Benfica est la première équipe à faire tomber Grandson

Benfica est la première équipe à faire tomber Grandson

La belle série du FC Grandson-Tuileries s’est donc terminée le 25 octobre, à 11h53 exactement. M. Yasin Yilmaz a sifflé la fin du match à ce moment précis, provoquant une explosion de joie bien méritée pour les Benfiquistes, premiers tombeurs du leader dans la saison 2015/2016. Les Lausannois ont du mérite à être allés chercher cette victoire, qu’ils ont obtenue… à 10 contre 11! L’exploit en est d’autant plus grand.

L’arrêt de Louis Troillet, le tournant du match

Tout s’est joué à la 77e, en fait, alors que le score était de 1-1, assez conforme au déroulement des opérations jusque-là. A 13 minutes de la fin, donc, Jose Borges, le défenseur central de Benfica, a reçu un carton rouge tout à fait logique pour une faute de dernier recours. Grandson se voyait alors bien faire la différence dans le quart d’heure restant, avec un homme de plus et la dynamique du leader, d’autant que le FCGT a bénéficié sur ce coup-là d’un coup-franc bien placé, plein axe. Flavio Da Silva s’est chargé de le frapper et a parfaitement tiré, à ras de terre, mais Louis Troillet s’est alors fait l’auteur d’un arrêt de grande classe, avec la main ferme malgré la déviation d’un défenseur, qui avait encore éloigné la balle de lui. L’ancien portier de Team Vaud a sauvé son équipe sur ce coup-là et a fait rasseoir tout le (petit) banc du FCGT, qui s’était déjà levé pour crier au but. Clairement un arrêt de folie et le tournant du match.

Carlos Cabacas inscrit le 2-1, tout seul à cinq mètres

Pourquoi? Parce que deux minutes plus tard, alors que Grandson pressait pour aller chercher les trois points, Carlos Cabacas, entré en cours de jeu et esseulé dans les cinq mètres de Nicolas Jaccard, héritait d’un ballon en or de la part de Sylvain Gétaz. Hors-jeu, CC7? Sa position était suspecte, mais M. Ezzeddine Thebti ne levait pas son drapeau et l’attaquant de Benfica pouvait fusiller le gardien grandsonnois. 2-1, et bientôt 3-1 avec une action individuelle de Luis Cabacas sur le côté gauche et un centre en retrait parfait pour Sylvain Gétaz, lequel ne pouvait pas manquer la cible depuis là. 3-1, score final.

Trois blessés avant la 60e pour Benfica!

Benfica a souffert pour aller chercher ces trois points, bien sûr. Déjà, parce que les Lausannois comptaient de nombreux absents en début de match, mais aussi parce qu’à l’heure de jeu, Ricardo Rocha avait déjà dû effectuer ses trois changements à cause de blessures! Ajoutée à cela l’expulsion de Jose Borges, cette victoire acquise dans la douleur n’en est que plus belle. Bien sûr, le FCGT était diminué lui aussi (absences de Numa Francillon, Mathias Freymond et Grégoire Roulet notamment), mais Benfica, c’est le plus important, a montré une belle attitude et une rage de vaincre qui laissent entrevoir un réel potentiel dans cette équipe, dont ce n’est, bizarrement, que la troisième victoire de la saison.

Benfica jouait bien, mais ne gagnait pas

Il était donc temps de gagner pour les Encarnados, qui prennent véritablement leurs distances avec la barre. On n’avait pas trop peur pour eux, mais les Lausannois avaient de la peine à marquer des points depuis le début de la saison, jouant parfois très bien, ne manquant pas forcément de réalisme (20 buts en 10 matches, 5e attaque du groupe) mais perdant des points bêtement. Là, bien sûr, il y a eu le miracle de Louis Troillet, qui a tout changé, mais il était finalement assez logique que la réussite choisisse le camp rouge une fois cette saison.

Julien Fantoli aurait pu ouvrir le score

Benfica, en plus, aurait pu faire la différence en première période, déjà. La première occasion a été pour Grandson et Julien Fantoli (tir non cadré du gauche, 38e), mais Carlos Moreira (39e) et Sylvain Gétaz (40e) ont tous deux buté sur Nicolas Jaccard avant la pause. Juste après la mi-temps, Carlos Moreira a d’ailleurs ouvert le score de fort belle manière, trompant Jaccard d’un tir croisé imparable, mais Grandson a réagi grâce à Loïc Gudit, auteur d’une égalisation magnifique, tout en toucher, sur un service en profondeur incroyable de Renato Provenzano. Le numéro 10 du FCGT a lancé son attaquant en direction du but d’un… retourné acrobatique! Un assist fou, témoignant de la classe de ce meneur de jeu pas comme les autres. Il ne marque plus deux buts par match, c’est vrai, mais il conserve sa vision du jeu et son toucher de balle qui le rendent si spécial. Gudit a donc profité de ce service pour égaliser, avant la fin de match que l’on connait et la victoire, somme toute méritée, de Benfica.

