, Gaudiello; Sejdija (85e Hassan); Luwawa (46e De Sa), Ukehaxhaj.

Entraîneur: Benoît Pythoud.

Centre sportif de Chavannes-près-Renens.

Auteur