Bavois se régale à bousculer les ténors

Bavois se régale à bousculer les ténors

Après un début de saison compliqué, le FC Bavois retrouve des couleurs. Surtout, les hommes de Bekim Uka ont récolté huit points contre les ténors de Promotion League que sont Yverdon, Cham, Stade Nyonnais et Stade-Lausanne-Ouchy le week-end dernier. A la peine offensivement, cela va mieux pour les Bavoisans depuis plusieurs rencontres. Ils peuvent d’ailleurs compter sur un Adrian Alvarez en feu avec sept réalisations, soit plus de la moitié des goals du club (13). Deuxième au classement des buteurs, l’attaquant se confie.

Après une entame compliquée, Bavois va beaucoup mieux, pouvez-vous nous expliquer ce regain de forme?

Il y a eu peu de grands changements. Nous connaissions nos qualités, il fallait juste que la réussite tourne en notre faveur et que l’on mette les occasions au fond. Les faits de match ont commencé à être pour nous. Nous n’avons pas un contingent étoffé comparé aux ténors de la ligue, mais nous avons 4-5 joueurs qui ont évolué plus haut et des individualités qui ont un très bon niveau. Sauf que s’il y a des blessés ou des suspendus, on perd vite notre équilibre.

Samedi, contre le leader Stade-Lausanne-Ouchy, vous avez fait mieux que de vous défendre!

Oui, nous avons réalisé une excellente partie que l’on aurait pu gagner. Quand on regarde la feuille de match, on n’avait rien à envier à notre adversaire. Cela s’est vu sur le terrain, on a mené 2-1, mais on s’est fait remonter. Ensuite, le comportement de Safet Alic (NDLR: Carton rouge à la 79e) nous a porté préjudice. Il y avait vraiment quelque chose à faire…

Bavois est une équipe de derby

Vous avez tenu tête au leader et à Yverdon et même battu Nyon. Le canton de Vaud vous réussit!

Bavois est une équipe de derby. Je vous jure, le président est tendu toute la semaine qui précède le match (rires). Et cet état d’esprit nous donne envie d’être à 200%. Ces rencontres sont arrivées durant une bonne période pour nous. On savait qu’à un moment ou l’autre ça allait tourner. Tout le monde se sentait bien et gardait confiance. Et ça s’est vu sur le terrain.

Après ces belles performances, ne craignez-vous pas un relâchement?

J’avoue avoir ressenti un léger laisser-aller à l’entraînement. Cependant, dans le vestiaire, il y a des gars d’expérience qui sont là pour encadrer ou recadrer les joueurs. Rien n’est acquis, on est encore en danger.

Et vous, que pensez-vous de votre saison au niveau personnel?

Je ne vais pas me plaindre (rires). J’ai quasiment participé à trois quarts des réussites de Bavois. J’apporte à l’équipe et au club ce que l’on attend de moi sur le terrain, mais aussi en dehors. Mais je le répète, mes performances actuelles, je les dois à l’équipe.

Et que peut-on souhaiter à Bavois pour la suite?

J’aimerais que l’on continue sur notre lancée. Nous n’avons peur de personne. L’objectif, avant la trêve, est d’avoir au moins 20 points (NDLR : Bavois en a 13 et il reste cinq rencontres). J’y crois et je sais qu’on va déjà récolter trois unités samedi chez nous face à YF Juventus!

Auteur

Comments

  1. Allezls
    Allezls 18 octobre, 2018, 15:32

    Franchement svp, arrêtez avec Bavois. C’est vraiment malhonnête de leur part de dire qu’ils pouvaient récolter mieux face au SLO. En 1ère mi-temps, ils n’ont pas arrêté de se jeter au sol et de hurler comme si on leur avait arraché un membre à chaque contact. Une vraie bande de tricheurs dignes du mauvais foot italien des années 80-90. Faut arrêter de leur faire des compliments qu’ils ne méritent pas. Cette équipe n’a aucun fond de jeu, rien.

    Reply this comment

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*