Grandson doit bien finir, maintenant

Grandson ne doit pas trop s’inquiéter avec cette défaite, même si la fin du premier tour s’annonce compliquée en raison de toutes les absences. Le FCGT aurait pu s’imposer, on l’a dit, et conserve sa première place, trois points devant Prilly. Le match a tourné sur un arrêt, c’est tout, et cela ne remet pas en cause l’excellent premier tour des hommes de Carlos Rangel. Il reste un match de championnat aux Grandsonnois, face à Bavois II, puis un match de Coupe face à Pied du Jura, pour terminer l’année 2015 en beauté. On va juste rappeler une évidence: le FCGT s’est sauvé avec 26 points lors de la saison 2014/2015, arrachant son maintien à la dernière journée face à Renens. Cette saison, les Grandsonnois comptent déjà… 26 points, après 11 journées! Autant dire que ce n’est pas cette défaite-là qui doit empêcher Nicolas Jaccard et ses coéquipiers de s’endormir dimanche soir.

Ils ont dit à Footvaud.ch

Ricardo Rocha, entraîneur de Benfica

On est les premiers à faire tomber Grandson? C’est vrai, mais il fallait bien qu’ils perdent un jour! L’équipe a fait un très bon match, avec de la volonté. On peut être fiers de ce qu’on a montré ce matin. Je savais qu’on pouvait le faire, parce que dans les matches précédents, on n’est jamais loin. On perd d’un but, on fait match nul… Cette victoire, elle fait du bien aussi parce qu’on avait besoin de points. C’est bien beau de faire des bons matches, mais il faut aussi que cela se voie au classement. On doit progresser mentalement, parce que des qualités, on en a. Le problème, chez nous, il est dans les têtes. Aujourd’hui, je suis très satisfait de toute l’équipe, aussi parce qu’on a gagné dans des conditions pas faciles, avec les trois blessés en cours de match et l’expulsion. On a répondu présent, bravo à tous, mais il ne faut surtout pas s’enflammer. Il nous reste Assens et Pully, j’attends des points dans ces matches-là aussi.

Luis Cabacas, capitaine de Benfica

J’ai une chose à dire, une seule: je suis très fier de mes coéquipiers. On a fait un bon match, avec la bonne attitude. Je tiens à féliciter tout le monde, vraiment.

Carlos Rangel, entraîneur de Grandson

On n’a rien mérité de plus. Je ne sais pas si c’était le matin ou quoi, mais on n’a pas fait du bon football et on a commis trop d’erreurs. Je n’ai pas reconnu mon équipe, on était nerveux, on a trop parlé sur tout le monde. A mon avis, le 2-1 est hors-jeu, mais on a été mauvais, donc je ne mets la faute sur personne d’autre que sur nous-même. Maintenant, il faut voir si on est une bonne équipe et si on sait réagir positivement. On a des blessés, mais ce n’est pas une excuse. On sait que pour rester en haut, il faut une profondeur de banc, que l’on n’a pas pour l’instant. Il faut être fier de ce que l’on a fait durant ce premier tour et bien le terminer. J’attends une réaction dès la semaine prochaine. On doit encore faire des points jusqu’à Noël et se qualifier en Coupe. Maintenant, ça devient dur, et c’est là qu’on voit les hommes. Et puisque vous aimez mes citations, on va terminer avec celle-ci, à méditer pour mes joueurs, qui ont été de vrais fonctionnaires aujourd’hui:  « Dans l’administration, on ne doit pas dormir au bureau le matin, sinon on ne sait plus quoi faire l’après-midi. »

Les hommes du match

Louis Troillet mérite une mention pour son arrêt de la 78e, mais aussi pour sa performance globale. Il a eu quelques faiblesses au pied, mais il a montré une belle assurance sur sa ligne. Luis Cabacas a prouvé une fois de plus que les années n’avaient aucune influence sur ses prestations. Il a donné la leçon techniquement et a été décisif en fin de partie, quand ça comptait vraiment.

Du côté de Grandson, Blaise Cometta a été plutôt bon en défense centrale. Il a été pris par Luis Cabacas sur le 3-1, mais mis à part cela, il a assuré. Une valeur sûre du FCGT. On a bien aimé Matias Andelic, le jeune milieu de terrain de 21 ans. Placé devant la défense, il a peut-être manqué un peu de volonté d’aller de l’avant, mais il a largement assuré dans son rôle. Solide, malgré son jeune âge. A suivre.

Les prochains rendez-vous

Grandson accueille Bavois II le samedi 31 octobre à 19h30. Le lendemain, à 13h30, Assens reçoit Benfica.

Sport Lausanne Benfica – FC Grandson-Tuileries 3-1 (0-0)

Buts: 47e Carlos Moreira 1-0; 55e Gudit 1-1; 80e Carlos Cabacas 2-1; 88e Gétaz 3-1.

Arbitres: M. Yasin Yilmaz, assisté de M. Nicolas Hofmann et de M. Ezzeddine Thebti.

SLB: Troillet; Jose Pinto, Diogo Castro (61e Fabio Parada), Jose Borges, Thirunavukkarasu (49e Carlos Cabacas); Helder Da Rocha, Pedro Borges; Gétaz, Luis Cabacas, Duarte Miguel Alves (6e Ponce); Carlos Moreira.

Entraîneur: Ricardo Rocha

FCGT: Jaccard; Mayingi (83e Perez), Cometta, Flavio Da Silva, Scalia; Huguenin, Andelic; Joao Monteiro, Provenzano, Fantoli (73e Sengül); Gudit.

Entraîneur: Carlos Rangel

Centre sportif de Chavannes-près-Renens. 77e, expulsion de Jose Borges (dernier recours).

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*