Bavois, une attaque de feu et un collectif soudé

Bavois, une attaque de feu et un collectif soudé

Footvaud tire cette semaine son bilan du premier tour des sept clubs vaudois de 1re ligue. Forcément, notre analyse est subjective et basée sur ce que l’on a vu, ou cru voir, lors des 14 premiers matches de la saison. Quatrième équipe à avoir son article, le FC Bavois.

Les autres articles de la série

Stade-Lausanne-Ouchy est désormais une valeur sûre de 1re ligue

Echallens a été impossible à suivre

Azzurri a retrouvé sa solidité défensive

Le bilan du premier tour

Il est excellent. Bavois passe l’hiver en position de finaliste, étant co-leader avec La Chaux-de-Fonds, ce qui l’autorise à avoir le droit de rêver à une place en post-saison d’ici quelques mois. Le FCB ne rêve pas forcément de la Promotion League ou, en tout cas, l’exprime moins ouvertement que d’autre, mais Jean-Michel Viquerat, c’est sûr, ne demandera pas à ses joueurs de lâcher l’affaire, surtout pas. Bavois ira aussi loin que possible et une éventuelle promotion serait assumée. Cette saison, les Bavoisans ont gagné en constance, eux qui ne perdent plus de points bêtement, ce qui était encore le cas il y a douze mois. Un premier tour très solide, donc.

Le point très positif

Bavois a la meilleure attaque des trois groupes de 1re ligue, soit 42 équipes, en ayant joué quasiment tout le premier tour sans avant-centre type. Jonathan Caeiro devait être celui-là, mais il n’a pas pu assumer ce rôle, se blessant en pré-saison et ne revenant pas à temps. Omar Bellagra? Ses qualités sont indéniables, tout comme son inconstance, lui qui a quand même marqué quatre fois cet automne. Alors, Bekim Uka, qui s’y connaît un peu sur la question, a dû improviser la plupart du temps, plaçant différents joueurs en pointe dont… son latéral gauche Muamer Zeneli, auteur de 6 buts au total!  Nicola Zari (7), Dren Basha (6), Aziz Demiri (6) et Bourama Ouattara (4) ont eux aussi prouvé qu’au FCB, le danger venait de partout. Une preuve supplémentaire que le collectif est au top et que l’ambiance dans l’équipe est excellente? Même les joueurs sortant du banc sont performants tout de suite. Cela, ce n’est pas un hasard.

Le point à améliorer

Peut-être la capacité à se sublimer contre les autres gros. Bavois a perdu quatre matches cet automne. Trois en championnat face à La Chaux-de-Fonds (1er), Azzurri (3e) et Stade-Lausanne-Ouchy (4e) et un en Coupe de Suisse face à Wil (Challenge League). Le constat est clair: Bavois ne pardonne rien aux « petits », lesquels repartent au mieux avec un match nul de la confrontation face à Marco Malgioglio et ses coéquipiers, mais ne trouve pas la solution face aux équipes de haut de tableau. Cela, il faudra le corriger au deuxième tour et, évidemment, lors des finales… si Nezir Kurtic et les siens les atteignent.

Le joueur du premier tour

Hicham Bentayeb. Le grand défenseur central a encore été excellent cet automne. Il ne parle jamais, ne s’énerve que rarement, mais il va au duel, et comment! Très dur dans l’impact, il est un leader par l’exemple et il ne passe jamais au travers d’un match… même s’il a passé 90 minutes compliquées face à Azzurri. L’ancien défenseur du Mont et de Baulmes forme une charnière très sûre avec Sébastien Le Neün. Si Bavois peut attaquer aussi fort, c’est aussi parce que derrière, les deux centraux tiennent la baraque.

Fc Bavois vs Fc Azzurri 90 Lausanne 0-2

Le joueur du deuxième tour

Muamer Zeneli n’a peut-être jamais été aussi fort. L’ancien joueur de Team Vaud n’a certes pas franchi le palier le séparant du LS, qui n’était pas aussi enclin à lancer des jeunes qu’aujourd’hui. Mais après un passage à Stade-Lausanne, il est extrêmement performant depuis son arrivée à Bavois, tout d’abord comme ailier, puis comme latéral. A 24 ans, il enflamme la 1re ligue sur son côté, mais aussi en pointe, où Bekim Uka apprécie sa détermination et sa lourde frappe. Il mériterait d’être suivi de près par des clubs de niveau supérieur et on ne serait pas surpris que le LS ou Le Mont retrouvent son numéro de téléphone dans les mois à venir. C’est aussi le rôle d’un club de 1re ligue, non? En tout les cas, il s’apprête à frapper fort au deuxième tour, et c’est tout Bavois qui en profitera.

Ce qui va se passer cet hiver

Pas grand-chose. Bavois ne va pas vouloir changer une équipe qui gagne et la stabilité sera le maître-mot. Le seul dossier, tout le monde l’a compris, sera le recrutement d’un avant-centre. Mais même si Bavois ne devait pas arriver à trouver le cador dont il rêve, Jonathan Caeiro devrait pouvoir participer à la préparation en entier. Et Omar Bellagra est déterminé à gagner sa place, comme toujours. Disons-le ainsi: un grand avant-centre serait un plus, mais ne pas le trouver ne serait pas une catastrophe. Après tout, sans lui, Bavois est bien co-leader, avec la meilleure attaque de 1re ligue.

Categories: 1re ligue, FC Bavois

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*